l'empereur gobelin

Critique : L’empereur gobelin

Il y a quelque temps, nous avons publié une nouvelle page sur le site qui répertorie certains livres que nous pensions être les meilleurs exemples de fiction fantastique que vous puissiez obtenir (page EBR). L’un des commentaires que nous avons reçus sur cette page suggérait que notre liste manquait exactement ce livre. Cependant, je dois admettre que je n’ai pas été particulièrement captivé par la couverture ou le titre, alors je l’ai passé comme j’en ai fait beaucoup d’autres que je n’aimais pas.

Récemment, cependant, le livre audio est sorti, alors j’ai pensé que je pourrais aussi bien l’essayer. Après tout, je suis toujours partant pour une autre excellente suggestion de lecture.

Il s’avère que j’aurais probablement dû laisser tomber.

THE GOBLIN EMPEROR est, ostensiblement, un livre autonome sur un individu relativement jeune, Maia, mi-gobelin, mi-elfe, et soudain héritier du trône de l’empire elfique, qui a la chance d’être quelque chose qu’il n’aurait jamais pensé qu’elle serait. il serait : empereur. Lorsque son père, l’actuel empereur, et tous les demi-frères et sœurs aînés de Maia sont tués dans l’explosion d’un dirigeable, elle se remet de sa vie de ténèbres et d’exil dans un endroit lointain et se voit soudainement accorder le contrôle de l’empire.

Le reste du livre traite de la façon dont il navigue dans les aspects politiques de son nouveau poste.

Dans l’ensemble, le début de cette histoire a été ma partie préférée du livre. Dans ce document, la majeure partie du personnage de Maia est construite au fur et à mesure que nous apprenons tout sur son histoire, puis sur son placement ultérieur sur le trône elfique. Nous en apprenons plus sur sa mère, sa vie avec un cousin violent et son manque d’éducation. Bref, ils l’ont placé dans une maison, loin de tout ce qui est important, parce qu’il est inutile à l’empire.

Lire aussi :  Critique : We Are Legion (We Are Bob)

Jusqu’à ce que ce ne soit pas le cas.

Au-delà de l’introduction assez décente du personnage de Maia, très peu de caractérisation suit. La plupart des entités politiques qui l’entourent sont des décors typiques : soit extrêmement hautains, soit convenablement doux. Au fur et à mesure que chaque personnage entre dans l’histoire, est filtré à travers ses interactions avec Maia et part finalement, marchant hors de la scène vers la droite, je n’arrêtais pas de me demander quand le conflit entrerait en jeu. Il y a une suggestion assez forte que cela pourrait venir de son cousin, Setheris. Et puis avec l’introduction de l’idée que l’explosion qui a tué son père, l’empereur, n’était pas réellement un accident comme on le supposait au départ, mais qu’elle avait été déclenchée exprès. Et puis quand on apprend que le grand-père de Maia, la grande racaille de l’empire gobelin, vient lui rendre visite. C’est peut-être là que le conflit finirait par éclater.

Mais non.

THE GOBLIN EMPEROR est un livre fantastique avec presque rien de fantastique à l’intérieur. Un livre sur un paria qui apprend à être un politicien.

Certains se plaignent qu’il y a peu ou pas d’action dans ce livre, mais ce n’est pas vraiment le problème. Le vrai problème est qu’il y a peu ou pas conflit qui survit au-delà d’une poignée de pages. Il y a certainement des moments de conflit. Juste aucune substance. Maia repousse son cousin, Setheris, aussi proprement que son père l’a enfermé une fois. Le complot visant à tuer son père et l’enquête qui en a résulté sont oubliés jusqu’à la fin de l’histoire. Le roi gobelin n’apporte pas de grandes surprises. Au lieu de cela, c’est chapitre après chapitre de la façon dont Maia apprend à gérer ses nouveaux pouvoirs politiques et tente d’imposer sa volonté sur celle de la cour. Certains d’entre eux reculent. D’autres non. En cours de route, nous apprenons que Maia a beaucoup de sensibilités qui s’opposent abjectement aux opinions dominantes de tout le monde autour de lui, mais curieusement, elles correspondent assez bien à la façon dont quelqu’un penserait à l’époque actuelle. Habituellement, une sorte de drapeau rouge pour moi, mais cela ne m’a pas trop dérangé car la plupart des discussions ont été maintenues dans le contexte de Maia et de ceux avec qui elle interagissait.

Lire aussi :  Critique : La fille et la montagne

Cependant, la plus grande difficulté que j’ai eue avec ce livre était le fait qu’il n’y a essentiellement rien dans l’histoire qui n’aurait pas pu se produire si ce n’était pas une histoire fantastique. Parce que ce n’est pas une histoire fantastique. C’est l’histoire d’une sphère politique inventée et de ce qui s’y passe. La seule partie ouvertement fantastique est que les principaux décors sont des gobelins et des elfes, mais essentiellement rien de substantiel qui soit magique ou spéculatif ne se passe dans tout le livre. Et c’est vraiment décevant. D’autant plus que cet auteur sait évidemment enchaîner les mots. Prose très bien écrite et structurée avec un but. Je ne comprends pas pourquoi quelqu’un voudrait lire la chose. Mais là encore, la politique est soit très ennuyeuse, soit très irritante pour moi. Donc dans l’ensemble je les déteste.

Ce n’est certainement pas une mauvaise histoire. Ce n’est pas mal orthographié. C’est pas mal dit. Ce n’est tout simplement pas fantastique, ce n’est pas rapide et ce n’est pas excitant. Pourtant, si vous aimez la politique et les personnages modérément bons, dans un cadre qui n’a pas besoin d’être très fantastique du tout … alors vous aimerez peut-être ce livre. Jugez par vous-même, si vous préférez. Ou écoutez-nous, et oubliez celui-ci. Vraiment, vous ne ratez rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.