la fille en rouge

avis : la fille en rouge


Amazone

J’ai un faible pour la constance. Quand je conduis quelque part, je prends généralement le même itinéraire. Quand je me sens déprimé, j’aime aller à la librairie d’occasion. Les choses que je fais régulièrement sont des quantités sûres et connues. Mais j’ai aussi un faible pour les nouveautés. Parcourez YouTube pour de la nouvelle musique. Essayez un nouveau type de nourriture. Je peux ou non aimer trouver de nouvelles céréales pour le petit-déjeuner, même si je sais que n’importe quoi d’autre serait mieux pour moi le matin. Quand il s’agit de livres et d’histoires, j’aime aussi voir de nouvelles choses. Toutes les suites que Disney publie fréquemment m’agacent. Bien qu’il semble que Pixar ne puisse pas se tromper. Donc, quand je tombe sur une histoire qui est un « récit d’un conte de fées classique », je passe généralement. Pour une raison quelconque, la troisième fois que j’ai pris ce livre dans mon étagère EBR-TBR, j’ai décidé de le lire. Ça devait être ma « constance » ayant un regain de force ce jour-là ou quelque chose comme ça. Peu importe. J’ai choisi celui-ci, et je suis content de l’avoir fait.

LA FILLE EN ROUGE (Amazon) est une version pas si typique du conte de fées classique… vous l’avez deviné : Le Petit Chaperon Rouge. Je n’ai jamais lu Christina Henry auparavant, mais je pense que cela devra changer. Elle réussit quelque chose de génial pour nous ici, et je ne peux pas m’empêcher d’être impressionné par ses talents de narratrice.

Cordelia est son nom, mais « Red » est qui elle est. C’est une fille à moitié noire de 20 ans avec une jambe prothétique et de sérieuses compétences de survie. Votre monde vient de s’aggraver et la civilisation a pratiquement disparu. Son histoire alterne entre « Après » et « Avant ». L’histoire commence tard dans le jeu, avec Red repoussant un agresseur potentiel : un homme blanc galeux d’âge moyen sans capacités. Malheureusement pour lui, Red possède une hache à bras court et sait s’en servir. Après cette introduction, qui était une excellente façon de commencer, l’autre moitié de l’histoire commence, en commençant par elle, son frère aîné Adam et leurs parents, alors qu’ils réalisent que plus de gens meurent qu’ils ne le pensaient au départ. BEAUCOUP plus de gens.

Lire aussi :  Critique : Black Lotus Kiss

Une maladie a frappé le monde. Cela commence par une toux, légère et banale, mais se transforme en une mort souvent sanglante et graphique. Ceux qui l’attrapent ne tardent pas à mourir et le pourcentage de la population immunisée s’avère très faible. Avec autant de morts, les pillages et les incendies deviennent rapidement monnaie courante, et si vous n’êtes pas associé à une sorte d’armée, c’est une question de force. Et ceux qui ont le pouvoir (les armes) ne sont pas toujours forcément les plus civilisés de notre société.

Il était très facile de tomber dans cette prose et de se perdre. C’est descriptif, émotionnel et atmosphérique, et j’ai adoré chaque minute. Pas fleuri pour le plaisir, ce que j’ai beaucoup apprécié. Le caractère de Red est très fort et net. De sa première introduction et de son attaque ultérieure à son arrivée éventuelle chez grand-mère, vous savez qui il est et où il se dirige. Il y avait de la force, du dynamisme et de la concentration qui faisaient d’elle une héroïne facile à soutenir. Si j’ai une critique à faire au personnage de Red, c’est qu’elle semblait parfois presque indifférente à la violence et au gore qui l’entourent. C’est une jeune fille de 20 ans, après tout, et l’horreur que sa vie est devenue est vraiment écrasante. Peut-être qu’elle a perdu quelque chose en chemin. Je ne la blâmerais pas, si elle l’avait fait. Mais quand même, il y a eu des moments où j’ai attendu un peu plus son émotion et sa réaction pendant les périodes de stress et de violence, en particulier pendant la phase « Avant » de l’histoire. Avant d’avoir tué son premier « loup ».

Lire aussi :  Critique : La Brigade légère

La volonté de Red de se rendre chez sa grand-mère a toujours fait avancer l’histoire dans la bonne direction, de sorte que le rythme semblait presque facile à maintenir. En plus de cela, l’auteur a fait un excellent travail en introduisant des concepts, puis en fournissant des réponses tout en rebondissant entre les deux chronologies. Celui qui est tombé sur cela a entouré le mystère autour de l’endroit où Adam est allé, alors que son frère commence le voyage avec elle, mais il est définitivement absent de la chronologie « Après ». Il y a plusieurs exemples de « ne pense pas à Adam », qui, en tant que complot, m’agace énormément. Ils sont un frère et une sœur typiques, se battant, se disputant et se jetant du vitriol, donc sa disparition pourrait être n’importe quoi, de quelque chose de bénin comme lui s’enfuyant dans les bois au choix évident d’être attaqué par l’arme de quelqu’un. . Je dois revenir aux bases hitchcockiennes ici et dire que le suspense vient de la connaissance, et le suspense vaut toujours mieux que la surprise. Plus d’informations dans ce cas auraient pu avoir un meilleur impact et certainement une meilleure histoire.

LA FILLE EN ROUGE parle de Red, une jeune fille de 20 ans qui est plongée dans un monde post-apocalyptique et qui veut juste se rendre chez sa grand-mère. SI BON.

Enfin, quelque chose que je trouve un sujet de discussion intéressant. Une partie non négligeable de l’histoire développe la fiction du virus tueur, et ce point de l’intrigue n’est jamais entièrement résolu. J’ai lu beaucoup de critiques sur Amazon où les gens étaient bouleversés par ce fait, ce qui, je pense, est assez drôle. Après tout, il s’agit d’un remake du Petit Chaperon Rouge, et le but de cette histoire est d’amener le Petit Chaperon Rouge chez sa grand-mère et de s’occuper du loup, et l’auteur frappe ces deux points entre les yeux. Tout le reste est bizarre, d’accord ? Je pense que si cela n’avait été qu’une autre histoire post-apocalyptique sur une fille naviguant dans le monde qui s’effondre autour d’elle, ignorer la résolution du virus m’aurait probablement plus dérangé. Beaucoup plus. Mais pas cette fois. Cette histoire, j’ai senti, bien qu’un peu précipitée à la fin, a complété un atterrissage solide qui m’a laissé complètement satisfait.

Lire aussi :  Critique : Éden

Donc, même si je ne suis généralement pas du genre à choisir un livre comme celui-ci, je peux suggérer de tout cœur que vous le fassiez maintenant. Cela vaut la peine d’être lu, et je chercherai certainement plus de cet auteur à l’avenir.

  • Âge recommandé : 16+
  • Langage: Rare et varié, mais fort.
  • La violence: Assez sanglant et sanglant avec des interactions humaines violentes.
  • Sexe: Menace implicite de viol

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *