Eden

Critique : Éden

Les thrillers sont un genre de livre que je me surprends généralement à sauter, mais de temps en temps, j’aime me replonger dans la piscine et voir si quelque chose a changé depuis la dernière fois que j’ai tenté le destin du genre. Je pense que c’est plus la structure et le rythme des thrillers typiques qui m’éloignent d’eux. Des chapitres courts qui arrivent tard, partent tôt et ne passent pas beaucoup de temps à rester pour savoir exactement ce qui se passe. Le rythme rapide semble être d’une importance primordiale pour ces histoires, et par conséquent, quelque part en cours de route, nous perdons un peu de ce qui m’attire finalement vers chaque histoire que j’aime : les personnages.

Du côté positif, je n’ai jamais rien lu de cet auteur auparavant et de toutes les apparences, il semblait qu’il était là depuis un moment et qu’il savait peut-être ce qu’il faisait. J’étais donc heureux de l’essayer.

EDEN est un roman indépendant qui part de l’idée que mère nature s’est enfin lassée des dégâts que l’homme lui cause à travers le changement climatique, et décide de riposter de la manière la plus surnaturelle. Dans une tentative d’inverser ce qui se passe sur la planète, les puissances du monde ont bouclé plusieurs vastes étendues de terre appelées zones sauvages, qui sont interdites à tous. Les frontières autour de ces zones sont protégées par la surveillance et la force mortelle, mais cela ne dissuade pas toujours ceux qui ont le sens aigu de l’aventure et de l’excitation.

Lire aussi :  Critique : Les anges brisés

Jenn et son père Dylan font partie de ce genre de personnes. Avec l’aide d’une petite équipe d’amis, ils prévoient de traverser l’une des zones sauvages les plus dangereuses et de traverser son étendue le plus rapidement possible. Il y a des histoires d’autres personnes qui meurent et d’événements non naturels qui se produisent dans les zones, mais cela les rend encore plus désireux de vivre l’expérience. Et au moins l’un des deux peut aussi avoir une arrière-pensée.

Le gars sait vraiment comment écrire ce genre d’histoire. Il plante bien le décor et fait bouger les choses sans trop de difficulté. Comme je l’ai dit, rythme suspensif. Les titres des chapitres sont utilisés à bon escient, transmettant une partie de l’arrière-plan de la nature sauvage et des histoires circulant sur ce qui s’y passe. Dans l’ensemble, je dirais que le livre est « personnage léger ». Il s’agit davantage d’une histoire rapide et de lancer des choses au lecteur à gauche et à droite, car cette équipe d’athlètes aventureux tente d’accomplir quelque chose que personne d’autre n’a encore accompli à part raconter une histoire qui se connecte avec le lecteur sur le plan émotionnel.

Bien que les titres des chapitres transmettent ce sentiment de danger et d’appréhension à propos de la nature sauvage en général, il n’y a rien de solide dans ce que ce groupe de personnes s’attend à trouver. Et parce que tout le monde fait de son mieux, ils font aussi de leur mieux pour éviter de paniquer en théorisant sur la raison pour laquelle toutes ces choses étranges semblent se produire. Une grande partie de la tension monte lorsque tout le monde « sent » que quelque chose de mal se cache au coin de la rue, mais il n’y a rien d’explicite qu’ils trouvent en cours de route qui suggère qu’il y a quelque chose de surnaturel dans ce qui se passe.

Lire aussi :  Critique : Démons, Encre

Un thriller écologique au rythme effréné sur le danger d’une mère nature qui mord ceux qui pensent qu’elle n’a pas de dents.

Et ça m’a un peu gêné.

De plus, il y avait une nette déconnexion entre les actions des membres individuels du groupe et ce à quoi j’imagine qu’une équipe d’amis de longue date ressemblerait. Il y avait un manque de camaraderie décidé entre eux, ce qui m’irritait. Puis, inévitablement, quand ils ont commencé à être éliminés un par un, ça ne m’a pas vraiment frappé parce que ça ne semblait pas non plus toucher les personnages POV. Cela pourrait être attribué au fait qu’il y avait très peu de caractérisation réelle tout au long de l’histoire. Ce qui m’a également amené à me demander pourquoi Jenn et son père ont reçu du temps de POV puisqu’il n’y avait pas grand-chose pour les distinguer individuellement.

Dans l’ensemble, l’histoire a une assez bonne base, une excellente accumulation et un point culminant qui était passionnant et qui valait la peine d’être lu. Exactement ce que j’attends d’un bon thriller. Si vous cherchez une bonne lecture sur la plage, ou quelque chose pour vous mettre en appétit pour une lecture un peu plus horrifiante, ce serait un bon point de départ.

  • Âge recommandé : 18+ pour le langage et la violence
  • Langage: Fort, mais assez rare.
  • La violence: Beaucoup de sang, de violence et de gore.
  • Sexe: Quelques courts dialogues torrides et quelques références.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.