Nous chevauchons la tempête

Critique : Nous chevauchons la tempête

Les titres de livres sont conçus pour vendre le livre. Ils essaient de trouver la bonne note pour alerter les lecteurs sur le genre tout en attirant de nouveaux lecteurs. Il y a des titres de livres à la mode (rappelez-vous quand chaque titre de livre était long d’un mot ?) et des tendances et ils ne sont pas (comme je le supposais) quoi que ce soit. l’auteur pensait que c’était le meilleur titre pour le livre.

Le fantasme épique de Devin Madson, WE RIDE THE STORM (Amazon), est une exception. Premier opus de la série The Reborn Empire, ce livre a été auto-publié à l’origine et Madson a conservé son titre d’origine. C’est un excellent titre pour le roman, où les trois personnages POV sont jetés dans la tempête métaphorique de la guerre, chacun essayant désespérément d’utiliser de nouvelles allégeances glissantes et changeantes à leur avantage.

Une paix fragile existe entre les royaumes de Kisia et de Chiltae. Miko est une princesse de l’empire Kisian. L’empereur actuel tarde à la nommer, elle ou son frère jumeau, comme son héritier, car ils ne sont pas ses vrais enfants. Déterminée à ne pas être négligée ou rejetée, Miko joue à des jeux d’intrigue polis pour gagner le trône, mais son frère prend les choses en main. Il tente de tuer Dom Villius, l’homme de Chiltaen à qui Miko a été promise. Cette attaque rompt la paix entre Kisia et Chiltae et détruit les plans prudents de Miko, la forçant à montrer sa main et à se battre pour son droit au trône.

Lire aussi :  Critique : La tour d'obsidienne

Cassandra est une prostituée, avec un travail secondaire lucratif en tant qu’assassin. Elle est habituée au sang, et elle a l’habitude d’entendre les voix des morts dans sa tête, dont une voix particulièrement insistante qui l’accompagne partout où elle va. Lorsqu’un homme mystérieux promet à Cassandra un moyen de se débarrasser de la voix dans sa tête en échange du meurtre d’un homme, elle ne peut pas dire non. Bien sûr, la marque de Cassandra s’avère être Dom Villius, en route pour Kisia pour épouser la princesse Miko et assurer la paix entre Chiltae et Kisia. Cela complique le travail de Cassandra, mais pas autant que lorsqu’elle découvre que Dom Villius ne semble pas capable de mourir. La simple mission d’assassinat de Cassandra l’a laissée prise dans un réseau d’intrigues, et bien que Cassandra sache ce qu’elle veut, la voix dans sa tête ne partage pas toujours les mêmes objectifs.

Rah est un cavalier de Levanti, protestant contre une vague de changement que les missionnaires ont apportée dans les plaines. Découragée par la lente destruction du mode de vie Levanti, Rah dirige un groupe de cavaliers Levanti à la recherche d’une nouvelle vie. Ils sont capturés presque immédiatement par l’armée Chiltaen et rejoignent un grand groupe d’autres Levanti qui ont quitté les plaines. En tête, Gideon, un homme qui était autrefois comme un frère pour Rah. Mais Gideon a maintenant des objectifs différents, des objectifs que Rah trouve incompréhensibles et en contradiction avec le mode de vie de Levanti. Les principes de Rah sont poussés et compromis à chaque tournant, mais alors que l’armée Chiltaen avec sa nouvelle infanterie Levanti marche vers Kisia, Rah doit choisir entre le mode de vie qu’il a toujours connu et sa loyauté envers Gideon.

Lire aussi :  Critique : L'Insurrection de Kalanon

***

Une prostituée devenue meurtrière. Une princesse en colère a refusé son héritage. Ce sont des tropes communs dans la fantasy épique, et tandis que les histoires de Cassandra et Miko évoluent pour avoir des histoires plus compliquées et intrigantes, ce ne sont pas leurs histoires qui m’ont initialement attiré vers WE RIDE THE STORM, mais celles de Rah. La construction du monde de Madson autour de la culture Levanti est intéressante, et la tête épaisse de Rah la rend convaincante.

Alors que WE RIDE THE STORM commence avec des tropes fatigués, Madson leur donne vie, créant des personnages mémorables et des situations complexes.

Le livre a continué à se sentir un peu générique pour le premier tiers, mais une fois le statu quo rompu, Madson a mis ses personnages dans des situations de plus en plus complexes avec des décisions de plus en plus mauvaises à prendre, vous guidant à travers le roman. Madson ne craint pas les situations sombres et désastreuses, laissant chacun de ses personnages complètement changé ou vaincu.

J’aurais aimé même quelques teintes de construction du monde de plus. Madson en donne suffisamment aux lecteurs pour cadrer le conflit, mais un peu plus d’histoire aurait aidé à clarifier les enjeux du conflit au début du livre. La tendance de la fantasy épique semble être une approche beaucoup plus allégée de l’information, ce que j’adore, mais parfois je veux juste une bonne décharge d’informations.

Madson est particulièrement prudente sur les détails de toute la magie de son livre. Certains des moments les plus intéressants de WE RIDE THE STORM ont impliqué Cassandra qui se battait littéralement alors que la voix dans sa tête semblait prendre le contrôle de son corps. Madson ne nous donne aucun détail ni même allusion à une raison de l’état de Cassandra dans ce livre et je suis intéressé d’en savoir plus.

Lire aussi :  Bilan : Comment Rory Thorne a détruit le multivers

Alors que WE RIDE THE STORM commence par des tropes fatigués, Madson leur donne vie, créant des personnages mémorables et des situations complexes qui promettent des décisions difficiles et intéressantes à l’avenir. WE RIDE THE STORM est un premier volet solide qui soulève des questions suffisamment intéressantes pour être sûr que je serai de retour pour la suite.

  • Âge recommandé : 13+
  • Langage: Quelques rares
  • La violence: Batailles sanglantes, meurtres, viols.
  • Sexe: mentionné hors écran, quelques détails

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *