Le meurtre de Brangwain Spurge

Critique : Le meurtre de Brangwain Spurge

Ce n’est pas nouveau de dire que les mondes fantastiques tombent souvent dans le piège d’attribuer de mauvaises motivations et de mauvaises intentions à des races entières. Orcs ? Ce n’est pas bon. gobelins? Des petits rusés. De Tolkien à Gygax, nous avons de nombreuses représentations unidimensionnelles de sociétés entières. THE MURDER OF BRANGWAIN SPURGE prend l’une des plus anciennes rivalités fantastiques, les elfes contre les gobelins, et montre le problème qui découle d’un esprit colonial et d’un malentendu culturel endémique.

Écrit par MT Anderson et illustré par Eugene Yelchin, les créateurs de THE MURDER OF BRANGWAIN SPURGE se sont inspirés de la longue histoire des récits de voyage. Contrairement aux récits de voyage existants où la seule perspective est celle du « brave explorateur », dans ce roman, la culture examinée a une voix : une voix gentille, pleine d’espoir et toujours courtoise sous la forme de l’archiviste gobelin Werfel.

Werfel a été choisi pour montrer à Brangwain Spurge, émissaire elfique, toutes les merveilles du royaume gobelin de Tennebrion. Il ne pouvait pas être plus excité, même s’il craignait que les elfes soient allergiques au chocolat, car il plaça plusieurs chocolats sur l’oreiller de son invité. Les instincts de Werfel pour l’hospitalité et son sens profond du devoir envers son hôte sont immédiatement mis à l’épreuve par l’arrivée de Spurge.

Spurge, semble-t-il, est terrifié par tout dans la société gobeline. Là où Werfel veut montrer à son invité l’art, la culture et l’amitié, Spurge semble déterminé à trouver le mimétisme, la violence et le désagrément. Spurge se voit confier un devoir, qui est de livrer un joyau inestimable au souverain des gobelins, mais cela s’avère plus difficile que prévu, tout comme son deuxième travail secret : espionner les gobelins.

Lire aussi :  Elite Classic : Neuromancien

Werfel et Spurge sont forcés à contrecœur de vivre ensemble dans une série de mésaventures, et à mesure que leur situation devient désastreuse, la seule bonne chose semble être leur meilleure compréhension l’un de l’autre.

Le récit est un mélange de lettres, de commentaires de Werfel et d’illustrations. Des mises à jour sur les progrès de Spurge dans sa mission sont entièrement fournies par les merveilleuses illustrations à la plume et à l’encre d’Eugene Yelchin. Avec un flair médiéval (elles m’ont rappelé les gravures sur bois soignées d’Albrecht Durer) et un sens aigu de la narration, les illustrations donnent au roman un ton distinctif.

Les descriptions sérieuses de Werfel de la société gobeline sont à nouveau montrées à travers les yeux de Spurge, devenant grotesques et incompréhensibles. Comparer et contraster les récits de deuil rend le manque de compréhension douloureusement clair sans insister sur aucun point ni obliger les lecteurs à relire chaque passage deux fois. Cette tension entre les deux histoires, l’une sans paroles et l’autre écrite, entraîne facilement les lecteurs à travers le récit.

Bien que le point de vue de Spurge ne vienne qu’à travers des illustrations, nous l’apercevons à partir de lettres envoyées par son maître-espion. Ce qui émerge est le portrait d’un gobelin qui était un érudit à l’école, tourmenté par ses pairs, et qui cherche maintenant désespérément à être approuvé. Sa peur l’inspire à de plus hauts sommets de moquerie et d’arrogance parmi les gobelins.

Un roman charmant et véritablement émouvant. Une idée intelligente bien exécutée, avec beaucoup de cœur et d’esprit pour accompagner la satire.

Lire aussi :  Critique : Éden

La délicieuse ironie tout au long, bien sûr, est que la peur et la perplexité évidentes de Spurge pourraient être si facilement évitées s’il demandait simplement à son hôte et écoutait avec un esprit ouvert. Cela semble simple et évident, mais un rapide coup d’œil à l’histoire humaine montre combien de fois cette solution simple a été évitée au profit du pillage, de l’effusion de sang et de l’attribution de mauvaises motivations.

Je suis tombé facilement dans ce monde, où les affrontements familiers entre gobelins et elfes sont devenus délicieusement réels. Werfel est un narrateur sympathique et franc, et les reportages de Spurge sont divertissants, donnant au livre une touche légère même s’il aborde le sujet lourd de l’incompréhension culturelle.

THE MURDER OF BRANGWAIN SPURGE est charmant et véritablement émouvant. Une idée intelligente bien exécutée, avec beaucoup de cœur et d’esprit pour accompagner la satire.

  • Âge recommandé : 10+
  • Langage: Aucun
  • La violence: Quelques menaces de violence, quelqu’un se fait arracher les doigts (offscreen)
  • Sexe: Aucun

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *