éclat de nophek

Critique : Nophek Glitter

Alastair Reynolds est l’un de mes auteurs préférés, surtout en matière de science-fiction. Donc, le fait qu’il ait donné à ce livre une note publicitaire a eu beaucoup de poids avec moi. Puis, peu de temps après avoir entendu parler du livre, l’auteur s’est engagé dans une conversation en ligne que j’ai pu écouter. Cette expérience m’a laissé assez intrigué pour aller chercher le livre et le mettre assez haut dans ma file d’attente EBR-TBR. Bien qu’intrigante, la lecture m’a laissé une mauvaise impression et plus de frustration que prévu, compte tenu de l’introduction plutôt impressionnante qui m’avait été faite.

Se plaindre.

NOPHEK GLOSS, si rien d’autre, a l’un des titres les plus uniques que j’ai rencontrés pour un livre de science-fiction ces dernières années. C’est le premier roman de l’auteur et le premier d’une série qui devrait être élargie plus tard cette année. Malheureusement, l’idée centrale du titre joue à peine dans l’histoire.

C’est l’histoire de Caiden, un adolescent fermier sur une planète lointaine. Il est content de sa vie. Il vit avec ses parents et sa sœur cadette. Il aide à prendre soin de son troupeau de bovins. Votre vie est structurée. Simple. Pittoresque. Puis un jour les contremaîtres descendent d’en haut et tout le monde se rassemble pour voir ce qu’ils apporteront. Au lieu de quelque chose de merveilleux, ils prennent sur eux d’abattre tout le bétail de leurs fermes sans donner de raison. Ensuite, tous les gens sont rassemblés et entassés dans un vaisseau qui les fait sortir de la seule maison qu’ils aient jamais connue et les jette sur une planète désertique. Avant longtemps, ils découvrent que la planète est peuplée d’un grand nombre de Nophek. Les Nophek sont une espèce extraterrestre sauvage qui ressemble à un hippopotame poilu et violemment carnivore. Par conséquent, lorsque Caiden et tous les gens qu’il connaît se déversent dans le désert, les bêtes voraces se lèvent et mangent tout le monde. Eh bien, sauf Caiden. Sa mère le pousse sous un gros rocher et il parvient à survivre.

Lire aussi :  Critique : Ville de permutation

Il ne faut pas longtemps avant que le Nophek ne se disperse et que Caiden commence à errer. Il tombe sur un petit navire dans le désert, et peu de temps après, un petit équipage de charognards qui se trouvent sur la planète. Ils aident Caiden à s’échapper avec son vaisseau « sauvé ». À partir de là, l’histoire se concentre sur la tentative de Caiden de faire face au traumatisme d’avoir tué tous ceux qu’il connaît, et sa volonté de se venger des extraterrestres qui ont perpétré cette violence.

Bref, le début de cette histoire n’est pas mal. Surtout pour un premier roman. La prose est parfois un peu bizarre, et c’est difficile à manquer. Cela a quelque chose à voir avec le fait que l’auteur prend des termes que vous associez normalement à un sens humain et les utilise ensuite dans le contexte d’un sens humain différent. Du moins, c’est ce que j’ai compris de l’explication de l’auteur sur la façon dont elle a écrit cette histoire. C’est un peu rebutant au début, mais j’ai fini par m’y habituer.

Les membres d’équipage qui ont fait sortir Caiden de la planète et l’ont aidé à s’échapper étaient intéressants. Ils sont un mélange d’humains et d’extraterrestres. La caractérisation et les descriptions de chacun d’eux sont assez bonnes, et il ne m’a pas fallu longtemps pour m’adapter à l’histoire, car ils l’adoptent essentiellement comme l’un des leurs et l’aident à déterminer où il s’intégrera dans la civilisation. Je me suis demandé pourquoi tout le monde était immédiatement gentil avec lui, mais cela ne m’a pas trop dérangé. Le premier arrêt de l’équipage est le port spatial d’Emporia, où tout peut être trouvé… pour un prix. Jusqu’à présent, je faisais des recherches sur l’histoire et j’étais prêt à voir où les choses allaient.

En général, les idées présentées dans l’histoire sont intéressantes, mais ont très peu d’explications. Difficile donc de se faire une bonne idée de ce dont il s’agit. Certainement * pas * de la science-fiction dure ici. Le concept des « univers de poche » est utilisé… eh bien… universellement tout au long du livre. Univers contenant des planètes. Univers contenant des systèmes solaires. Univers qui entourent certains navires et maisons. Ils ressemblaient plus à des champs de force de confinement, mais on nous dit que dans certains des différents univers, la physique est complètement différente. De nombreux extraterrestres différents sont exposés. les mignons D’autres, pas tellement. L’augmentation et la manipulation du corps abondent. En cours de route, l’auteur aborde de nombreux concepts différents, tels que l’inclusion et la fluidité du genre, et l’éthique du génocide. Caiden prend ces expériences dans la foulée, mais poursuit son objectif de se venger des extraterrestres qui ont tué tous ceux qu’il connaissait en essayant de tuer leur chef. Souvent avec un état d’esprit unique qui finit par lui faire prendre de mauvaises décisions.

Lire aussi :  Critique : Kitty's Mix Tape

NOPHEK GLOSS commence bien, mais souffre d’un manque de portée, de caractérisation et d’attention aux conséquences. Intriguant mais décevant.

Les pièces que j’ai présentées ici s’inscrivent toutes dans le contexte d’une histoire de science-fiction. Donc, ça aurait dû être assez décent. Le fait est qu’il y avait plusieurs problèmes que j’avais avec le livre que je ne pouvais tout simplement pas avaler. Le premier que j’ai rencontré était un manque de conséquence alarmant. Plusieurs fois, Caiden reçoit des choses qui semblent extraordinairement importantes pour des raisons particulières, puis lorsque ces raisons ne sont plus valables… rien ne se passe en conséquence. Il est autorisé à garder toute sa manne et à poursuivre son voyage vers la vengeance. Maintenant accordé, faire en sorte que les choses se passent de cette façon lui permet de poursuivre sa quête de vengeance, mais cela a en quelque sorte tué mes attentes vis-à-vis de l’histoire.

Ensuite, il y avait le problème d’échelle. S’il y a une chose à propos de l’espace extra-atmosphérique qui devrait toujours être vraie, c’est qu’il est GRAND. Cela ne semblait pas grand du tout. Quelque chose variait dans un contexte limité, oui. Il y a beaucoup d’extraterrestres et de civilisations et de science et d’autres choses qu’il voit, mais rien de proche de l’étendue à laquelle je m’attends dans la science-fiction. Le voyage entre les planètes prend ce qui semble être des jours, et ils apparaissent bientôt entre ces univers adjacents l’un après l’autre. L’histoire prend beaucoup de temps pour parler des problèmes, des extraterrestres et des idées scientifiques… et ensuite, l’expérience échoue complètement. Imaginatif, oui, mais un manque total de ce sens de l’émerveillement.

Lire aussi :  Critique : Bois flotté

Le kicker pour moi était le manque ultime de caractérisation pour le personnage principal, Caiden. Cela finit par apparaître comme une seule note en raison de sa motivation à tuer de « mauvais extraterrestres ». Prendre des décisions qui ne semblent pas justifiées. Combinez cela avec le fait qu’il semble toujours obtenir ce dont il a besoin pour continuer, malgré le peu de sens que cela pourrait avoir, et il n’y a pas vraiment besoin de comprendre comment il progresse jusqu’à l’apogée du livre. Au moment où il a tout laissé tomber et a soudainement eu envie de littéralement « sauver les chiots », j’ai presque arrêté de lire.

Celui-ci ne m’a tout simplement pas saisi. Il a omis de me raconter une histoire intéressante. Et puis c’est devenu un peu ridicule. Désolé, mais cela n’a tout simplement pas fonctionné pour moi.

  • Âge recommandé : 14+, principalement pour violence
  • Langage: parfois fort
  • La violence: Pas grand-chose, mais quand ça arrive, ça peut devenir assez violent/sanglant.
  • Sexe: Quelques références mais rien de trop fort.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.