Le soulèvement de Kalanon

Critique : L’Insurrection de Kalanon


Amazone

Cela fait donc une minute que nous avons participé au Fantasy Blog-Off auto-publié dirigé par Mark Lawrence, et je me retrouve constamment déchiré par le fait que nous ne sommes plus impliqués. Ce concours annuel fait beaucoup de bien en trouvant de très bons auteurs qui ont choisi la voie de l’auto-édition. Qu’ils prévoient de s’en tenir à leurs armes sur le long terme ou qu’ils espèrent attirer l’attention d’un éditeur traditionnel, on ne peut nier le fait que les efforts que Mark Lawrence (et tous les éditeurs de critiques en ligne impliqués) font pour ces auteurs Ce n’est rien mais de l’or pur. Récemment, l’auteur d’un finaliste dans l’incarnation actuelle du concours nous a approchés pour une critique, et je n’ai pas pu m’empêcher d’être d’accord.

KALANON’S RISING (Amazon) est le premier livre de la série Agent’s of Kalanon et a été publié pour la première fois il y a quelques années. Pour l’essentiel, l’histoire tourne autour du personnage de Sir Brannon Kesh. Il est un champion de la guerre et a tué de nombreuses personnes dans son passé violent, mais maintenant il a tourné sa vie vers la préservation de la vie. Il a choisi de devenir médecin, et dans le gambit d’ouverture de ce roman, il reçoit un apprenti à former, puis le roi lui demande de résoudre un meurtre. L’individu qui a été tué est le propre neveu du roi. La scène est couverte de sang et il est immédiatement évident pour ces enquêteurs intrépides qu’il y a un aspect de ritualisme dans la violence. Ces détails développent leurs premiers indices sur qui pourraient être les auteurs, puis ils commencent leur enquête.

Lire aussi :  Critique : L'arche de la rédemption

Je ne me souviens pas d’être tombé sur un livre mal écrit de la liste restreinte du SPFBO, et ce roman poursuit définitivement cette tendance. Il est assez facile de suivre l’intrigue et de comprendre le cadre et chacun des paramètres individuels. La prose est propre, claire et facile à lire. Le développement des différents personnages d’intérêt est assez bien fait. Les personnages secondaires sont faciles à distinguer les uns des autres, et ils ont tous un rôle assez simple à jouer dans l’histoire. Je n’étais pas si amoureux des personnages POV. Bien qu’il y ait une certaine caractérisation de ces individus, je n’ai jamais eu l’impression qu’aucun d’entre eux s’était très bien intégré ou avait de fortes motivations/direction autres que Brannon. Cependant, la plus grande difficulté que j’ai eue était qu’il y avait tellement de personnages POV. Au moins huit, selon mon calcul. Bien sûr, le plus important de tous était peut-être Brannon. Même avec lui au volant de l’intrigue, le centre de l’histoire a été considérablement dilué en étant divisé entre tant de personnages. La quantité de caractérisation de ces personnages POV, en règle générale, était à la hauteur de ce que j’attendais des personnages secondaires. Cependant, en ce qui concerne les personnages POV, j’attends plus. Ce niveau timide de caractérisation a rendu la « voix » principale de l’histoire plutôt faible et pas aussi engageante qu’elle aurait pu l’être.

Il est clair dès le début que cette histoire est une histoire policière, ce qui était facilement l’un des aspects les plus frustrants du roman pour moi parce que c’était tellement une histoire policière. L’utilisation de mots comme « indices » et « suspects » et même « harengs rouges » n’arrêtait pas de me sortir de l’histoire parce que cela ressemblait plus à un mystère moderne qu’à de la fantaisie. Ce n’est pas que les livres fantastiques solides ne peuvent pas avoir l’air modernes, ou qu’ils ne peuvent pas avoir une intrigue mystérieuse de base. Ils peuvent et ils le font. C’est juste que la poussée, la concentration et le ton de ce livre ne m’ont jamais semblé être une histoire fantastique. Et j’aime lire de la fantasy, n’est-ce pas ? Une règle générale que j’applique généralement dans ces cas est d’essayer de supprimer tous les éléments fantastiques de l’histoire et de me demander si l’histoire pourrait encore être racontée, en général, de la même manière. Et pour cette histoire, la réponse est « absolument oui ». Cette comparaison peut-elle toujours être faite ? Non. Je veux dire, combien de choses vraiment cool y a-t-il dans Game of Thrones ? Presque rien. Mais celui-là est tellement bien écrit que je ne suis même pas tenté de poser cette question.

Lire aussi :  Critique : Un fléau de géants

Plus un mystère de meurtre d’un détective privé inexpérimenté, KALANON’S RISING est une offre terne qui ne vous convainc pas tout à fait qu’il veut être un roman fantastique.

KALANON’S RISING n’est pas un mauvais roman. Il fait très bien ce qu’il se propose de faire. Il y a un meurtre, et une enquête, et des rebondissements dans cette enquête. Il y a des révélations que je n’ai pas vu venir. C’est un roman policier assez solide. Ce n’est tout simplement pas ce que j’aime trouver lorsque je cherche une grande histoire fantastique, et ce n’est pas non plus ce que j’attendais du meilleur du genre. Cependant, M. Smith réussit bien à raconter l’histoire qu’il veut raconter. Vous devez absolument continuer à écrire et à travailler pour vous améliorer dans votre métier. Il n’y a pas beaucoup de gens, réalistement parlant, qui vont aussi loin que lui.

Alors chapeau à lui pour avoir essayé. Continuez, monsieur.

  • Âge recommandé : 16+ pour violence
  • Langage: Très rare et moyennement fort.
  • La violence: Le meurtre perpétré est très sanglant et sanglant.
  • Sexe: Quelques conseils et références fréquentes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *