poste 11

Bilan : Poste 11

Si vous cherchez un livre qui se concentre sur le développement du personnage, STATION 11 est le livre qu’il vous faut.

Ou peut-être que l’intrigue n’est pas si importante et que vous aimez vous promener dans un décor à la fois familier et étrange.

Il se peut aussi que vous aimiez les livres avec des éléments qui ne semblent pas importants pour l’intrigue dans son ensemble OU que vous trouviez de la satisfaction à lire 280 pages avant de commencer à voir les liens entre les personnages et les points de l’intrigue.

Si tel est le cas, vous pourriez apprécier la SAISON 11. Malheureusement, ce n’est pas le genre de chose que je recherche dans un livre. Ce n’était certainement pas le public cible.

STATION 11 a été écrite en 2015, avant COVID, et c’est une distinction importante car l’histoire tourne autour des événements qui ont suivi une pandémie mondiale qui tue plus de 90% de la population, plongeant immédiatement les survivants dans une existence d’avant la révolution industrielle. D’une part, lire ceci après avoir vécu jusqu’en 2020 me rend reconnaissant que les choses n’aient pas empiré ; mais d’un autre côté, le livre peut exacerber tout ESPT COVID qu’ils pourraient ressentir. Juste un petit avertissement amical de voisinage pour vous.

Kirsten avait 11 ans lorsque la grippe géorgienne a frappé Toronto. Tous sauf son frère sont morts, mais elle ne se souvient pas que la première année après que tout ait changé, c’était trop traumatisant. Maintenant, 20 ans plus tard, il voyage avec une symphonie itinérante et joue dans des pièces shakespeariennes alors qu’ils voyagent d’une colonie à l’autre autour de la région des Grands Lacs. La vie est dure. Pas de dentistes. Pas d’antibiotiques. Sans électricité. Pas de contrôle des naissances. Il se souvient vaguement d’avoir volé dans des avions, mais maintenant les vieilles routes pavées sont jonchées de voitures rouillées. Au lieu de cela, il doit apprendre les techniques du couteau afin de se protéger.

Lire aussi :  Critique : Les anges brisés

Jeevan a appris que la grippe était arrivée à Toronto par un ami médecin qui lui a suggéré de se réfugier quelque part. Ainsi, après avoir épuisé sa carte de crédit au supermarché local, elle apporte les fournitures à l’appartement de son frère et ils attendent les premiers mois de chaos avant d’émerger pour trouver un nouveau monde vide.

STATION 11 suit divers personnages après qu’une peste ait anéanti la majeure partie de la population humaine, et comment ils sont connectés de manière inattendue.

Clark était dans la cinquantaine lorsqu’il s’est retrouvé piégé dans un aéroport en quarantaine avec une centaine d’autres voyageurs bloqués. Il passe les 20 prochaines années à collectionner des souvenirs d’un monde révolu.

Qu’est-ce qui relie tous ces gens? L’acteur Arthur Leander était célèbre, mais il a été sauvé de la vie dans un monde post-peste en subissant une crise cardiaque la nuit avant que la grippe ne frappe Toronto. Les principaux personnages POV (et certains personnages non POV) ont un lien avec Arthur d’une manière ou d’une autre. Ils se souviennent de leurs relations avec Arthur alors que l’auteur Emily St. John Mendel explore ce monde post-peste: à quoi cela ressemblerait, comment cela affecte les personnages et comment ils le traversent.

Mais qu’est-ce que « Station 11 » a à voir avec cela ? La connexion d’Arthur est que « Station 11 » est une bande dessinée auto-imprimée écrite et dessinée par son ex-femme, Miranda. Mais pourquoi appeler le livre ainsi ? Je suppose que l’exploration du roman est plus subtile que ne le permettent mes préférences pleines d’action de fantasy et de science-fiction. Tout est très littéraire avec les liens avec Arthur. Peut-être que Station 11 a à voir avec l’espoir et le désir d’un monde meilleur ? Mais nous en savons si peu sur le contenu réel de la bande dessinée « Station 11 » qu’il est difficile de déterminer les objectifs de l’inclusion de cet élément de réglage et ce qu’il a à voir avec le titre, à part le fait que cela semble cool.

Lire aussi :  Critique : Machine

La majeure partie de l’histoire suit Kirsten et ses voyages avec la Symphonie, sa visite dans une ville prise en charge par un prophète mégalomane qui finit par les poursuivre. Les liens entre les personnages avec Arthur, puis leurs liens les uns avec les autres, sont les principaux moteurs de l’histoire, mais il était difficile d’avoir l’impression que cela conduisait beaucoup l’histoire. En fonction de cela, le pilote de l’histoire l’a fait échouer et la fin s’est estompée.

Ce serait probablement un bon livre pour un club de lecture pour femmes qui n’aime normalement pas lire de la fantasy ou de la science-fiction, et vous essayez de l’introduire en douce. C’est le genre d’histoire qui susciterait beaucoup de discussions. Mais si c’est un club de lecture pour lecteurs de science-fiction, je passerais.

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Un tas
  • La violence: Des morts, des références au viol, mais rien de graphique.
  • Sexe: référencé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.