côté coulée

Critique : Foundryside


Amazone

Donc, ma première bouffée de ce livre est venue en février dernier alors que j’étais assis avec un groupe d’amis à LTUE, qui est une conférence d’écrivains qui se réunit chaque année dans l’Utah, et Brian McClellan (EBR Archive) a dit avec désinvolture qu’il lisait Robert Jackson Bennett’s livre. nouveau livre et c’était vraiment bien. J’ai été immédiatement jaloux et j’ai commencé à me demander comment j’aurais pu me retrouver dans le groupe de M. Bennett. Pour dire le moins, j’ai été ravi d’apprendre que le prochain livre de ce grand auteur se déroulait comme un charme. Après avoir parcouru sa série Divine Cities (EBR Archive), j’avais vraiment hâte de voir plus de bonté de sa part.

FOUNDRYSIDE (Amazon) est le premier d’une nouvelle série, et il semble que ce sera vraiment bon. Le plus drôle, c’est que j’ai dû chercher sur Internet pour découvrir qu’il s’agissait en fait d’une série. Eh bien, quand je suis arrivé à la fin, je savais que ça devait aussi être une série, mais j’ai pensé qu’il valait la peine de mentionner qu’il n’y avait rien sur la couverture pour suggérer même à distance que la chose allait être une série. Je suis sûr qu’il y a des raisons de marketing ennuyeuses pour lesquelles tant de couvertures font cela. D’un autre côté, je suppose que c’est aussi ennuyeux de trouver un livre qui prétend être le premier d’une nouvelle trilogie et qui a été écrit il y a douze ans.

Sancia Grado est une voleuse, et assez bonne en plus. Ses capacités proviennent d’une combinaison de son talent naturel et de certaines… capacités non naturelles. Elle a la capacité de toucher les choses, n’importe quoi, et d’apprendre à le connaître intimement. Non, pas « intimement » comme c’est. Je veux dire intimement, euh, « d’une manière très détaillée ». Ainsi, vous pouvez toucher un mur et savoir son épaisseur, sa hauteur, où se trouvent les meilleures fissures et crevasses pour se tenir la main. Vous pouvez sentir les points faibles dessus, voir ce que vous devriez faire pour le faire échouer, ou savoir s’il est couvert de moisissure ou de caca d’oiseau ou autre. Cela fonctionne très bien comme outil lorsque vous êtes au travail, mais cela rend l’interaction avec les gens carrément difficile et presque douloureuse. Elle est donc avant tout une solitaire. Mais elle est devenue très bonne dans son travail.

Lire aussi :  Critique : Tuer, c'est mon affaire

Il vit à Foundryside, qui est constitué des espaces conjonctifs d’une grande ville, Tevanne, qui a été divisée comme un butin entre quatre immenses maisons de marchands. Chacune des maisons a été coupée des autres, et tandis que ses habitants jouissent d’un niveau de vie beaucoup plus élevé, les habitants de l’espace intermédiaire de Foundryside mènent une vie très basse. Les « fondateurs », ceux des familles nobles et élevées qui possèdent les sociétés commerciales, gouvernent ensemble la ville de Tevanne, et la couche sociale entre Foundryside et les maisons de commerce est massif.

L’histoire commence avec Sancia au travail. Elle a été engagée pour voler une boîte dans un coffre-fort dans un entrepôt du port, qui est gardé par la nouvelle force de police, dirigée par un certain Gregor Dandolo. Elle fait un travail rapide et engageant, mais découvre rapidement que le contenu de cette boîte était bien plus en jeu que le prix. POUR grouper plus loin. Et bientôt elle a les yeux non pas d’une, mais de deux maisons de marchands sur elle, et ils ne se soucient de rien d’aussi insignifiant que la vie de Sancia.

C’était vraiment un livre amusant. Il commence vite et court et court, ne s’arrêtant vraiment que bien après la fin du slam-bang. Sancia est un personnage très sympathique et bien dessiné, et c’est elle qui porte vraiment l’histoire. Plusieurs autres personnages ont du temps POV; dont le plus fort était Gregor Dandolo, l’homme qui s’est chargé de trouver le voleur du chantier naval, et il y avait aussi un certain nombre de scènes ponctuelles (qui, en général, ont tendance à m’agacer). La façon dont Bennett révèle non seulement l’histoire de la ville et l’histoire du monde, mais aussi l’histoire de ces deux personnages et les détails du système magique qui alimente littéralement toutes les facettes de Tevanne et la vie des gens qui l’habitent, est professeur. La portée de l’histoire commence petite et ciblée, explosant bientôt dans sa capacité à devenir épique. Cela ressemblait à une parabole, décollant de la source. Vous souvenez-vous de ces choses de l’ancien temps des mathématiques ? Ha!

Lire aussi :  Critique : Chute du rivage

Le parcours de Sancia, qui est passé d’un simple voleur à être entraîné au cœur des stratagèmes et des subterfuges des puissantes maisons de commerce de Tevanne, est vraiment impressionnant. Le monde qui l’entourait était également très intéressant. Le système magique que Bennett a créé pour ce monde, appelé Scriving, est intégré dans ses os mêmes. Je ne veux pas trop en dévoiler, car la façon dont le système de magie est révélé est vraiment cool. Qu’il suffise de dire qu’il s’agit de faire agir les choses d’une manière qu’elles ne feraient pas normalement, soit en les convainquant qu’elles sont autre chose que ce qu’elles sont, soit que les forces qui agissent sur elles sont différentes de ce qu’elles sont réellement. . Il s’agit de faire croire aux gens les mensonges que vous leur racontez. Il a une sensation très scientifique, une fois que vous entrez dans le vif du sujet. Quelque chose comme ce que vous obtiendriez de Sanderson (fichier EBR). Seulement celle-ci ne nécessite aucun talent inné pour conduire, ce qui est intéressant en soi.

Bien qu’il y ait eu quelques fois où j’ai eu l’impression que nous avions trop de détails sur le système magique, à cet égard. Cela vient, par le caractère scientifique de la chose, de ceux qui sont érudits dans le domaine de l’écriture. Ceux qui y ont consacré leur vie, puisque l’ensemble de la société marchande vit dans la réalité du monde créé par les objets écrits du quotidien, en savent long sur son fonctionnement. Et nous sommes tous assez novices en la matière.

Lire aussi :  Critique : La princesse barbue

FOUNDRYSIDE était plus amusant qu’un baril de singes, plein de personnages attachants et construit sur un système magique spectaculairement amusant et intéressant.

De plus, au fur et à mesure que l’histoire avançait, j’ai eu de plus en plus de mal à croire aux motivations des personnages principaux de l’histoire. Ce n’est pas qu’ils choisissaient de faire des choses qui personne qu’ils feraient, mais que très peu d’entre eux avaient de bonnes raisons de choisir ce qu’ils faisaient. Certes, les choix qu’ils ont faits ont abouti à une belle fin, mais avec la quantité d’histoire de personnage, de développement magique et d’intrigue politique que Bennett avait impliquée dans ce livre, je pense que l’histoire aurait pu bénéficier d’un développement un peu plus et même divisée en deux livres. C’est l’une des choses que je pense vraiment que Daniel Abraham (EBR Archive) fait extrêmement bien : des motivations justifiées. Cependant, cela… hmm… disons simplement que le sentiment « précipité » sur divers aspects de l’histoire n’était pas suffisant pour affecter ma note du livre de manière significative.

En fin de compte, ce livre était plus amusant qu’un baril de singes, plein de personnages attachants et construit sur un système magique spectaculairement amusant et intéressant avec BEAUCOUP de potentiel. Sans oublier, il parvient à retirer une tonne de moments littéraires et de comparaisons tout en restant fidèle à l’histoire, que je dois applaudir. Ce début donne l’impression que la série va être une autre grande histoire de cet auteur impressionnant. Fan de fantasy épique ? C’est l’heure de la fête!

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Assez fréquent et familier, mais le plus fort est remplacé par des mots inventés.
  • Violence: Rarement violent avec un peu de sang
  • Sexe: Une scène a trébuché et est allée vite, et un léger flirt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *