empire du silence

Critique : L’empire du silence


Amazone

Librairie

C’est un livre que je n’aurais probablement pas choisi tout seul. Au lieu de cela, ma lecture est venue grâce à la recommandation d’un ami de confiance. Rien de particulier ne m’a fait fuir le livre. Ces jours-ci, j’ai tendance à éviter tout ce qui ressemble à de gros tomes de science-fiction qui ne sont pas accompagnés d’une forte recommandation de quelqu’un en qui j’ai confiance. Ma mauvaise expérience avec le genre en général je suppose, mais ce ne sera pas une nouvelle pour ceux qui suivent notre site.

EMPIRE OF SILENCE est l’histoire d’Hadrian Marlowe, racontée d’un point de vue bien après les événements de l’histoire qu’elle contient. Il est livré dans ce qu’on appelle une histoire cadre, et est donc similaire dans sa présentation à des livres tels que Kingkiller Chronicle de Rothfuss ou War Eternal de Hayes. Une histoire dans laquelle le narrateur nous raconte sa vie (espérons-le) intéressante, et a la perspective de comprendre et souvent d’éclairer le lecteur sur ce que ces histoires signifient pour le personnage d’intérêt et où elles mèneront finalement l’instance. .

Hadrian est le fils aîné et le fils de Lord Alistair Marlowe. Depuis sa naissance, elle baigne dans l’éducation et la formation. Son père est le dirigeant d’une maison modeste qui fait partie d’un empire beaucoup plus vaste, situé au-delà des limites de sa planète natale de Délos. Malgré tous les efforts de son père, Hadrian n’est pas devenu le dirigeant que son père souhaite qu’il soit. Et donc, plutôt que de permettre à Hadrian d’accéder à une position de pouvoir, Lord Alastair choisit d’utiliser son premier fils comme pièce politique et de le remettre à la Chantry basée sur la religion, laissant la succession au plus jeune et beaucoup plus vicieux d’Hadrian. frère Crispin. Quand Adriano découvre les plans de son père, il prend ses propres décisions, contre la volonté de son père, qui le placent sur un chemin qui n’est ni glorieux ni royal, comme l’a été son éducation, mais qui commencera à façonner l’homme qu’il veut. Est de devenir. L’homme qui a anéanti une espèce entière de l’existence et finalement détruit un soleil.

Lire aussi :  Critique : Capitaine de l'Ombre

Il est assez facile pour moi d’établir des parallèles entre les débuts de cette série et Dune et A Song of Ice and Fire. Dune, du point de vue de l’univers structuré dans lequel se déroule l’histoire : empire, maisons régnantes, puissants groupes religieux et académiques. Même à la position du personnage principal dans cette construction. Je mettrais la construction du monde que j’ai vue dans ce premier livre sur un pied d’égalité avec ce classique de la science-fiction. Au moins, pointant fortement dans cette direction. L’histoire elle-même, bien que résolument différente de ce que nous trouvons dans Dune, évoque toujours des sentiments très similaires en termes de portée, de puissance et de résultat à travers sa description et son évolution. Ma comparaison avec ASoIaF vient de sa construction intime et très précise de l’histoire et du monde qui entoure Adriano, à travers son personnage. Si quoi que ce soit, je pense que c’est cette description profonde et ciblée de l’histoire d’Hadrien qui l’a rendue si convaincante et intéressante. Contrairement à ASoIaF, il n’y a qu’un seul personnage PoV ici. Ainsi, alors que l’épopée de Martin a rapidement perdu de son impact pour moi en raison des chapitres intensément axés sur les personnages répartis sur un grand nombre de joueurs de PoV, l’impact est resté fort et net pour moi ici avec juste la perspective d’Hadrien à partir de laquelle boire

Cela ne veut pas dire que les détails et le rythme de cette histoire n’ont pas parfois ralenti. En fait, il l’a fait. C’est un assez gros livre, et bien qu’il y ait des parties qui, je pense, auraient pu être abrégées pour un effet décent, ce livre est le * premier * de Ruocchio à être publié, et cela me laisse un peu abasourdi, car il est tellement bon. . En fin de compte, la seule difficulté que j’ai eue avec l’histoire est qu’il ne semble pas y avoir de ligne directe reliant ses décors et décors disparates, autre que le personnage principal. Il se passe beaucoup de choses, mais la plupart semblent très… organiques et sans grande force motrice. Pendant longtemps, je me suis posé des questions sur les motivations d’Hadrian, en dehors de la nécessité de survivre et de faire profil bas vis-à-vis de son père, et je ne pense pas que cette question ait été nécessairement résolue avant de fermer la dernière page.

Lire aussi :  Critique : Rampage de minuit

Je parlais à un de mes amis de ce livre, et il a mentionné qu’il se lisait comme un très long avant-propos, et cela m’a fait mouche. Peut-être même pousser cette comparaison un peu plus loin et dire que c’est comme quatre prologues de roman enchaînés, alors qu’Hadrien se déplace d’un endroit et d’une situation à l’autre. De grands prologues, oui, mais des prologues quand même.

EMPIRE OF SILENCE est une longue histoire, bien racontée, une histoire que je souhaite faire plus que détailler les débuts du voyage d’Hadrian Marlowe.

J’ai lutté avec moi-même pendant un certain temps sur une note (supérieure ou inférieure?), Parce que même si j’ai vraiment apprécié chacune des sections individuelles de cette histoire, j’ai été un peu déçu lorsque l’histoire est passée à l’emplacement suivant. Et pourtant, je n’ai pas tardé à me retrouver pleinement investi dans cette nouvelle partie de l’histoire qui se racontait. En fin de compte, je voulais juste voir plus de cette histoire plus large et comment elle avait un impact et une saveur sur ce que j’obtenais. Ce qui, en tant qu’auteur, je suppose, signifie que vous avez fait votre travail au moins en partie correctement, si vos lecteurs veulent en savoir plus, oui ?

Ainsi, alors que j’ai finalement décidé de lui donner la plus basse de ces deux notes possibles, je suis également sorti immédiatement et j’ai acheté le deuxième livre de la série. Alors prends ça comme tu veux. On dit qu’il y aura sept livres dans la série terminée. Ruocchio vient de passer de son ancien éditeur à Baen, et il semble que Baen va traiter la série de presque toutes les manières imaginables. (Honnêtement, ce n’est pas particulièrement surprenant, ils forment un groupe assez impressionnant.) Además, es posible que también haya escuchado en alguna parte que hay otro desarrollo divertido en proceso para esta serie de libros que debería entusiasmar a más de algunos de sus fans, y no podría estar más feliz de ver todo ese movimiento en una dirección positiva para ce type.

Lire aussi :  Elite Classic : Neuromancien

Absolument une série que je vais continuer. Excité de voir où ce gars nous emmène ensuite.

  • Âge recommandé : 16+
  • Langage: rarement fort
  • Violence: Parfois violent et sanglant, mais sans jubilation.
  • Sexe: Un peu de sensualité, mais rien d’explicite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *