Espace Révélation

Critique : Espace Révélation


Amazone

Alastair Reynolds fait partie de mes cinq auteurs préférés essentiellement depuis le premier roman que j’ai lu. Je veux dire que c’était House of Suns (Amazon), avant que je commence à écrire pour EBR. Il gère le mélange de science et de personnages mieux que n’importe quel auteur de science-fiction que j’ai lu à ce jour. Cette série est donc sur mon radar et dans ma pile TBR depuis bien trop longtemps. Parce que ce livre est fantastique. Absolument époustouflant fantastique, en fait. Ça déforme un peu mon cerveau que ce soit le premier roman du genre. Alors oui, ce livre existe depuis un moment et je ne pouvais plus le lâcher. Si vous ne l’avez pas encore lu… eh bien, ne tardez pas non plus à le lire. Voulez-vous être convaincu? Nous y voilà.

REVELATION SPACE (Amazon) es el primer libro de la trilogía Revelation Space (o posiblemente The Inhibitors Trilogy, que se encuentra dentro del Revelation Space Universe; Internet está algo en desacuerdo consigo mismo en este asunto) y tiene más bondad de ciencia ficción en el premier. 20% du livre que la plupart des autres séries ont dans leur intégralité. J’avais déjà lu les deux livres PREFECT DREYFUS EMERGENCY SERIES (EBR Archive) et les ai aimés tous les deux, alors quand j’ai découvert que cette série résidait dans le même univers que celui-là, c’était comme rentrer à la maison chez un vieil ami.

L’histoire est racontée à partir de trois points de vue disparates qui s’immiscent peu à peu dans l’espace de l’autre.

Dan Silvestre est un archéologue creusant sur la planète lointaine de Resurgam où, il y a près d’un million d’années, une race connue sous le nom d’Amarantin a été sommairement anéantie par son soleil. Près des premières pages, il trouve un obélisque enfoui depuis longtemps qui contient des indices sur cette race éteinte et son état de développement technologique qui n’ont jusqu’à présent pas été découverts. Mais le niveau d’instabilité politique de la planète finit par jouer un rôle plus important dans cette découverte qu’il ne le souhaite.

Lire aussi :  Critique : Au-delà des étoiles

Ilya Volyova il est membre d’un équipage clairsemé d’Ultras, des humains qui ont mêlé leur chair à la technologie et à la science à un degré alarmant, qui se retrouvent dans le besoin d’un autre membre d’équipage après que l’un des leurs meurt mal … prématurément. Ils sont en route pour retrouver Dan Sylveste, dont le père était le chef de The Eighty, un groupe de personnes qui ont cherché à passer à l’immortalité grâce à un croisement technologique mais qui ont finalement échoué. Les Ultras croient que Dan peut les aider à sauver leur capitaine, qui a contracté une peste virale qui s’infiltre dans le navire et le capitaine comateux, mélangeant sa chair et ses systèmes à un degré mortellement dangereux et alarmant même pour les Ultras. .

Ana Kouri elle est une tueuse à gages, engagée par ses propres victimes, pour remplir un contrat qui, autrement, aboutirait à un crime. Elle est embauchée à contrecœur par une femme mystérieuse connue uniquement sous le nom de Mademoiselle pour se rendre sur la planète Resurgum, trouver Dan Sylveste et l’exécuter immédiatement.

Il est évident dès le départ que cette histoire va être épique. Il y a des aspects de la science-fiction qui insistent sur le fait qu’ils doivent toujours être épiques, mais les histoires n’atteignent pas toujours cette taille. Dans ce cas, cependant, l’histoire le fait. Des échelles de temps millénaires pour voyager à travers la galaxie à la taille massive du vaisseau spatial Ultra, Nostalgia for Infinity, il semble que tout soit grandiose et épique. Et pourtant, l’approche du personnage est, pour la plupart, serrée et ciblée comme il se doit. Du désir d’Ana Khouri d’être avec son mari perdu à la méfiance que chacun des Ultras semble avoir l’un pour l’autre à la relation brisée entre Dan Sylveste et la simulation de niveau bêta de son père, Calvin.

Lire aussi :  Critique : Plaisirs coupables

S’il y a une chose qui motive cette histoire du début à la conclusion terrifiante, ce sont les motivations disparates de chacun des personnages trouvés dans le récit. Les personnages secondaires viennent jouer un rôle très important dans les conséquences des histoires de ces trois personnages principaux à mesure qu’ils se rapprochent les uns des autres. Reynolds prend beaucoup de temps, si parfois trop, pour transmettre les différentes sciences qui régissent l’univers. Cependant, sa connaissance et sa compréhension de ces informations et la façon dont elle intègre ces aspects dans ses histoires m’ont rappelé à quel point j’aime la science et science fiction aussi.

Il y avait des parties relativement petites de ce roman qui m’ont dérangé. Ces plongées profondes dans la science des choses tendaient vers le dumping de données, mais généralement, au moment où je commençais à me demander quand l’histoire était sur le point de recommencer, c’était le cas. Là où je ne pouvais pas tout à fait supporter la méthode analogue de transmission d’informations dans un roman fantastique, ici, cela ne me dérangeait pas autant. Peut-être que c’était ma formation scientifique. Il y a aussi un moment dans l’histoire où la chronologie de Sylveste saute plusieurs années. C’était au mieux un peu choquant pour moi, mais j’ai pu récupérer assez rapidement par la suite lorsque le vaisseau Ultra s’est approché de la planète Resurgum et que le conflit et l’action se sont intensifiés.

Dans l’ensemble, c’était une lecture où j’ai trouvé les pages qui fondaient sous mes doigts. Je ne voulais pas que ça s’arrête. Je ne m’en suis jamais lassé. Il y a mystère sur mystère superposé ici, et au fur et à mesure que Reynolds a lentement dévoilé toutes les différentes couches de l’histoire et l’histoire galactique de ces personnes, l’histoire est devenue plus convaincante pour moi.

Lire aussi :  Critique : Age of Assassins

L’ESPACE DE LA RÉVÉLATION est un fantastique roman de science-fiction dans lequel la galaxie est un très grand lieu antique et chacun qui l’habite a ses propres motivations.

Je l’ai déjà dit et je le redis : Alastair Reynolds est un formidable auteur de science-fiction. C’est exactement pourquoi c’est l’un de mes préférés. Il sait juste comment bien faire les choses. Vous obtenez la science et vous obtenez les personnages, et c’est un très bon endroit pour vous retrouver. L’histoire est longue, comme il se doit, mais elle est bien conçue et engageante, et a une fin qui vous laissera vous demander à quel point la terreur que ces trois-là auraient pu susciter par inadvertance dans leurs tentatives de satisfaire les désirs de leur propre personnage. .

Ne le manquez pas, les gens. Pas pour le monde. Pas pour tout l’univers. Bonne lecture.

  • Âge recommandé : 16+, principalement pour la compréhension conceptuelle et la capacité d’attention
  • Langage: fort mais pas beaucoup
  • La violence: La plupart de la violence est implicite, mais elle devient parfois assez sanglante.
  • Sexe: Une scène peu détaillée et quelques références à un couple marié.

Est-ce que quelqu’un aime encore tous les grands médias spéculatifs que nous retirons de Netflix ces jours-ci ? Eh bien, que diriez-vous d’un peu plus? Alastair Reynolds a récemment annoncé que deux de ses histoires, « Beyond the Aquila Rift » et « Zima Blue » ont été adaptées pour la télévision dans la série Netflix « Love, Death & Robots ». Encore mieux… il pense qu’ils ont fait du bon boulot. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *