capitaine de l'ombre

Critique : Capitaine de l’Ombre


Amazone

Je pense que c’est toujours un voyage intéressant lorsqu’un auteur qui écrit normalement pour des lecteurs d’une tranche d’âge particulière s’aventure en dehors de ses limites normales. Les tranches d’âge sont des groupes comme Infant, Middle Grade, Young Adult, bla bla bla. En cela, je pense que Shattered Sea d’Abercrombie (EBR Archive) ou Casual Vacancy de Rowling sont des exemples décents de ce saut dans le lectorat. Parfois, ils fonctionnent; D’autres fois, pas beaucoup. Je n’ai jamais essayé aucun des livres non-Potter de Rowling, mais sur les trois livres pour adultes plus âgés qu’Abercrombie nous a donnés, je pensais que le premier et le troisième n’étaient pas aussi bons que ceux que j’avais l’habitude d’obtenir de lui, mais le second, en mon estimation, c’était peut-être le meilleur livre que j’aie jamais écrit. Et bien que Revenger ne soit pas nécessairement mon livre préféré de M. Reynolds, et que je serais probablement plus intéressé à en obtenir un autre dans la série Préfet Dreyfus, j’étais toujours très excité d’en obtenir un autre. quoi que ce soit de lui, car il est facilement l’un de mes auteurs de science-fiction préférés ces jours-ci.

SHADOW CAPTAIN (Amazon) est le deuxième livre de la série Revenger. Le troisième et dernier de la série (mais probablement pas dans cet univers), Bone Silence, est le prochain sur votre liste d’écriture. Revenger est théoriquement un livre pour jeunes adultes, car les principaux protagonistes sont des enfants du milieu à la fin de l’adolescence, mais très peu de choses sur ce livre se sentaient jeunes adultes, mis à part l’accessibilité de l’histoire et les concepts qu’elle contenait. L’histoire de SHADOW CAPTAIN continue avec les sœurs Ness, Adrana et Arafura, alors qu’elles volent maintenant à travers l’espace intérieur de la Congrégation sur le navire du redoutable pirate Bosa Sennen. Le seul problème est qu’ils préfèrent arrêter d’être des pirates, mais personne d’autre ne veut les croire. Bosa terrorise les navires et les gens depuis longtemps, et une menace comme celle-là ne peut pas être supprimée de l’esprit et de l’âme de millions de personnes du jour au lendemain.

Lire aussi :  Critique : Gédéon le neuvième

Alors que le premier roman est raconté exclusivement du point de vue d’Arafura, SHADOW CAPTAIN change le point de vue pour celui de sa sœur, Adrana. Les deux sœurs ont subi la cruauté de Bosa Sennen dans REVENGER. Adrana encore plus que ce que nous avons vu à Arafura. Et tandis que la personnalité cyclique de Bosa Sennen a maintenant été supprimée par ces deux sœurs, les effets persistants de ses interactions avec le vicieux pirate entreront en jeu en grande partie au cours de cette histoire et de l’avenir, malgré ce que l’une ou l’autre peut dire. avoir à dire à ce sujet.

Après plusieurs mois sur le flotteur, le Revenger nouvellement baptisé tombe rapidement en panne de carburant. Jusqu’à présent, les sœurs Ness et le reste de leur équipage ont fait de leur mieux pour éviter toute interaction avec d’autres engins spatiaux. Son Sunjammer noir nocturne, récupéré après la mort de Bosa Sennen, est toujours célèbre dans les dizaines de milliers de mondes de la Congrégation. Et comme pour tout vaisseau spatial, son carburant est une ressource non renouvelable qui s’épuise et doit être remplacée périodiquement. Malgré tous leurs efforts, l’équipage finit par arriver à la conclusion qu’il doit risquer de se rapprocher de l’un des mondes peuplés pour acheter plus de carburant ou risquer de devenir un ajout permanent aux étendues très froides et silencieuses de l’espace. Heureusement, ils ont une très grande quantité de l’intrigante monnaie unique de la Congrégation grâce aux efforts de leur prédécesseur, et au moins cette difficulté a été retirée de la table.

Lire aussi :  Critique : Le colporteur de rêves

Comme REVENGE, ce roman ressemble à un jeune adulte. Les deux principaux protagonistes de l’histoire ont maintenant environ 19 ans, mais ils sont définitivement un exemple de personnages qui ont dû « grandir tôt ». L’histoire est simple, ne plongeant qu’occasionnellement dans la merveilleuse compréhension cosmique de l’auteur de l’univers dans son ensemble et des concepts scientifiques. Bien que cela fournira l’histoire aux jeunes lecteurs, avec son manque décidé de blasphème, le roman traite toujours de plusieurs thèmes pour adultes qui, pour moi, l’ont principalement sorti du genre YA. Cependant, le fait que ces personnages principaux soient relativement jeunes ne m’a fait aucune différence car j’ai été facilement aspiré par le récit qui se tisse autour d’eux.

Bien qu’ils soient toujours importants pour l’univers dans son ensemble, les bibelots jouent un rôle beaucoup plus petit dans cette histoire. Si vous ne vous souvenez pas de ce qu’ils étaient, j’en donne une bonne description dans ma revue REVENGER. Son inclusion dans l’univers plus large rend cette histoire très post-apocalyptique, comme il se doit probablement. L’un des détails qui m’a le plus plu cette fois-ci, ce sont les descriptions et l’environnement une fois que les filles sont descendues du bateau. Bien qu’il y ait encore des périodes de « têtes parlantes » (comme je l’ai mentionné dans ma critique précédente), l’histoire n’a jamais eu l’impression d’être à la traîne ou de faire décliner mon attention. Il y avait toujours du mouvement, qu’il s’agisse des conflits internes des filles et de l’impact de ces difficultés sur leurs actions, ou des conflits externes du navire et de ceux qui le poursuivaient. Le point culminant du livre a été particulièrement satisfaisant pour moi, car l’introduction était l’une de celles qui m’ont fait grincer des dents et rire à tour de rôle.

Lire aussi :  Examen : condition artificielle

Plus de l’histoire de Revenger traitant des retombées de l’antagoniste du livre précédent. Drôle, engageant, intrigant et vaut la peine d’être lu.

La seule déception que j’ai eue avec l’histoire était le développement apparemment minime de ces aspects de l’histoire qui ont formé la direction du roman de suivi, principalement contenus dans le dénouement. La première partie concerne un personnage en retard et la seconde un mystère grandissant sur les multiples occupations (dynasties ?) des mondes de la Congrégation et l’intérêt que Bosa Sennen leur porte. J’ai senti que ces deux parties de l’histoire auraient pu nécessiter plus d’attention tout en gardant l’histoire en mouvement et en améliorant considérablement la fin du livre. Pourtant, la grande majorité de l’histoire était absolument brillante et je ne peux m’empêcher de lui donner mon entière approbation.

Si vous avez aimé REVENGER, il y a de fortes chances que vous aimiez aussi celui-ci. Reynolds est cohérent en fournissant une belle histoire et un casting de personnages engageants dans un univers rempli d’émerveillement, de mystère et de danger. Une fois de plus, cela montre pourquoi il est si hautement considéré comme un auteur et l’un de mes favoris à lire. J’ai hâte de voir le prochain !

  • Âge recommandé : 16+
  • Langage: Peut-être une ou deux utilisations légères du blasphème. vraiment propre
  • La violence: La plupart de la violence est implicite, mais il y a des morts qui ne sont pas trop sanglantes.
  • Sexe: Aucun

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *