La cour des couteaux cassés

Critique : La cour des couteaux cassés

Au cours d’une de mes interminables années à l’université, j’ai pu suivre le cours d’écriture créative de Sanderson. C’était avant que les choses ne décollent pour lui avec la Roue du Temps. Pour la plupart, je n’ai suivi le cours que parce que j’avais commencé à écrire mes propres trucs, plutôt que de simplement lire, et que le professeur était un auteur local peu reconnu. Accord. L’une de ses conférences ce semestre portait sur la façon d’utiliser la perspective et le point de vue dans nos histoires, et nous avons parlé de toutes sortes de choses, y compris les différentes options parmi lesquelles nous devions choisir.

Je me souviens d’une question en particulier de notre discussion sur le mélange des points de vue à la première et à la troisième personne dans un livre. Mon souvenir est qu’il a dit quelque chose comme « faites attention », mais que vous pouviez, si vous le vouliez. Cependant, ce n’est pas quelque chose que vous rencontrez très souvent : des points de vue à la première et à la troisième personne dans le même livre. En fait, je ne me souviens pas de la dernière fois où j’ai lu un livre qui faisait les choses de cette façon.

Eh bien, pas avant celui-ci, en tout cas.

THE COURT OF BROKEN KNIVES est le premier d’une trilogie de dark fantasy de la première auteure Anna Smith Spark. J’ai entendu un peu de buzz à propos de ce livre au moment de la sortie du deuxième de la trilogie, mais je ne l’ai jamais vraiment lu. Elle a ensuite fait un commentaire sur Twitter sur sa participation à un panel de convention avec Steven Erikson et sur la façon dont il avait dit qu’il aimait son livre.

Lire aussi :  Critique : Espace Révélation

Alors, j’ai décidé que je devrais probablement le lire. Je veux dire, si Erikson l’a aimé…

L’histoire parle du renversement imminent de l’un des empires les plus riches que le monde ait jamais connu. Raconté principalement à travers les perspectives de quatre personnages POV, nous voyons le travail d’un gang de mercenaires qui ont été embauchés pour tuer l’empereur. Deux des personnages sont issus de cet équipage de compagnons : leur capitaine et une jeune nouvelle recrue. Un autre est un politicien qui vit dans la capitale où réside l’empereur, et le dernier est la grande prêtresse du temple des dieux de l’empire.

Pour les réglages, c’était bien. La manière de l’auteur avec les mots est assez impressionnante, et cela se voit dès le début. Le premier chapitre était… dirons-nous « potentiellement déroutant » à cause de la façon dont il a été écrit. Il m’a fallu un certain temps pour tomber là-dedans, mais une fois que je l’ai fait, le jeu d’essayer de m’éloigner du livre était presque perdu. Grande construction du monde, presque entièrement mise en lumière à travers les interactions du personnage avec lui. Bon sens du lieu et de l’environnement. L’auteur ne gâche pas le lecteur en exposant tout, mais je ne me suis pas non plus retrouvé confus quant à ce qui se passait.

C’est une bonne écriture.

Presque tout fonctionne pour ce premier roman de dark fantasy. LA COUR DES COUTEAUX CASSÉS plaît et agace à peu près à parts égales.

Le monde lui-même ressemblait beaucoup à ce qu’on nous avait nourri d’histoires comme A Song of Ice and Fire : empires, soldats, magie minimale et dragons. Il y a des moments où de faibles niveaux d’éléments spéculatifs dans une histoire me dérangent. De toute évidence, il y a des histoires où cela ne se produit tout simplement pas. C’était l’un de ces derniers.

Lire aussi :  critique : héritier de sang

La caractérisation est précise tout au long du livre. Une perspective solide et une écriture ciblée ont permis de se faire une idée de qui sont ces personnes, d’où elles viennent et de ce qu’elles s’attendent à trouver dans les jours à venir. J’ai eu quelques difficultés à passer d’un personnage à l’autre. Surtout quand la perspective sautait entre la première et la troisième personne. Cependant, plus tard dans le livre, même le même personnage a commencé à sauter entre ces deux perspectives, et cela m’a fait passer de « trouver ça difficile » à « être un peu ennuyé ».

Si la caractérisation était l’un des points forts de cette lecture, elle en était aussi, étonnamment, l’un des points faibles. C’est parce que plus je lisais et plus j’entrais dans l’histoire, plus je commençais à sentir qu’il me manquait quelque chose. Je pensais avoir tout compris. Tout était arrangé, et très bien.

Puis est venu le premier rebondissement, et j’ai réalisé ce qui m’avait manqué : les points singuliers et principaux du personnage qui concernaient principalement la motivation. Lorsque le deuxième « twist » est arrivé, j’ai découvert qu’il avait le même goût. Encore une fois, une partie intégrante du caractère d’intérêt a été délibérément retenue puis révélée à un moment donné pour fournir une « torsion ». Cela s’est produit maintes et maintes fois, sauf bien sûr à la fin. À la fin du livre, je savais que je n’avais aucune idée de la raison pour laquelle les personnages faisaient ce qu’ils faisaient, car il n’y avait pas de révélation sur la dernière page qui m’attendait. Parlez d’une déception.

Lire aussi :  critique : chanson de sang

Cette distribution sélective du personnage et de ses motivations a rendu le point culminant du livre totalement dénué de sens pour moi. Malgré le fait qu’il y a une énorme bataille, des quantités folles de personnes qui meurent et plus de trahisons sanglantes auxquelles je ne m’attendais pas… J’ai découvert que je ne me souciais généralement pas de ce qui se passait.

Je peux tout à fait comprendre pourquoi les gens ont aimé ce livre. L’auteur fait un excellent travail avec presque tous les aspects du processus de narration. Ceux où elle a échoué pour moi ont considérablement atténué mon plaisir du livre. J’adorerais prendre le prochain de cette série et constater que l’auteur n’utilise pas cette méthode pour fournir des « torsions » dans son histoire. En fait, s’il le faisait, je pense qu’il se retrouverait rapidement dans mes rangs d’auteurs préférés. C’est à quel point j’ai apprécié tout le reste. Je ne peux donc pas m’empêcher de penser qu’un jour dans le futur, je sauterai dans le deuxième livre et jetterai un œil à ce qu’elle en a fait.

  • Âge recommandé : 16+, principalement en raison de la violence
  • Langage: Fort mais un peu rare
  • La violence: Sanglant et violent, à la Abercrombie
  • Sexe: Références fréquentes et quelques scènes un peu détaillées (hétéro/homo)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *