âge des assassins

Critique : Age of Assassins


Amazone

J’avais récemment vu de fréquentes mentions du nouveau livre de RJ Barker, The Bone Ships, mais je n’avais pas accès à une copie. J’ai donc cherché un autre livre du même auteur et j’ai trouvé celui-ci. Apparemment, c’est son premier roman, et il a été publié il y a quelques années. Sur la base du calendrier de publication, il semble qu’ils aient probablement tous été écrits en premier, puis repris par leur éditeur. Les dates de sortie très régulières de 6 mois vont dans ce sens. Il me semble voir cela beaucoup plus souvent de la part d’auteurs spéculatifs de l’autre côté de l’étang, mais pas autant d’ici aux États-Unis. Je me demande si c’est parce que je ne les ai pas remarqués, ou peut-être que c’est quelque chose qu’ils ne font pas ici aussi souvent. Bonus pour les personnes qui trouvent qu’elles aiment vraiment la chose, je suppose. 🙂

AGE OF ASSASSINS (Amazon) est le premier de la série The Wounded Kingdom et tourne autour du personnage de Girton Club-Foot. C’est un assassin en formation, et au début de l’histoire, lui et son maître sont capturés par la reine Adran du château de Maniyadoc, avec qui le maître de Girton a une histoire importante. La reine les oblige à travailler pour découvrir qui envisage d’assassiner son fils. Agréable et simple. Une sorte d’histoire de détective privé. Seul le personnage principal est un garçon de 15 ans, et il ne semble pas vraiment savoir comment déterrer des indices.

L’écriture de l’auteur est assez bonne. Bien sûr. Concis. Descriptif. Le personnage de Girton se détache plutôt bien dès le début, et même si une partie de moi souhaitait que ce ne soit pas une autre histoire de châteaux et de chevaliers, il était difficile de regarder au-delà du personnage principal. C’est d’autant plus impressionnant qu’il s’agit du premier roman de l’auteur. S’il est vrai qu’il se peut que ce ne soit pas le premier roman qu’il écrive, mais quand même. Le fait que la langue n’empêche jamais de comprendre l’histoire et de pouvoir l’apprécier est un grand pas dans la bonne direction pour moi.

Lire aussi :  critique : chanson de sang

Girton passe la plupart de son temps déguisé en écuyer en formation. Donc, d’une certaine manière, le décor se résume à une histoire de « garçon à l’école ». La seule différence est que le garçon dans cette histoire a de sérieuses compétences pour tuer des gens quand il le veut. Cependant, c’est probablement le point qui a causé le plus de conflits pour moi en tant que lecteur. Donc, ce gamin s’entraînait comme assassin depuis 7 ou 8 ans au moment de cette histoire. Et quand vient le temps de rabaisser certaines personnes, il le fait totalement. Mais ensuite, il y a beaucoup d’histoires quand il agit exactement comme le jeune de 15 ans qu’il est. Il semble être surpris assez souvent et semble parfois un peu désemparé, ce qui a tué le sentiment qu’il est un tueur mortel, qui a sans doute besoin d’être conscient de ce qui se passe autour de lui. Ou comme, ils pourraient être tués. Oui?

Une grande partie du temps de l’histoire est consacrée à endurer l’arrogance arrogante de l’héritier présomptif et de son groupe de copains. Ils agissent comme la plupart des nobles : comme s’ils étaient meilleurs que tout le monde. De la même manière, la plupart des autres actions de Girton semblent très banales par rapport au but ultime. Il fait face au harcèlement des nobles écuyers, il se lie d’amitié avec un autre garçon maigre et a des aversions là-bas, il s’implique avec une fille qui travaille dans les écuries. De temps en temps, son professeur se présentera pour le sauver d’une mauvaise situation et lui demandera ensuite de faire quelque chose de spécifique pour atteindre l’objectif de « collecter des indices », mais Girton passe si peu de temps à réfléchir et à conduire pour trouver le but ultime, que le rythme de l’intrigue souffre un peu.

Lire aussi :  Critique : Chute du rivage

Un assassin navigue DÉJÀ dans les niveaux sociaux d’un château médiéval. Un personnage principal bien dessiné et une bonne écriture ne suffisent pas à en faire une lecture captivante.

Je pensais que le système magique était légèrement intéressant, mais il n’est principalement présenté que dans ce livre et présenté dans une faible mesure. Essentiellement, les sorciers peuvent tirer de l’énergie de la terre et l’utiliser ensuite à leurs propres fins. Cela tue la vie verte autour du point d’origine où le sorcier a lancé sa magie. Il y a une histoire qui parle d’une grande bande de terre qui a été vidée de toute vie par un grand sorcier noir, d’où le nom de la série, mais en plus d’être utilisée comme quelque chose ressemblant à une histoire de moralité, elle n’y entre pas .beaucoup en jeu cette fois.

Dans l’ensemble, ce livre profite de l’opportunité de construire le monde et le personnage principal pour faire bonne mesure, mais il n’avance pas vraiment assez vite ou dans une direction pour en faire une lecture convaincante. C’est vraiment décent. Bien écrit. Bonne caractérisation. Intrigue assez tordue. Il n’y avait tout simplement pas assez pour en faire quelque chose que j’aimais trop lire. Cependant, étant donné les choses que l’auteur fait bien, je pense qu’il est prudent de dire que je serais intéressé de voir ce qu’il pourrait faire dans The Bone Ships. Quelqu’un l’a-t-il déjà lu ? Laissez-nous un commentaire ou deux ci-dessous

Bonne lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *