le blues de la réincarnation

Critique : Reincarnation Blues


Amazone

J’ai eu celui-ci assis sur mon étagère à la maison pendant un certain temps. Je l’ai ramassé pour essayer de le lire plusieurs fois, et j’ai fini par le reposer. Cependant, j’ai finalement décidé de supprimer celui-ci, car il y avait tellement de bonnes critiques sur Amazon. J’aurais aimé avoir écouté mes premières impressions de la séquence d’ouverture et tout oublier. En réalité, j’aurais dû être rebuté par le fait que le titre comporte le surnom : A Novel. C’est presque toujours une indication claire qu’un livre sera exactement le genre d’article qui me décevra.

REINCARNATION BLUES (Amazon) semble être le deuxième roman de l’auteur, bien qu’il ait également publié un bon nombre de nouvelles de fiction. Donc, celui-ci n’est pas étranger à l’édition.

Cette histoire parle de Milo. Milo est une âme simple. Il a vécu et est mort des milliers de fois, et il a les souvenirs pour le prouver. Il est mort dans un accident de voiture et de catapulte, par un requin et par avion. Il va de soi qu’il est mort de plus de façons que vous ne pourriez concevoir de mourir. Puis un jour, après être mort 9 995 fois, deux êtres de l’univers piègent Milo dans l’au-delà et lui font savoir qu’il n’a que 10 000 chances de devenir « parfait ». Si, au cours de ces 10 000 vies, il trouve un moyen de devenir « parfait », alors il peut marcher vers Le Tout, l’âme cosmique. S’il ne parvient pas à trouver son chemin vers cet état d’être, il cessera d’exister. Triste histoire pour Milo. Quelques calculs rapides révèlent qu’il ne lui reste que cinq chances.

Alors, Milo décide de partir et d’essayer d’être « parfait ». Il quitte sa petite amie, l’incarnation de la Mort (qu’il appelle Suzie), et naît le jour de sa 9 996e vie. Tout cela se passe dans les premiers chapitres du livre, et le reste de l’histoire concerne, en théorie, ses tentatives pour atteindre la perfection… la perfection… perfection. Nous y voilà.

Lire aussi :  Critique : Alice

Cela ressemble à un livre paresseux du dimanche après-midi, vous pourriez passer des heures et partager la joie de trouver la perfection avec votre ami et le mien, Milo. Oui? Eh bien, c’est quelque chose comme ça. Cependant, la grande partie de cette conception que cette histoire manque complètement est la partie où Milo apprend quelque chose sur le chemin entre se faire dire qu’il doit trouver la perfection ou mourir et finalement atteindre la fin de son voyage.

Chacune des cinq vies restantes de Milo est présentée relativement simplement. Une partie de l’histoire est moderne. Certains historiques. (Apparemment, le temps ne signifie pas vraiment grand-chose lorsque vous vous réincarnez.) Certains sont loin dans le futur et dans les limites de l’espace. En cours de route, nous découvrons certaines des vies antérieures de Milo. Des choses que vous avez déjà vécues. Passez du temps dans l’au-delà, apprenez des choses qui n’affectent généralement aucune partie de la vie réelle qui compte sur ce voyage. La plupart de ces vies sont également prédéfinies et Milo peut choisir les capacités qu’il souhaite ou non à ce moment-là.

L’écriture de Poore est plutôt bonne. Ça coule bien. Quelque chose de sympa par endroits. J’ai écouté celui-ci sur un livre audio, et le talent de la voix a absolument lié le voyage insouciant de Milo à travers les vies, comme nous le racontent les pages du livre. Cependant, il avait la fâcheuse habitude de terminer ses phrases avec une élévation de la voix, ce qui me faisait toujours penser qu’il y avait plus à venir, mais ensuite les mots « Chapitre dix-neuf » venaient, et je réalisais que j’avais dupe encore moi-même. . avec ses manières rusées.

Lire aussi :  Critique : Sorcière Akata

Même si le propos du livre nous est présenté avec une simplicité parfaite par les incarnations amicales de l’univers dans les premiers chapitres, l’histoire passe d’une vie à l’autre, et Milo semble constamment ignorer tout cela. Les vies individuelles que mène Milo sont relativement intéressantes de manière très aléatoire et sans conséquence, mais ensuite il meurt et on passe à la suivante. Faites l’expérience de quelques choses de plus, puis mourez à nouveau. Une seule fois, il pense vraiment à ce qu’il fait et à ce qui aurait dû être le but de toute l’histoire, non, tout ce livre pour nous lecteurs, et c’est juste avant qu’il ne plonge dans sa dernière et 10 000e vie… mais ensuite c’est juste une autre vie comme toutes les autres l’ont été. Et il le vit et le meurt.

Heureusement pour Milo, cependant, il a appris quelque chose en cours de route. Cependant, rien de tout cela n’a été transmis au lecteur. Je veux dire, tut tut, pourquoi cela aurait-il de l’importance ? Ainsi, à la fin de 10 000 vies, Milo se tient dans l’au-delà au milieu d’une grande foule de personnes et dit qu’il a appris que nous ne devrions pas gâcher nos vies en ne faisant rien simplement parce que nous en avons peur.

Des histoires vraiment aléatoires sur une poignée de vies massives de Milo qui se terminent par une leçon qui n’est pas complètement étoffée ou au centre de l’histoire.

Je laisserai aux autres pauvres cons qui prennent le temps de lire ce livre le soin de savoir si ce seul monologue, qui n’est pas développé à l’avance ou transmis au lecteur au coup par coup, suffit à faire entrer Milo dans Le Tout et ne pas être désintégré en un Googleplex de quarks et absorbé dans l’éther. Cependant, vous avez cinquante pour cent de chances de deviner. Et si vous y parvenez, il y a de fortes chances que vous soyez sur la bonne voie vers la perfection.

Lire aussi :  Examen : condition artificielle

Je ne déteste pas nécessairement les romans littéraires simplement parce que ce sont des romans littéraires. Cependant, je trouve que la plupart d’entre eux ne me plaisent pas parce qu’ils ne retiennent pas mon intérêt ou ne me donnent pas une histoire complète sur les personnages qu’ils contiennent. Celui-ci a échoué sur les deux plans. Bien que j’étais parfaitement heureux de lire chacune de ces vies, le manque de progression et toute sorte de point (autre que la mise en place d’un bon monologue sur la façon de bien vivre la vie) m’a suffisamment aigri pour abaisser ma note au niveau inférieur des possibilités. Sur les seuls mérites de ce livre, je peux garantir que je ne plongerai plus jamais dans un autre livre de cet auteur, car son point de vue et le mien sur ce qui fait une bonne histoire ont divergé l’un de l’autre il y a longtemps.

Peut-être même, vous vous en doutez, dans une autre vie.

  • Âge recommandé : 18+
  • Langage: Quelques mots F, mais très rarement autre chose
  • La violence: Quelques vies de Milo traitent de morts intimes, de meurtres et de menaces, mais il n’y a pas beaucoup de violence dans l’ensemble.
  • Sexe: Plusieurs cas de relations sexuelles et de viol sur mineur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *