Au ciel

Critique : Au paradis


Amazone

Spensa a toujours rêvé d’être pilote. Quand elle était enfant, son père était pilote pour le DDF, la force militaire qui protège la planète Detritus des incursions extraterrestres Krell. Mais un jour fatidique lors d’une bataille décisive contre le Krell, son père a fui la bataille, est mort et a été qualifié de lâche. En conséquence, Spensa, sa mère et sa grand-mère vivent en marge de la société. Mais maintenant que Spensa a atteint sa majorité, il peut essayer une formation de pilote et montrer à tout le monde que la lâcheté n’est pas de famille.

Mais la DDF ne lui facilite pas la tâche.

Elle réussit le test, mais il faut l’intervention de l’ancien ailier de son père, Cobb, pour qu’elle aille à l’école de pilotage. L’amiral a quelque chose contre la fille d’El Cobarde et pense que Spensa mettra les autres en danger à un moment où tous les combattants en bonne santé sont cruciaux; l’amiral ne laisse même pas Spensa dormir ou manger avec les autres élèves de l’école de pilotage. Ce n’est pas juste, mais Spensa n’abandonne pas. Elle adore voler et y est douée, ce qui montre qu’elle est pilote DDF.

Cependant, Spensa est une adolescente avec une puce à l’épaule et ça se voit. Elle est agressive, fanfaronne, impolie et insubordonnée. Lors de son premier jour, Spensa étiquette le garçon riche Jorgen « Jackface » et s’en tient, finissant par finir, à son grand dam, comme son indicatif. Probablement pas la meilleure façon de vous faire aimer du chef de vol. Ses deux parents étaient pilotes, mais ils ont été libérés honorablement et son statut lui donne le statut de Jorgen. Être pilote est un symbole de statut social dans un monde où défendre la planète contre le Krell affecte la survie de chacun. À moins qu’ils ne vous qualifient de lâche.

Lire aussi :  Critique : Aux profondeurs qui se noient

Du point de vue de Spensa, nous la voyons, elle et son groupe de vol, apprendre sur les consoles d’entraînement, mais avoir la chance d’utiliser les navires dès le début. Nous voyons comment ils apprennent à leurs dépens que ce n’est pas un jeu, mais la vraie vie, et qu’il y a des conséquences lorsqu’ils combattent des extraterrestres. Nous voyons une fissure dans l’extérieur dur de Spensa alors que ses amis quittent la série, un par un, et elle continue de recevoir les critiques de l’amiral.

Il y a l’école de pilotage, mais tout aussi important est le mystérieux vaisseau qu’il trouve dans une grotte non loin de la base. Le vaisseau est trop endommagé pour voler, mais plus important encore, il est sur la planète depuis plus longtemps que son propre peuple qui s’est écrasé il y a environ 70 ans, et contrairement à leur vaisseau DDF, celui-ci a une IA.

Elle l’appelle M-Bot. En tant que personnage, M-Bot est notre soulagement comique, avec l’humour loufoque signature de Sanderson injecté dans sa conversation avec Spensa et son désir déterminé de cataloguer les champignons. Pensez ENDER’S GAME rencontre HOW TO TRAIN YOUR DRAGON avec une partie de son humour ALCATRAZ VS THE EVIL LIBRARIANS. Et bien que le secret de Spensa puisse potentiellement aider les DDF dans leur combat contre le Krell, il n’est pas difficile d’imaginer pourquoi elle voudrait garder une trouvaille comme M-Bot pour elle-même, des visions de gloire tournant dans sa tête.

SKYWARD est le jeu d’Ender et comment dresser votre dragon : Spensa est peut-être petite, mais elle est déterminée à devenir pilote, avec l’aide d’un vaisseau étrange.

Lire aussi :  Critique : L'arche de la rédemption

SKYWARD a pris quelques chapitres pour démarrer, la configuration nécessaire pour comprendre la situation de Spensa. Mais une fois qu’il commence à bouger, le livre est impossible à lâcher. Sanderson sait comment raconter une histoire avec une protagoniste féminine crédible qui doit surmonter une stigmatisation sociale, mais aussi se tailler un rôle dans une société qui ne sait pas quoi faire d’elle. J’ai aimé la voir grandir et changer et découvrir les détails d’un passé douloureux. J’aurais aimé qu’il y ait plus d’interactions avec sa mère et sa grand-mère, ou sa relation avec son père, même si nous en voyons les conséquences. Au lieu de cela, on passe du temps à voir comment ses compagnons de voyage la connaissent, et il est facile de voir pourquoi ils l’aiment et lui font confiance.

Les personnages secondaires sont faciles à reconnaître, ils ressortent sans devenir un bruit de fond dans l’histoire de Spensa. M-Bot, en tant que personnage important, est un peu en retard dans le jeu, et son apparence semble trop pratique, mais je ne peux pas nier l’importance du vaisseau dans l’histoire. Il y a certaines choses à propos de l’histoire/des événements/des personnages qui semblaient artificielles, mais comme il s’agit d’un roman YA, je me suis davantage concentré sur l’histoire et je n’ai pas été distrait par des problèmes mineurs. La planète naufragée où les terriens échoués vivent dans des grottes n’a rien de nouveau, mais elle donne encore au décor suffisamment de différenciation pour lui donner vie. Heureusement, les problèmes de l’école de pilotage sont remplacés par le style de scène de bataille habituel de Sanderson : des éléments inhabituels sont ajoutés qui poussent les combats au-delà de la norme.

Lire aussi :  Critique : Rampage de minuit

En outre, il y a un Doomslug. Alors il y a ça.

Comme c’est souvent le cas avec un livre de Sanderson, tous les détails importants mènent à une scène finale qui vous donnera envie de plus. Et il semble que nous en aurons plus dans une suite l’année prochaine.

Sérieusement, ne laissez pas vos enfants adolescents manquer celui-ci.

  • Âge recommandé : 12+, il est vraiment destiné à un public YA, mais les adultes l’apprécieront aussi
  • Langage: Aucun; utiliser un mot fictif pour jurer
  • La violence: Les combats aériens entre navires peuvent entraîner des explosions et des morts
  • Sexe: Quelques flirts maladroits et Teen Crush

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *