Dragon Mystique

Critique : Dragon Mystique


Amazone

J’aime l’heroic fantasy traditionnelle. La famille de mon meilleur ami m’a emmené camper à Big Sur, en Californie, il y a longtemps et nous avons lu LE SEIGNEUR DES ANNEAUX pour la première fois ensemble. Inoubliable, bien sûr. C’est donc avec un souffle retenu et une fréquence cardiaque légèrement élevée que j’ai ouvert le deuxième effort de Jason Denzel, MYSTIC DRAGON. Mais, premièrement…

Tor a créé un magnifique prologue de la taille d’un livret pour toute la série Mystic intitulée THE NAMELESS SAINT et j’ai eu la chance d’en obtenir une copie. C’est un joyau d’essai presque parfait et la superbe pochette continue d’impressionner. Malheureusement, ceux-ci ne sont disponibles que lors des dédicaces de MYSTIC DRAGON. (Je parie que Jason pourrait vous envoyer une copie signée si vous le demandez gentiment.)

Le livre 1 de la série du même titre, MYSTIC (EBR Review), était plutôt bon pour un premier roman publié et s’est encore amélioré dans son dernier tiers. Des personnages mémorables sont restés avec moi, alors j’avais hâte de voir ce qui est arrivé à tout le monde. Comment Pomella réagirait-elle à son rôle d’apprentie mystique née ? Comment Sim s’en sortirait-il dans le monde entier et s’il retrouverait un jour sa petite amie d’enfance ? Viviana réussira-t-elle en tant qu’apprentie de l’impérieuse High Mystic, Yarina ?

J’aimerais en savoir plus sur les Lagharts, les intrigants non humains qui habitent ce monde. Verrons-nous également plus d’un personnage bien-aimé d’une série familiale apparaître ici également, Oxilian, The Green Man? N’oublions pas les courageux Héctor et Ena, les fées colibris qui protègent Pomella. Et qu’en est-il du royaume surnaturel de la fée d’où émane le pouvoir de Myst ? Je dois en savoir plus à ce sujet.

Sept ans se sont écoulés depuis les événements cataclysmiques à la fin de MYSTIC. Cela a probablement entraîné une formation d’apprenti fastidieuse pour Pomella et pire encore pour le fidèle Sim, qui a été apprenti comme ranger chez l’exotique et exigeante Rochella. Le mentor High Mystic à la retraite de Pomella, Faywong Lal, bien qu’il soit une relique bien-aimée et un grincheux, est parfois exigeant et exaspérant. Pomella et Viviana ont mûri de manière prévisible et surprenante et nous commençons à voir les années intermédiaires dans des flashbacks bien placés.

Lire aussi :  Critique : Hurdler

Entrez Shevia, comme la couverture le taquine, et elle est toute bizarre, en conflit, endommagée et rachetable. Nous attendons. Les mondes sont sur le point d’entrer en collision et les High Mystics voyagent de tout le continent jusqu’au centre de l’action à Kelt Apar. (Jason est doué pour nommer les fantasmes, ce qui, à mon avis, n’est pas facile.) Intéressant, tout cela, et avec des arrière-pensées évidentes, bienveillant, et, eh bien, nous ne sommes pas exactement sûrs. De belles surprises vous attendent.

Les six premiers chapitres de MYSTIC DRAGON sont parmi les meilleurs chapitres d’ouverture de tous les livres de fantasy que j’ai lus à ce jour, y compris tous les grands. Le chapitre six lui-même est particulièrement bon, en particulier les pages 91 et 92, que je recommande vivement à tout écrivain en herbe comme exemple d’un bon auteur écrivant sous l’influence de l’inspiration en utilisant à la fois l’habileté et l’économie des mots. Jason emploie juste ce qu’il faut de description, peignant une belle image et passant d’une pensée à l’autre avec aisance. Absolument délicieux.

Deuxième livre de la série de Jason Denzel, MYSTIC DRAGON continue avec une magie complexe, des personnages intéressants et quelques contretemps en cours de route.

Je ne peux pas dire la même chose pour la plupart du reste de cette histoire. Les choses se passent et l’action est satisfaisante et les personnages interagissent bien… Il y a tellement de bonnes choses à dire, mais la magie de l’inspiration manque quelque peu. J’ai remis en question les motivations de nombreux personnages et ces questions ont persisté, contrairement aux premiers chapitres. Il semblait y avoir un plan solide au début, mais ensuite Jason s’est lancé dans le « jardinage » et ce n’était peut-être pas la meilleure stratégie. Le système magique est devenu moins défini au lieu de plus et j’ai également remis en question certains aspects de cela. Il y a un manque décidé de conséquences pour l’utilisation du pouvoir du Myst. Les flashbacks, au lieu de combler les lacunes dans des intermèdes satisfaisants et agréables, commencent à s’imposer. Les personnages principaux sont exposés à un danger totalement inutile à un moment crucial, et même si je n’ai pas roulé des yeux, j’ai été sidéré.

Lire aussi :  Bilan : milieu de partie

Est-ce que j’attends trop longtemps ? Peut-être, surtout à la lumière de certains auteurs des générations précédentes pour qui il y avait beaucoup plus de place. Mais… nous sommes ici et maintenant et nous sommes exigeants, principalement en raison de la grande qualité de la fiction fantastique disponible. Il y a cependant une pénurie de contenu fantastique traditionnel de qualité sur le marché aujourd’hui. Si vous pouviez apprécier le rythme parfois lent du deuxième livre de Robert Jordan dans la série Wheel of Time, THE GREAT HUNT, vous pourriez sûrement être tout aussi indulgent en commençant la série MYSTIC ou en poursuivant cette offre. Je pense que MYSTIC DRAGON est meilleur à bien des égards.

J’ai une bonne nouvelle : Jason termine celui-ci presque aussi bien que le premier tome. Le gars sait comment terminer une histoire de manière satisfaisante et avec enthousiasme, tout comme son défunt mentor et ami, RJ.

qualité d’écriture: Excellent, puis irrégulier, puis très bon. graphiquement: Commence et finit bien. Caractérisation: Le meilleur de MYSTIC DRAGON. Rythme: Super, puis ok pour la plupart, puis encore super. Trop de flashbacks n’ont pas aidé. Dialogue: Excellent à bon dans l’ensemble. Système magique: Faiblement entraîné. Romance: J’en voulais plus. Ce qui est mieux que « trop », je suppose. En espérant une belle récompense romantique à la fin ; Beaucoup de tension sexuelle s’est construite. sentiment de danger: Très bon en tout. Bien que le grand méchant manque de nuances, il est bon et effrayant. Toutes les scènes d’action sont généralement serrées et bien ficelée. croissance du caractère: Bien. Principalement. motivation du personnage: Très bien jusqu’au chap. 6. Même si j’étais dans les débuts bienfaisants de Pomella (je pensais que nous avions une Mary-Sue en préparation), ils avaient du sens plus tard. Cependant, les derniers chapitres forts n’expliquent pas complètement les motivations des deux tiers centraux. Eye-Roll-Count: Aucun, vraiment. Vais-je lire plus de cet auteur?: Ouais! Absolument. Malgré ses défauts, je suis tout à fait d’accord. Jason écrit assez bien les personnages féminins et leurs relations entre eux et les hommes/mentors dans leur vie et il y a beaucoup à explorer. J’en voulais plus dans les derniers chapitres satisfaisants.

Lire aussi :  Critique : Une éducation mortelle

  • Âge recommandé : 15+
  • Langage: Légères malédictions britanniques à l’ancienne et modernes
  • Violence: Un peu de mort sanglante et de destruction, pas beaucoup de sang
  • Sexe: Une scène, très peu de détails ; quelques références brutes d’un marin brut

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *