Démons, Encre

Critique : Démons, Encre

Parfois, tout ce que vous avez à faire est de demander et quelqu’un vous écoutera.

C’est essentiellement ce qui m’est arrivé avec ce livre. L’auteur a tweeté qu’il avait besoin de critiques pour ses livres, ce qui m’a fait rire, alors je lui ai dit que j’obligerais. J’ai découvert plus tard que le livre que j’avais acheté était auto-publié et récemment entré dans le SPFBO dirigé par Mark Lawrence. Curieusement, il était regroupé dans le même groupe initial de livres que LE FIL DU RASOIR (Revue EBR). Donc, même si je suggère que M. Snyder ne retienne pas son souffle à l’idée de se rendre au deuxième tour… c’est toujours un très bon livre, et je suis content de l’avoir trouvé.

DEMONS, INK semble être un livre autonome, mais je serais très surpris si l’auteur n’en écrivait pas plus. Il a juste ce sentiment. Il y a une introduction, mais ce n’est en aucun cas une histoire d’origine. Il y a une trame de fond qui sort, mais c’est surtout juste un roman fantastique urbain percutant qui était très amusant à lire.

Jack Nyx a des démons, et tous ne sont pas du genre moelleux et adorable. Ils sont attachés à son corps grâce à l’encre de tatouage et lui donnent accès à ses différents pouvoirs. Il en a un qui est super violent. Celui qui le rend irrésistible. Un autre… eh bien, je ne veux pas révéler tous ses secrets. Jack est un homme à embaucher, et il est sur le point d’accepter un travail qu’il ne devrait vraiment pas. Partez à la recherche d’un enfant disparu. Je trouve plutôt drôle que j’écrive cette critique au dos de ma dernière critique qui contenait également une intrigue sur un gars qui… cherchait un enfant disparu. La différence est que celui-ci était vraiment bon.

Lire aussi :  Critique : Les Chaînes de l'Hérétique

Jack était un personnage dans lequel j’ai trouvé facile de m’enfoncer. Il est dur. C’est sarcastique. Il aime faire des choses. Il a une conscience, mais il a aussi un prix pour presque tout. À bien des égards, Jack m’a rappelé une version plus sombre de Harry Dresden. Pas complètement, remarquez, mais d’une manière ou d’une autre. C’est peut-être parce que je ne lis pas beaucoup de fantasy urbaine et que je n’ai pas d’autre comparaison à portée de main, alors ne prenez pas cette comparaison trop au pied de la lettre.

DEMONS, INK nous apporte Jack Nyx alors qu’il prend une raclée de tous les côtés et fait de son mieux pour rester à flot. Fantaisie urbaine amusante, bien écrite.

Le point de vue à la première personne a rendu la caractérisation facile et directe dans celui-ci. Aún así, incluso la caracterización secundaria del jefe de Jack, su antiguo novio (cuya alma Jack guarda en un tarro de cristal) y su amiga bruja actual, Ivy Sosye, están bastante bien dibujadas y son fáciles de identificar a medida que van y vienen Tout au long de l’histoire. Et ils vont et viennent définitivement. Dès le début, les gens et les événements se succèdent et poussent l’intrigue à un rythme effréné. Juste au moment où vous pensez que ce pauvre gars va reprendre son souffle, quelque chose ou quelqu’un d’autre arrive comme lui. Il y a eu un moment où j’ai commencé à me demander combien de temps les hits continueraient à arriver. Je veux dire qu’il doit y avoir une limite à la quantité de dégâts que ce pauvre gars peut subir. Cela a peut-être un peu tendu ma suspension d’incrédulité, mais je l’ai tenu jusqu’au bout.

Lire aussi :  Bilan : Déclaration des droits des magiciens

Le seul aspect de l’histoire qui, je pense, aurait pu être mieux était le détail des règles régissant les démons et leur manipulation. Donc, dans un sens, je voulais plus de dumping d’informations. Je sais. Je trouve un peu étrange de dire ça. Cependant, à mesure que je me rapprochais du milieu du livre, j’ai commencé à perdre une partie de l’énergie que j’avais pour l’histoire parce que j’avais l’impression de ne pas savoir ce qui se passait ou ce qui allait marcher et ce qui pourrait exploser. . Je n’avais pas cette sous-couche des règles de la magie dans l’univers de ce type pour simplement m’asseoir et regarder tout s’enflammer sans remettre en question les choses en cours de route. En l’état, c’est une lecture assez courte. Je pense à quelque chose comme 10 à 15% supplémentaires pour compléter un peu le système magique et donner à la ville autour d’eux un peu plus de réalité, et cela aurait été un livre VRAIMENT solide.

Je pense que j’aurais aimé un peu plus de fin aussi. La chose s’arrête assez brusquement après l’apogée. Ça m’a laissé un sentiment… un peu changé. Pourtant, j’ai bien aimé cette lecture. Beaucoup de plaisir, rapide et engageant. C’est une chose simple de dire que je lirais totalement autre chose de ce type. Souhaitons-lui bonne chance au SPFBO de cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *