sortie étrange

Bilan : sortie étrange


Amazone

Le concept des mondes virtuels m’a toujours intrigué. D’une manière ou d’une autre, nous approchons rapidement de la condition où de telles choses pourraient devenir réalité. Et dans d’autres, je pense que nous sommes à des années-lumière. Lorsque je les ai vus utilisés dans des histoires, l’un des grands thèmes qui entre invariablement en jeu est la capacité de déterminer si vous êtes dans le monde virtuel ou dans le monde réel. À la maison, quelqu’un ? Il existe également de nombreuses autres idées avec lesquelles jouer dans ce domaine, mais celle-ci est particulièrement importante car elle entre en jeu dans ce livre. Dans Origin, il y avait un moyen très simple et très direct de déterminer dans quel monde se trouvait le personnage. Cela a permis au public de rester ancré. Mais sans un tel appareil ? Eh bien, permettez-moi de ne pas gâcher le message de cette critique.

STRANGE DEPARTURE (Amazon) est un roman indépendant de Parker Peevyhouse. C’est un livre pour adolescents relativement court sur deux adolescents : Lake et Taren. Lake est éveillé et conscient du monde de la réalité virtuelle depuis un certain temps déjà. Le monde entier est le navire qui dormait. Ceux qui sont éveillés essaient de trouver des moyens de réveiller les autres car ils savent que le navire ne s’ouvrira pas tant que tout le monde ne sera pas éveillé. Leurs réserves s’épuisent et il n’y a pas d’adultes pour prendre le relais. Le groupe « pourrait faire ce qu’il faut » a décidé que personne d’autre n’est censé retourner dans le monde de la réalité virtuelle, car une fois que vous y êtes, il est trop facile d’oublier que c’est un monde de réalité virtuelle et non le monde réel. Et puis le groupe est une personne plus éloignée de l’objectif de réveiller tout le monde. Le problème est que Lake n’est pas d’accord avec eux. Il a réveillé plusieurs personnes en se faufilant dans la simulation et en les retirant. Malheureusement, ce n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît. Mais dans le premier chapitre, Lake trouve un moyen de réveiller Taren.

Lire aussi :  Critique : Apprends-toi, si tu as de la chance

Il y a une rareté dans la prose de cette histoire qui fait filer les pages. C’était à la fois une aide et un obstacle parfois. Lakes est théoriquement le personnage principal de l’histoire, car essentiellement tout ce qui se passe, y compris à travers le POV de Taren et la poignée d’autres disséminés tout au long du livre, tourne autour d’elle. Le personnage de Lake semble si … eh bien, si boiteux. Il n’y a pas beaucoup d’elle que nous avons. Elle veut réveiller tout le monde; La survie, j’ai compris. Il avait une petite sœur, Willow, qu’il aimait, et jette une version de la jeune fille dans la construction du monde VR; frère aîné, oui, je le comprends aussi. Il revient constamment vers un autre PNJ du monde VR avec qui il entretient une relation semi-romantique ; Difficile de traverser l’amour. Mais la plupart des éléments interactifs de la vie sont absents de cette caractérisation, et cela la faisait se sentir… clairsemée.

Les descriptions étaient assez bonnes et donnaient une bonne idée de l’endroit. Même vers la fin, où il y a des sauts assez importants dans l’intrigue et l’histoire, il était clair où se trouvait Lake et ce qu’il essayait de faire. Là où l’eau avait tendance à devenir un peu trouble, c’est lorsque l’histoire a commencé à jouer avec l’idée de ce qui était réel et de ce qui était la réalité virtuelle. Lake avait plusieurs choses qui, selon elle, l’avaient aidée à faire la différence entre les deux, mais quand elle a commencé à être confuse, j’ai commencé à être confuse. Cela m’a amené à ne pas bien comprendre ce qui se passait exactement, et ce n’est jamais une bonne chose.

Lire aussi :  Critique : Cœur de pierre noire

Lake vit dans un monde de réalité virtuelle où aucune des vraies personnes ne veut partir, mais s’ils ne le font pas, tout le monde dans le monde réel mourra. J’avais besoin de plus de concentration sur le MC.

Une fois l’histoire finie et finie, j’ai pu voir que l’auteur avait mis en place un conte bien construit. Il y avait assez d’idées et de révélations pour que je sois satisfait de la fin. Mais l’exécution de l’histoire, en particulier pendant le dernier quart du livre, m’a laissé me demander pourquoi tout se passait comme ça au lieu d’être entraîné dans le tourbillon toujours plus serré d’un vortex. J’avais perdu une partie de mon lien avec Lake et cela a ruiné l’histoire pour moi. Même l’histoire globale avait quelques trous qui m’ont un peu dérangé, ce qui a donné à l’ensemble un sentiment quelque peu artificiel pour causer des problèmes en premier lieu.

Je pense qu’une partie de cette confusion aurait pu être corrigée en mettant davantage l’accent sur le personnage principal et son histoire. L’histoire de Taren ne m’a pas du tout plu. C’était vraiment juste une histoire autour de Lake, et même quand il prend une décision importante à la fin du livre, il ne comprenait pas du tout pourquoi il avait décidé de prendre cette décision. Son personnage était décidément moins étoffé, ce qui non seulement rend ses sections moins engageantes, mais l’éloigne également de l’endroit où l’accent devrait être mis: sur le lac.

Malgré une excellente prémisse, des idées intéressantes et une caractérisation décente, celle-ci avait suffisamment de problèmes d’exécution et de clarté pour finir par faire baisser mon impression générale. Au final, c’était une lecture rapide qui plaira probablement à ceux qui recherchent un peu d’évasion, mais pas forcément une suite bien construite de découvertes et de révélations.

Lire aussi :  Bilan : milieu de partie

  • Âge recommandé : 14+ pour un peu de violence et de technologie
  • Langage: Très peu, le cas échéant, et léger à cela
  • La violence: Quelques coups de poing et du sang, menace de violence et de mort.
  • Sexe: Quelques baisers et gestes romantiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *