Un éclat il y a longtemps

Critique : Un éclat il y a longtemps


Amazone

Imaginez que vous êtes un chef et que dans votre restaurant vous ne faites qu’un seul repas. C’est beau et satisfaisant et personne ne se plaint de l’assiette de plats délicieux devant eux. En fait, vous avez beaucoup de clients réguliers, car beaucoup de gens vont au restaurant et commandent la même chose à chaque fois. Pourquoi s’aventurer dans l’inconnu jusqu’à la déception probable ?

Mais peu importe la qualité de votre nourriture, certains de vos clients finiront par se demander à quoi ressemblerait la carte des desserts.

Et cette analogie est proche de l’endroit où je me trouve en tant que fan de Guy Gavriel Kay. Je le lis depuis près d’une décennie et je suis un completiste (à part ses poèmes, je ne les ai pas lus). Vos livres me font pleurer. Ils sont charmants et poétiques et pleins de gens ordinaires et extraordinaires essayant de prendre de bonnes décisions quand le monde ne semble pas leur en donner.

Même en tant que fan, je suis conscient que ses livres tendent vers une certaine… ressemblance. Il travaille avec des archétypes – le poète, le guerrier, l’artiste, l’amant, le prêtre – et revisite continuellement les thèmes du destin et du choix. Il le fait bien, mais en lisant sa dernière offre, je me suis demandé ce qu’il avait d’autre à offrir.

Compagnon lâche de CHILDREN OF EARTH AND SKY (Amazon) de Kay, A BRIGHTNESS LONG ACE (Amazon) est une méditation sur le pouvoir de la mémoire. Partant d’un personnage (très) de fond de SONS OF EARTH AND SKY, Kay imagine une vie intérieure et une histoire riches pour Guidanio Cerra. Danio est maintenant vieux et puissant, pris dans un flot de souvenirs de sa jeunesse alors qu’il est assis dans une salle du conseil à Venise Seressa, méditant sur les façons inattendues dont sa rencontre avec une femme a changé sa vie.

Lire aussi :  Bilan : Comment Rory Thorne a détruit le multivers

Cette jeune femme est Adria de Ripoli. Dans un monde qui n’offre que deux voies aux femmes de son rang, le mariage ou le couvent, elle tente de se tailler une troisième voie, ce qui attire l’attention de Danio alors qu’il fuit la scène d’un meurtre. Elle est également la nièce de Folco di Cino, et donc un acteur, aussi petit soit-il, de la querelle générationnelle entre Folco di Cino et Teobaldo di Monticola, qui fournit la tension centrale du roman.

La nature exacte de l’inimitié n’est jamais importante. Il y a trop d’incidents, d’affronts, de griefs, certains réels, d’autres imaginaires, pour les démêler ou les compter. Ce qui est important, c’est la gravité de la querelle, la façon dont elle déforme et façonne le monde, entraînant Danio sur la voie qu’il a choisie et l’entraînant avec des personnes plus dangereuses et plus puissantes qu’il ne l’aurait jamais imaginé.

Méditation sur le pouvoir de la mémoire, A SHINE LONG AGO fait mouche, mais le thème de la nostalgie pâlit (ironiquement) avec le temps.

Les réflexions de Danio sont le point de vue principal tout au long du roman. La première personne est assez rare (dans la fiction spéculative pour adultes) car elle nécessite une voix de personnage soutenue et ne permet pas beaucoup de contexte, ce que Kay évite en faisant en sorte que la perspective de Danio reflète le passé afin qu’il puisse fournir son propre contexte. . Peut-être que c’était juste le décor de Batiara (l’équivalent Guy Kay de l’Italie de la Renaissance), mais la perspective de Danio m’a rappelé un monologue dramatique Browning-esque (voir: « Ma dernière duchesse »). Kay change de point de vue tout au long du livre, bien que ses points de vue soient présentés à la troisième personne, ce qui les rend immédiatement différents des réflexions de Danio. Comme toujours, leurs petits aperçus d’autres vies sont émouvants et intéressants et j’ai particulièrement apprécié les voyages de Jelena et Antenami Sardi.

Lire aussi :  avis : la fille en rouge

Bien que la voix de Danio soit intéressante, je pensais qu’IL Y A LONGTEMPS UN ÉCLAT n’était pas le roman le plus fort de Guy Kay, peut-être parce que le personnage de Danio, dont une grande partie de l’histoire découle, était simplement un peu plat. La nostalgie est une émotion puissante à vivre et universelle, mais elle pâlit lors d’une lecture prolongée contrairement à des passions plus actuelles et vives. Par exemple, j’aurais aimé voir plus du point de vue d’Adria, ou encore plus du point de vue de Folco.

Ma dernière recommandation est que si vous aimez les livres avec de longues listes de lecture bien documentées à l’arrière, vous devriez consulter ce roman. Cependant, si vous n’avez jamais lu Guy Kay auparavant, ce n’est probablement pas le livre pour commencer. Essayez TIGANA (Amazon) si vous êtes intéressé par un peu plus de magie, ou LES LIONS D’AL RASSAN (Amazon) si vous voulez pleurer à mort.

Il y a des moments d’intrigue et de personnage vraiment satisfaisants vers la fin qui, à mon avis, étaient une belle récompense pour le voyage; mais ce n’est pas parce que je me demande ce qu’il y a d’autre au menu que je n’ai pas apprécié le repas.

  • Âge recommandé : 13+
  • Langage: Aucun
  • La violence: Plusieurs morts, pas trop sanglants.
  • Sexe: Quelques scènes (avec des fondus lents) et quelques conversations explicites.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *