La fille et la montagne

Critique : La fille et la montagne

L’autre jour, j’admirais la pléthore de livres de Mark Lawrence sur mes étagères, et j’ai réalisé combien de belles histoires ce type a produites pour nous au cours de la dernière décennie. Il travaille actuellement à la fermeture de son cinquième trilogie, c’est assez impressionnant, compte tenu de la chronologie, et une grande partie de ce qu’elle a apporté à la table a été incroyable. Si vous n’avez pas encore vérifié vos livres (fichier EBR), vous devriez le faire.

Cependant, je dois admettre que je me sentais quelque peu mal à l’aise (un adjectif que le correcteur orthographique de WordPress ne reconnaît apparemment pas) à l’approche de ce prochain livre. Le premier livre de la série, bien que divertissant, avait certains aspects qui m’ont fait m’inquiéter de l’évolution de l’histoire à venir. Où pourrais-je aller ? Comment pourrait-il aborder les perspectives qu’il essayait de recueillir.

Et j’ai bien peur que mes inquiétudes aient fini par être tout à fait justifiées.

LA FILLE ET LA MONTAGNE continue l’histoire de Yaz d’Ictha alors qu’elle en apprend plus sur ceux qui vivent et gouvernent l’étendue gelée de la planète d’Abeth. LA FILLE ET LES ÉTOILES ont laissé Yaz dans un endroit intéressant, montant du monde sous la glace et retournant vers ceux avec qui il avait commencé son voyage : les prêtres de Black Rock. Mais plus il en apprend sur Abeth, son histoire et ses habitants, plus les secrets semblent s’approfondir. Nous connaissons depuis un certain temps la planète glacée et le canal de croissance verte autour de son équateur, perpétué par les propriétés de focalisation de la lumière et de la chaleur de sa lune unique. Nous avons déjà ingéré l’histoire magique dans LE LIVRE DE L’ANCÊTRE (fichier EBR). Dans ce livre, les concepts de base de la science-fiction et les éléments fantastiques de ce monde se rejoignent, et le résultat est un tourbillon d’aventures au rythme effréné… mais décidément moins que ce à quoi je m’attendais.

Lire aussi :  Critique : Nous chevauchons la tempête

En plus de Yaz, deux personnages de soutien STARS obtiennent du temps POV : Thurin et Quell. Si vous vous souvenez, Thurin est né sous la glace et a récemment été libéré du contrôle de l’un des démons les plus puissants qui y vivent. Il a le contrôle de l’eau et, à court préavis, peut se soulever jusqu’au puits de glace à travers lequel Yaz est revenu à la surface. Quell, c’est l’ancien petit ami de Yaz, avant que tout cela ne commence. Dans l’ensemble, ces deux gars étaient aussi bien caractérisés que les personnages d’auteur le sont habituellement. Ses motivations dans ce cas tournent autour de Yaz et sa quête pour atteindre la bande de terre verte de la ceinture d’Abeth. Presque tout son point de vue survient au cours de la première moitié du livre, alors que l’histoire atteint son apogée à l’intérieur de Black Rock. Et bien que leurs histoires soient bien racontées et constamment émouvantes, je n’ai jamais eu l’impression que ces histoires étaient « leurs » histoires. Ils ressemblaient plus à des perspectives qui devaient être racontées pour construire l’histoire de Yaz et élucider davantage les aspects de science-fiction du monde. Une partie de la déconnexion pour moi est probablement venue du manque de connexion de caractère que je sentais que Yaz avait avec chacun d’eux, ou l’un d’entre eux. J’ai mentionné cet aspect de l’histoire dans ma critique STARS. Donc, bien qu’il y ait beaucoup de parties de l’histoire qui sont éclaircies dans la première moitié du livre, je n’ai jamais vraiment eu l’impression que tout cela avait décollé.

Lire aussi :  Critique : Stormblood

Si vous aimez les personnages de Lawrence, vous allez adorer ce livre fantastique qui se soucie plus de la science-fiction qu’autre chose.

Presque exactement à mi-chemin du livre, l’histoire prend un grand tournant et les personnages s’éloignent de Black Rock. Yaz et ses amis se précipitent sur la glace à la recherche de la terre verte. Ils passent beaucoup de temps à traverser cette glace. Beaucoup de temps. Et même si je m’attendais à ce que cette fois-ci, cela tende à rapprocher les personnages et à former certains des liens qui, à mon avis, manquaient à la fois dans la première moitié de ce livre et dans le premier livre de la série, au lieu de cela, ils semblaient se développer encore plus. une part. Peut-être ai-je ressenti cela parce que la seconde moitié du livre est racontée presque exclusivement du point de vue de Yaz, et c’est ainsi qu’elle combat les conditions météorologiques difficiles. Pourtant, sa caractérisation est bien faite. Au contraire, c’est son personnage qui m’a fait continuer à lire, même si le lien que j’avais avec son histoire était timide.

La plus grande difficulté que j’ai eue avec l’histoire a été la combinaison de tous les éléments de science-fiction avec le monde fantastique auquel je m’attendais. Cette difficulté a été aggravée par le fait que Yaz n’est qu’une fille vivant dans un désert aride et n’a absolument aucune référence ou capacité à discerner l’un des aspects de science-fiction du monde qui se déroule autour d’elle. L’histoire semblait se dérouler d’une pièce de construction du monde de science-fiction à l’autre, et à chaque interaction, je devenais de plus en plus conscient du fait que cette histoire ne fonctionnait tout simplement pas pour moi.

Lire aussi :  Critique : Éden

Ce n’est pas une mauvaise histoire. Aucune possibilité. Plusieurs fois en lisant, j’ai pris du recul et l’ai regardé d’un point de vue structurel. Il est pratiquement impossible de regarder l’histoire et de dire qu’il n’y en avait pas assez, ou que les morceaux n’avaient pas de sens ou ne conduisaient pas de l’un à l’autre. Avec le recul, je pense que ma rupture avec cette histoire est survenue parce que l’histoire de Yaz, sa volonté de sauver son frère puis de trouver la terre verte, n’interagit pas beaucoup avec le récit plus large qui se déroule autour de lui. Il y a un chevauchement, bien sûr, mais l’impact que je cherchais était en grande partie absent. Bien qu’il y ait beaucoup de science-fiction dedans.

En fin de compte, si vous êtes tombé amoureux des personnages du premier livre ou des personnages de Lawrence en général, alors vous apprécierez probablement les choses cette fois-ci. Leur caractérisation, comme toujours, est parfaite et ils racontent une histoire plus grande qu’eux. Il manquait juste ce *moxie* que je recherche dans une histoire.

Cependant, où l’histoire se termine… pourrait signifier de bonnes choses pour le tome 3. Je suppose que nous devrons attendre et voir. Ce n’est pas comme ça?

  • Âge recommandé : 15+, pour violence
  • Langage: Modérément et très rarement
  • La violence: Quelques morts effrayantes, la violence des créatures
  • Sexe: Non

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *