ville de permutation

Critique : Ville de permutation


Amazone

Je retourne dans le coffre-fort pour celui-ci : 1994. Oui, j’étais encore au lycée et pas assez mûr comme lecteur pour saisir la moitié de ce que proposait la science-fiction à l’époque. Je me demande parfois si je suis un lecteur suffisamment mature ces jours-ci pour comprendre certaines des choses que la science-fiction apporte à la table. Une grande partie de cela me fait loucher d’agacement et me laisse me demander pourquoi l’histoire et le personnage sont souvent relégués au second plan au profit de la présentation d’idées que l’auteur juge importantes. Pourquoi ont-ils besoin de présenter ces idées sous forme de fiction ? Pourquoi ne pas simplement remplir des encyclopédies avec ces idées et essais étonnants, si la construction présentée n’a pas vraiment d’importance ? Pourtant, il y a de très bonnes idées lancées ici et là, et je suppose que les auteurs ne vont pas arrêter de présenter leurs idées de cette façon. Nous ferions donc aussi bien de les lire, si nous pouvons les gérer, et d’essayer d’en tirer le maximum. Oui? Oui.

PERMUTATION CITY (Amazon) de Greg Egan est un livre plein d’idées et la présentation de ces idées, mais il ne raconte qu’une toute petite histoire. La partie importante ici est qu’il y a en fait une sorte d’histoire ici, que vous ne trouvez pas toujours dans des livres comme ceux-ci.

Maria Deluca est en quelque sorte une accro de « l’Autoverse ». Autoverse est une représentation très ancienne d’un espace virtuel en ligne où les gens peuvent visiter et exister. Elle s’appuie sur un ensemble de lois simplifiées qui permettent à ce monde virtuel d’exister dans les limites des ressources de calcul disponibles. La vie, comme on dit, est compliquée, et elle ne fait que se compliquer lorsque l’on s’occupe non seulement des émotions et des interactions des gens, mais aussi de la simulation de tout ce qui compose lesdites personnes. Sans parler du monde qui les entoure. Maria aime passer la grande majorité de ses heures d’éveil à simuler le cycle de vie simplifié d’un seul organisme tout en manipulant des sucres moléculaires simples.

Lire aussi :  Bilan : Comment gouverner un empire et s'en tirer

Paul Durham est un homme en mission. Il a fait plusieurs fois des copies virtuelles de lui-même et les a ensuite placées à l’intérieur de l’Autoverse, mais de façon agaçante, une fois que ces copies deviennent conscientes d’elles-mêmes, elles ne peuvent pas gérer le fait qu’elles sont une copie et se terminent elles-mêmes. . Il a développé une théorie en cours de route selon laquelle même les simulations courtes devraient persister après que la construction de simulation matérielle cesse de la simuler. C’est un peu déplacé, mais continuez. Pour tester cette théorie, il a vendu l’idée à un nombre relativement restreint de personnes très riches et leur a promis la possibilité de faire une copie virtuelle d’eux-mêmes, d’entrer dans leur monde virtuel et de faire l’expérience de l’immortalité. Leur plan est de créer une simulation suffisamment grande pour que tout le monde puisse s’y intégrer, de l’exécuter pendant plusieurs minutes, puis de l’arrêter. Si cela fonctionne, toutes vos copies numériques seront immortelles. Él contrata a María para ensamblar un estado inicial llamado construcción del « Jardín del Edén » que tiene el potencial de simular la evolución de la flora y la fauna de un planeta entero a partir de una sola fuente: el organismo con el que ha estado trabajando pendant les dernières années.

Je ne sais pas si j’ai déjà lu un livre de science-fiction qui consacre autant de temps à la science et à la présentation d’idées que celui-ci. C’était lourd. Et pourtant, la ligne très fine de l’histoire de Maria m’a fait revenir pour en savoir plus. Elle est curieuse et douteuse de Paul et des choses qu’il veut, et pourtant elle a vraiment besoin de l’argent que Paul lui offre. De son point de vue, le travail est probablement inutile, mais il vous paie quel que soit le résultat. Alors elle plonge. Quelques autres personnages POV ont également été introduits, mais je n’ai jamais vraiment compris pourquoi ils étaient exactement dans l’histoire, autre que pour permettre à l’auteur de proposer plus d’idées sur cette condition d’immortalité et ce que les gens pourraient utiliser, donné la chance. Et oui, d’accord, c’est quelque chose à penser. Je ne suis pas sûr d’avoir besoin qu’il me soit transmis sous forme d’histoire, n’est-ce pas ?

Lire aussi :  Bilan : apprentissage automatique

Les pages passent beaucoup de temps à traiter de l’auto-définition lorsque de vraies personnes physiques interagissent avec des copies numériques d’elles-mêmes. On parle beaucoup de chimie (dont j’ai compris la plupart, compte tenu de mon expérience). Il y a toute une série de conversations sur ce que les gens feraient de l’immortalité et sur le genre de choses qui seraient agréables/utiles dans ce genre d’état. Il traite des aspects économiques et sociaux de cette vie virtuelle, pour ceux qui se sont copiés en prévision de l’arrivée du monde à une époque où la puissance de calcul était disponible pour vivre véritablement dans un monde entièrement numérique. Il y en a relativement peu, avec beaucoup de ressources, qui subsistent déjà de cette façon, mais la « vitesse de vie » relative dans le monde virtuel est 17 fois celle du « monde réel », et il y a tout un ensemble de situations et d’idées qu’ils grandissent autour de la façon dont ceux des deux mondes interagissent les uns avec les autres et les répercussions de le faire.

Dire que c’est un livre qui fait réfléchir à beaucoup de choses serait un euphémisme. Cela fait définitivement bouger la matière grise. Cependant, ce n’est qu’après avoir tout lu et revu ce que l’auteur avait fait que j’ai pu en arriver là.

Parce qu’il est si lourd sur la science et l’exploration d’idées, PERMUTATION CITY finit par raconter très peu d’histoires, et n’était donc pas ma tasse de thé.

L’expérience de lecture réelle était principalement un voyage lent et déroutant de « où cela va-t-il? » et « comment cela s’intègre-t-il dans le reste du récit » ? En tant qu’histoire, je ne pense pas qu’elle apporte beaucoup. C’était relativement engageant, mais je ne dirais pas exactement que c’était divertissant. Il m’a fallu environ un tiers du livre pour commencer à connecter automatiquement un changement de POV à la dernière fois que le POV a été présenté. Essentiellement, pour se rappeler qui sont les personnages. Et ce n’est qu’à mi-parcours que j’ai pu dire que j’avais compris où tout cela allait.

Lire aussi :  Critique : Tracez les étoiles

Dans l’ensemble, un peu de science assez impressionnant dans cette œuvre de fiction, mais pas assez de la fiction majeure pour toute la science présentée. Une lecture intéressante car elle m’a assez bien informé de ce que ce type d’histoire essaie de dépeindre, mais il est peu probable que ce soit quelque chose que je veuille relire.

  • Âge recommandé : 18+ pour la compréhension, la violence et une scène de sexualité
  • Langage: Pas grand-chose, mais ça peut devenir fort.
  • La violence: Une violence collante qui se répète souvent
  • Sexe: Une scène assez explicite et une conversation générale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *