battement de guerre

Critique : Rythme de guerre

Le quatrième livre des archives Stormlight de Sanderson, la tranche RHYTHM OF WAR a de grandes révélations, moins sur les événements eux-mêmes, mais plus sur la façon dont nous voyons ces événements. Et à la manière habituelle de Sanderson, il prend son temps avec ces révélations, en s’appuyant sur elles une pièce à la fois.

Cet épisode est raconté principalement du point de vue de Kaladin, Shallan, Nivani et Singer Venli, avec quelques autres en contrepoint. A l’exception de Kaladin, sa contribution à la résolution de ce conflit ne vient pas forcément du front. Mais ce sont ces interventions en coulisses qui auront le plus d’impact sur les événements.

Navani a passé sa vie à sentir qu’elle n’a pas été en mesure de réaliser sa véritable vocation d’érudite. Au lieu de cela, ses responsabilités d’épouse, de mère et de reine ont exigé un rôle plus administratif, ne lui laissant pas le temps de poursuivre ses désirs académiques. Le résultat est qu’elle sent que son manque de temps en tant qu’érudite l’empêche de se qualifier d’érudite véritable.

La lutte de Kaladin contre la culpabilité à propos de la mort de Tien, la mort de ceux dont il se sentait responsable, son conflit continu avec son père et d’autres sources de doute de soi et de fatigue l’ont conduit sur la voie de l’épuisement. Lorsque Dalinar le découvre et le réaffecte loin des lignes de front, les doutes de Kaladin ne font que s’approfondir. Il essaie de trouver un nouveau chemin pour lui-même, mais tous les chemins semblent ne mener nulle part.

Lire aussi :  Critique : L'épée de Kaigen

Le passé de Shallan n’est jamais loin derrière, et ses autres moi sont un rappel constant de son incapacité à faire face à ces problèmes de front. Sa tâche d’infiltrer les Ghostbloods a ses succès et ses échecs, fournissant des révélations qui résolvent une autre pièce du puzzle. Elle passe à autre chose car une nouvelle mission l’oblige à accompagner Adolin à Shadesmar et à rendre visite à Honorspren.

Venli est exprimée par l’un des fusionnés et nous apprenons très tôt qu’elle est en fait une Radiant One dans le premier serment. Elle craint que si elle s’expose, elle sera tuée, car les Fused et les autres chanteurs détestent sûrement les Radiants. Alors elle cache sa vraie personnalité tout en servant ceux qui la tueraient. Lorsqu’elle est recrutée dans un complot visant à prendre le contrôle d’Urithiru, elle pense que c’est peut-être sa chance d’échapper aux Fusionnés et de conduire ses partisans dans un endroit où ils pourraient être libérés des humains et des leurs qui les asserviraient.

Le livre est dédié à l’exploration des histoires et de l’évolution de ces personnages alors qu’ils résolvent leurs conflits personnels. Ainsi que les conflits des autres, tels que Taravangian et sa compréhension de la façon de vaincre Odium, mais ne peut amener personne à le croire; à propos de l’accord de Dalinar avec Odium qui pourrait potentiellement mettre fin à la guerre pour toujours ; sur la connexion de Moash à Kaladin ; et tant d’autres histoires qui ont une influence sur le roman en général.

Lire aussi :  Bilan : Projet Ave Maria

Si je vous en dis plus que cela sur ce qui va se passer (et quelle surprise, si c’est inattendu), alors ce serait un spoiler. Mais c’est ce conflit même qui fait que tant de personnages sortent de l’autre côté plus forts, plus informés, mais aussi plus compatissants et compréhensifs. C’est à ce stade que nous commençons à voir qu’il y a une chance, aussi petite soit-elle, que la paix puisse réellement se produire. Je ne sais pas comment, mais je suis intéressé à le savoir.

Brandon Sanderson continue sa série avec RHYTHM OF WAR, plus une préparation pour ce qui est à venir qu’une version autonome.

Il n’y a AUCUN moyen de couvrir tout ce qui devrait vraiment être couvert dans cette revue. Discussions sur le doute de soi, la dépression, les relations raciales, la musique, la méfiance, la trahison et tous les autres thèmes tissés tout au long de ce roman. Le résultat serait des spoilers majeurs et une discussion de plusieurs pages, mais je ne peux pas lui rendre justice ici. Néanmoins, cela pourrait mieux vous servir sur les forums de discussion dédiés à Stormlight Archive. Si vous voulez plus de mes réflexions sur la mise en place et la construction du monde, une grande partie de cela est couverte dans les critiques précédentes de Stormlight Archive (telles que celles d’OATHBRINGER, ici).

J’ai acheté la version imprimée et j’ai commencé, mais même après avoir été un lecteur de fantasy épique pendant des années, j’ai été rebuté. En tant que parent d’adolescents, je n’ai tout simplement pas le temps de m’asseoir et de lire. Heureusement, il y a Audible, ça m’a sauvé. Les narrateurs d’Audible pour RHYTHM OF WAR, Kate Reading et Michael Kramer, étaient fantastiques. Je dois admettre que le style de Sanderson est écrit d’une manière qui se traduit bien dans les dramatisations et les narrateurs ont fait un excellent travail pour différencier les personnages et mettre l’émotion au premier plan. Ils m’ont vraiment aidé à visualiser l’histoire d’une manière que je pense que j’aurais manqué de lire la version imprimée. Je recommande fortement d’utiliser Audible si la lecture d’un livre de 1 232 pages semble impossible pour vous ou votre adolescent.

Lire aussi :  Critique : L'empereur gobelin

  • Âge recommandé : 12+
  • Langage: Mineure
  • La violence: Le livre est plein de conflits, mais ce n’est pas le genre sanglant et horrible; il y a des morts à l’écran
  • Sexe: références vagues

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.