anges brisés

Critique : Les anges brisés

Ainsi, il y a quelques mois, un de nos lecteurs a commenté dans ma critique ALTERED CARBON (EBR Review) que je devrais me pencher sur les deuxième et troisième livres de cette série. Pour être tout à fait honnête, je n’étais pas trop enthousiaste à l’idée, car je ne suis jamais vraiment tombé amoureux des livres de Richard K. Morgan. Pourtant, j’ai remercié le lecteur pour le commentaire et j’ai continué mon petit bonhomme de chemin.

Puis, au hasard, j’ai trouvé un exemplaire du deuxième livre de la série dans l’une des librairies d’occasion que je fréquente, et la chose ne coûtait que deux dollars. L’épaisseur de la colonne vertébrale donnait l’impression qu’elle allait également être relativement courte. Donc, je l’ai ramassé sans réelle intention de le lire de si tôt. Mais l’occasion de m’immerger rapidement s’est présentée lorsqu’on m’a demandé d’accompagner quelques jours dans un camp réservé aux filles auquel participait ma fille. Il lui suffisait d’être présent. Alors j’ai pensé, pourquoi ne pas prendre une lecture rapide et voir ce qui s’est passé?

Et nous voici.

Je mentionne tout cela principalement parce qu’à aucun moment de tout ce processus, je n’ai pensé qu’il y aurait une chance que j’aimerais vraiment ce livre.

Mec, j’aime être surpris.

BROKEN ANGELS est le deuxième tome de la série Takeshi Kovacs et se démarque nettement du premier. Celui-ci avait une sensation de détective définitive et dure, alors que celui-ci opère définitivement dans le domaine de la science-fiction militaire. Le seul véritable lien entre les deux livres est le personnage principal, et il ne se sent en aucun cas comme une continuation du premier. C’est plus d’une fois. Un indépendant. Bien que certains des concepts et idées discutés aient eu une petite partie de leur genèse dans le précédent. Pourtant, je peux facilement dire qu’il y a très peu de doute dans mon esprit que quelqu’un pourrait prendre ce livre par lui-même et profiter absolument de ce qu’il a à offrir sans manquer ce qui s’est passé dans le premier livre. Je commence à avoir l’impression d’exagérer ce point. 🙂 Pouvez-vous dire à quel point je n’ai pas eu de plaisir avec ALTERED CARBON ? MDR.

Lire aussi :  Critique : Éden

Cette fois, Takeshi a été engagé comme soldat dans une guerre pour arrêter un soulèvement rebelle sur la planète lointaine de Sanction IV. Il fait partie d’une unité militaire appelée Carrera’s Wedge, et l’étui qu’on lui a donné vient d’être abattu lors d’une fusillade. Cependant, au lieu de scanner sa pile corticale et de lui remettre des manches, ses supérieurs décident de soigner son corps. Moins cher et ne prendra pas longtemps compte tenu de la technologie disponible. Dès lors, il passe une bonne partie de son temps dans un hôpital où il rencontre Jan Schneider. Elle était pilote il y a quelque temps pour un groupe d’archéologues sur Sanction IV qui a trouvé un artefact martien qui pourrait rendre quelqu’un très riche. Elle cherche de l’aide pour revenir sur cette voie et finalement profiter de cette opportunité, et s’il y a une chose qui intéresse Takeshi Kovacs plus que de tuer des gens, c’est gagner beaucoup d’argent pour son propre gain personnel.

Le premier livre de Richard K. Morgan que j’ai aimé lire. super histoire grand personnage Grande science-fiction. Lis ce livre.

Comme pour ALTERED CARBON, cette histoire est un point de vue à la première personne et s’en tient strictement à ce mode de narration. Comme cela a toujours été le cas, l’écriture de Morgan est assez fantastique. Il sait mettre les mots ensemble. Cependant, cela n’a jamais été le problème pour moi. Il a toujours été question de l’histoire et de ce qu’il apporte à la table en termes de capacité à me faire croire puis à m’inquiéter. Comme je l’ai mentionné plus tôt, je n’attendais pas grand-chose de celui-ci. Les premiers chapitres développent le monde et la situation et l’impulsion principale de l’intrigue. Le descriptif est super. Le caractère est élevé. Et bien que le personnage principal soit un peu froid et impersonnel, cette fois-ci, il est apparu comme un dur, un peu blasé et prêt à faire son travail, quoi qu’il arrive.

Lire aussi :  Critique : Stormblood

La première étape du voyage les voit sauver l’archéologue en chef des fouilles de Schneider, qui réside actuellement dans un camp de prisonniers. Cette femme est extrêmement endommagée, mais elle sait pourquoi Schneider est venu la chercher et où ils vont. C’est à ce moment de l’histoire que quelque chose de drôle a commencé à se produire.

En fait, j’ai commencé comme la chose. J’aime VRAIMENT le truc.

Ce qui a suivi était plusieurs centaines de pages d’une grande histoire. Du marché de gros des batteries corticales, à la politique locale dangereuse, à la nanotechnologie de qualité militaire, aux retombées radioactives à grande échelle, et cela ne touche même pas ce que l’artefact martien leur réserve. Cette histoire a non seulement fait croire, mais a également profité de l’occasion pour insuffler ce sentiment d’admiration qui est toujours présent lorsqu’il s’agit de grande science-fiction. Mon problème a toujours été que sans ce noyau central de l’histoire d’un personnage, le sentiment d’admiration ne s’installe jamais. Je n’ai trouvé que quelques auteurs de science-fiction qui me l’ont donné. Maintenant, je peux ajouter Richard K. Morgan comme l’un d’entre eux. Et honnêtement… je n’aurais jamais pensé que je me retrouverais à dire ça.

Une autre chose à propos de l’histoire m’a aussi époustouflé, et c’était le contenu sexuel du livre. Morgan est connu pour ses scènes de sexe ridiculement exagérées qui n’ont rien à voir avec l’histoire. Et ne vous méprenez pas, celui-ci a encore quelques scènes, et ce sont toujours des glorifications de la sexualité aussi solidement ridicules que jamais, mais cette fois … ils ont tous deux eu un impact significatif sur l’intrigue. Quand je suis arrivé à cette partie du livre, je me suis arrêté un bref instant et je me suis demandé qui avait été embauché pour écrire cela, car maintenant nous étions totalement hors de la timonerie.

Lire aussi :  Critique : Le Saint des Ombres

En ce qui concerne la fiction de Morgan, j’ai toujours voulu trouver quelque chose à apprécier. Il y a tellement de choses qu’il fait bien, c’était toujours dommage qu’il ne se soit jamais connecté à aucune d’entre elles. Maintenant j’ai. Mais bien sûr, cela signifie que maintenant je dois lire le suivant. Fait intéressant, j’étais dans une autre librairie d’occasion l’autre jour et j’en ai trouvé un exemplaire. C’était quatre dollars. Quand je suis allé payer, le propriétaire m’a demandé si j’aimais les livres de cet auteur. Je l’ai regardé et j’ai dit : « Normalement ? Non. » Il a haussé un sourcil, alors j’ai dû lui raconter mon histoire.

Je suis content d’avoir celui-ci à partager.

  • Âge recommandé : 18+ pour tout sur le tableau
  • Langage: Fort et fréquent, mais pas autant que d’habitude
  • La violence: Sanglant, viscéral et personnel
  • Sexe: Deux scènes fortes et plusieurs références fortes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.