Un fléau de géants

Critique : Un fléau de géants

Il existe cinq « kennings » ou types magiques connus : l’air, l’eau, le feu, la terre et les plantes. Chaque nation se spécialise dans ces élevages, et la magie influence la société. Il y a un gros écueil à cette diversité de compétences et de milieux : tout le monde ne s’entend pas.

Entrez les géants Hathrim, ou ‘lavaborn’ dont le kenning est le feu. Là où ils vivent, les arbres qui alimentent leur feu ont disparu depuis longtemps, mais les géants ne sont certainement pas les bienvenus ailleurs. Ils sont grands, violents et impitoyables. Lorsqu’un volcan entre en éruption et qu’ils sont obligés d’évacuer, ils en profitent pour déménager. Ils se fichent que je sois dans un endroit où ils ne veulent pas d’eux.

J’ai d’abord lu les livres Iron Druid de Kevin Hearne et je les ai adorés (ainsi que l’excentrique The Tales of Pell), j’étais donc curieux de connaître cette nouvelle aventure, à commencer par A PLAGUE OF GIANTS. Penser avatar le dernier maître de l’air répond à la série Codex Alera de Jim Butcher. Magie élémentaire, variété de races, terres différentes. Et tout vous est jeté dès la première page.

Mais cette histoire est racontée un peu différemment. Cela commence à la fin de la guerre, après une victoire difficile, et un barde connaissant le pays utilise sa magie pour raconter l’histoire de la guerre à une ville de réfugiés. Et c’est ce mouvement de va-et-vient dans le temps et entre les acteurs clés de cette guerre que nous obtenons une vision unique et grandiose de la guerre dans son ensemble. Hearne utilise cette méthode à bon escient.

Lire aussi :  Elite Classic : Légende

Il y a tellement de personnages intéressants dans ce livre que je ne peux pas tous les aborder ici. Souvent, dans des livres comme celui-ci, un si grand nombre de personnages « principaux » peut faire souffrir le récit, d’autant plus qu’ils n’ont pas beaucoup d’interaction les uns avec les autres pendant les premiers 3/4 du livre, mais cela ne souffre pas. , heureusement. Et la caractérisation est suffisamment bonne, malgré ces brèves explosions, pour qu’en fin de compte nous comprenions ces personnes et nous soucions de ce qui leur arrive.

S’il y avait un personnage principal, ce serait Dervan, un historien chargé d’enregistrer (également d’espionner ?) les histoires du barde. Il se retrouve pris dans des machinations auxquelles il se sent incapable de survivre. Fintan est le barde d’un autre pays, qui est assez mystérieux au début et sa vraie personnalité est cachée par les histoires qu’il raconte ; il faut du temps pour comprendre. Gorin Mogen est le chef des géants Hathrim qui décident de trouver une nouvelle terre pour s’installer. C’est difficile de l’aimer, mais quand il s’agit des méchants, vous comprenez leurs motivations et elle peut même être un peu convaincante. Il y a Abhi, le fils de chasseurs, qui décide que la chasse n’est pas sa vie et se retrouve de manière inattendue à la recherche du sixième chenil. Et Gondel Vedd, un érudit en linguistique qui se retrouve chargé de trouver un moyen de communiquer avec une race de géants inédite (certainement pas Hathrim) et tombe sur un mystère que personne n’aurait pu deviner : il pourrait y avoir un septième kenning. .

Lire aussi :  critique : chanson de sang

Il y a d’autres personnages, mais ce qui les rend tous intéressants, c’est que ce sont des gens normaux (enfin, peut-être pas Gorin Mogen ou le vice-roi, c’est un métier) qui deviennent des héros à leur manière, que ce soit l’adolescent qui n’a pas peur de partager des informations vitales, avec des universitaires découvrant soudainement à quel point leur esprit est crucial pour la survie d’une nation, avec d’humbles fonctionnaires trouvant du courage quand ils en ont le plus besoin. C’est une histoire de perte, d’amour, de rédemption, de courage, d’unité et de surmonter le désespoir pour ne pas abandonner. Toutes des expériences très humaines de gens simples faisant des choses extraordinaires.

A PLAGUE OF GIANTS raconte une histoire de guerre sous plusieurs angles en utilisant la magie d’un barde, avec un grand effet.

La construction du monde de Hearne est engageante. Il ne vous nourrit pas au biberon, au début on a l’impression de boire à une bouche d’incendie, mais ensuite vous vous installez et ramassez des choses en cours de route. Ensuite, il vous montre des choses avec un coup de poing dans l’estomac. Ce n’est pas un monde moelleux avec une simple magie inestimable. Toute magie a un prix et, le plus souvent, elle vous mène directement aux portes de la mort. Pour la plupart des gens, la simple poursuite de la magie les tuera. J’ai particulièrement apprécié les scènes avec Ahbi et sa découverte du sixième kenning et de tout ce qui s’y rapporte. Mais des géants ? Ah bon? N’est-il pas si mauvais de combattre des gens qui peuvent contrôler le feu qu’il faut ajouter qu’ils sont deux fois plus grands que les gens normaux ? Pour Hearne, si c’est une guerre, les enjeux sont élevés et ça devient moche.

Lire aussi :  Critique : Les Orphelins de Raspay

L’avantage du style narratif est que le livre, malgré sa longueur, avance régulièrement (Hearne n’est pas un novice ici). Des morceaux de l’histoire vous guident sans cliffhangers ennuyeux (surtout), et je ne me suis jamais ennuyé avec le changement de personnages. Ils étaient faciles à déplacer et suffisamment reconnaissables pour se perdre ou se confondre. La fin du roman était un peu abrupte, mais je suppose que cela a plus à voir avec le fait que j’étais prêt pour que l’histoire continue, malgré le point culminant passionnant.

Si vous êtes à la recherche de fantasy épique avec des histoires amusantes et une construction intelligente du monde, consultez A PLAGUE OF GIANTS.

  • Âge recommandé : 13+ pour violence
  • Langage: Un petit peu
  • La violence: C’est une guerre et ça peut devenir effrayant.
  • Sexe: Références (dont bestialité) ; Rapports M/M

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *