Comment gouverner un empire et s'en tirer

Bilan : Comment gouverner un empire et s’en tirer

Je me souviens, enfant, avoir découvert que Ronald Reagan était acteur avant de devenir président des États-Unis. Cela m’a vraiment pris pour une boucle à l’époque. Principalement parce qu’il avait cette impression extrêmement positive de ce qu’il avait pu accomplir en tant que président, et que ce type n’avait même pas été politicien auparavant ? Évidemment, j’avais raté certains détails de sa vie entre son passage en tant qu’acteur et le moment où il est devenu président. Cependant, l’histoire de ce livre est à propos d’un tel exemple, sans aucun détail manquant, dans lequel un acteur est pris, presque de la scène même sur laquelle il gagnait sa vie, et forcé de jouer le rôle du chef de l’Empire. robur. .

Et cet acteur est-il capable de réussir non seulement à jouer ce rôle, mais aussi à laisser une impression positive sur son peuple ?

Le titre du livre pourrait vous donner un indice.

COMMENT GÉRER ET EMPIRER ET S’EN FAIRE AVEC LE RÊVE est le deuxième livre de la récente série de Parker intitulée « Le siège », et raconte une partie de l’histoire du siège de la capitale de l’Empire, Robur, par un autre empire en plein essor qu’il n’aime pas beaucoup. Les Robur sont au pouvoir depuis longtemps et comme tout empire, ils se sont fait de nombreux ennemis en cours de route. Le nouvel empereur aux visages laiteux est l’un de ces ennemis, et il s’est plongé dans le feu de l’action en déclarant que le dernier Robur du monde mourra de sa main, s’il a quelque chose à dire à ce sujet. . .

Lire aussi :  Critique : Nophek Glitter

Ainsi, le siège de cette dernière ville de l’empire Robur dure depuis des années. Sept, au moment de ce récit, et comme tout bon siège il a eu des hauts et des bas. Le principal problème pour lequel cela a duré si longtemps est dû à la puissance de la marine de l’Empire Robur et au fait que la ville fait face à une mer puissante. Ainsi, les Robur peuvent continuer à survivre en faisant du commerce avec d’autres nations petites et grandes, mais chaque année la situation des Robur s’aggrave à mesure que les trébuchets et trébuchets ennemis se rapprochent de plus en plus de les tuer. Cette situation, bien sûr, s’aggrave considérablement lorsque l’empereur de Robur est écrasé au hasard par une pierre catapultée, et que Notker, le « héros » de notre histoire, est arraché des rues et contraint de prendre sa place, car, tout simplement, il ressemble presque exactement au gars ci-dessus.

Un autre chapitre de The City Under Siege qui est aussi drôle, humoristique et mélancolique que n’importe quel autre livre de KJ Parker.

J’adore les livres de KJ Parker, mais je comprends qu’ils ne sont pas pour tout le monde. Ils me font rire pour de nombreuses raisons, et comme je l’ai mentionné ailleurs, j’aime tout ce qui peut saisir mon « cœur, ma gorge ou mon drôle d’os ». Ce livre, comme beaucoup de ses autres, a un ton conversationnel qui est facile à lire et m’attire comme peu d’auteurs peuvent le faire. Contrairement à la plupart de mes lectures fantastiques, je ne m’attends jamais à ce qu’elles soient ouvertement fantastiques, ce qui ressemble à une sorte d’énigme. L’auteur ne se soucie pas beaucoup de ces éléments fantastiques et écrit une si bonne histoire que je suppose qu’ils ne me manquent pas trop. Ainsi, bien que je puisse me plaindre ailleurs d’histoires ne répondant pas à mes attentes en ce qui concerne ces éléments fantastiques, rien de tout cela ne s’applique ici. Appelez ça une de mes bizarreries. Je suis compliqué.

Lire aussi :  critique : héritier de sang

Le monde dans lequel Parker écrit est très similaire au nôtre, mais il n’est jamais entré dans une ère technologique. La plupart de ses livres de nos jours sont racontés à partir de ce monde « fantastique » et sont truffés d’histoires inventées et de divers exemples d’empires, de dirigeants, de peuples et d’histoires parallèles qui font que tout semble réel. Dans celui-ci, le personnage principal s’écarte un peu du tarif habituel, car Notker est un acteur plutôt qu’une sorte d’ingénieur ou de faussaire. Il est toujours un menteur, oui, car la plupart de ses personnages doivent l’être pour jouer son rôle. Cependant, cela signifie que les détails qui reviennent souvent dans ces histoires sur la construction de choses et la manipulation de l’argent sont quelque peu négligés. Au lieu de cela, la majeure partie de l’histoire est racontée à travers le verre de l’acteur, nous disant : comment divertir les gens, comment développer l’histoire et quelle bête dégingandée un peuple de libre arbitre peut si souvent être. Ainsi, non seulement l’humour se retrouve dans ces pages, mais aussi la tristesse, l’angoisse et la mélancolie.

Et pour faire suite à mes commentaires sur SIXTEEN n’ayant pas une fin très satisfaisante, la fin de celui-ci était absolument géniale. Amour, amour, j’ai adoré. Je viens de finir de le lire il y a une heure et ça me donne encore la chair de poule d’y penser.

En fin de compte, c’est KJ Parker qui fait ce qu’il fait le mieux : raconter une belle histoire. J’aurais dû le lire plus tôt, il a été publié il y a un peu plus de 6 mois car il m’a donné un petit coup de pouce. Cela m’a rappelé à quel point j’aime lire les choses que j’aime lire. Cela m’a rappelé qu’il y a encore de belles choses à lire. Cela m’a donné un peu de « l’espoir » dont la fin du livre parle si éloquemment.

Lire aussi :  Critique : Buzz Kill

Comme toujours, j’attends avec impatience les prochains de l’esprit de ce grand auteur.

  • Âge recommandé : 13+, principalement pour la langue
  • Langage: Peu fréquent et varié avec des mots F semi-réguliers
  • La violence: Intimidation, tentatives d’assassinat, et parler d’une mort à grande échelle.
  • Sexe: Quelques brèves références

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.