A apprendre, si tu as de la chance

Critique : Apprends-toi, si tu as de la chance


Amazone

Si vous avez suivi nos critiques (et franchement, qui ne l’a pas fait ?), vous saurez que nous apprécions RECORD OF A SPACEBORN FEW (EBR Review) de Becky Chambers et nous avons hâte de lire avec plaisir Where She Takes la série Wayfarers. En attendant, nous pouvons chaleureusement recommander son roman indépendant, TO BE TEACHED, IF LUCKY.

Situé à environ 100 ans dans notre futur, la Terre est au milieu du réchauffement climatique, avec des autocrates et une instabilité générale rendant le financement de la science pour la science, et non pour construire une arme ou faire du profit pour une entreprise, presque impossible. . Plutôt que de désespérer, un groupe de scientifiques finance un programme spatial mondial, avec de petits dons de centaines de milliers de personnes à la recherche des étoiles. C’est beau, audacieux et discret, comme la plupart des grands efforts.

TO BE TEACHED, IF LUCKY (Amazon) est écrit du point de vue d’Ariadne O’Neill, ingénieure et astronaute. Ariadne et ses trois coéquipiers font partie de la mission Lawki 6, envoyée sur quatre exoplanètes habitables pour… enfin, pour la science des choses. Comme le dit Ariane, « nous vivons et respirons par quoi » (p. 3). Je ne suis en aucun cas un scientifique, mais les idées avec lesquelles Chambers joue, y compris la biologie synthétique/le génie génétique pour permettre le voyage dans l’espace, étaient intéressantes et il est clair qu’il prend la science très au sérieux (dans l’édition de livre électronique que j’ai lue, il y a une question et une réponse). entre Chambers et sa mère, qui est éducatrice en astrobiologie et sa principale consultante).

Lire aussi :  Avis : Les stars sont légion

Alors que l’équipage voyage d’exoplanète en exoplanète, il voit ses conditions de mission évoluer et découvre que les communications depuis la Terre ont mystérieusement et brusquement été coupées. BE TAUGHT, IF LUCKY est à la fois un compte rendu de leurs découvertes et un appel d’Ariane et de l’équipage aux habitants de la Terre pour obtenir des conseils.

Écoute, je me rends compte que ça sonne un peu vague et cérébral. Et bien qu’il y ait beaucoup de science et de grandes idées dans le roman, Chambers apporte sa capacité de marque à trouver le cœur humain au centre de tout cela. J’ai été frappé par la description de Chambers d’Ariane se réveillant de la « dormance » (ou de l’hypersommeil… ou peu importe comment vous voulez l’appeler). C’est une scène familière à quiconque s’intéresse aux livres spatiaux, mais Chambers fait un excellent travail en transformant quelque chose qui pourrait être très clinique en quelque chose de très viscéral et spécifique.

Le récit global est guidé par le mouvement d’exoplanète à exoplanète, ainsi que par le mystère des communications perdues depuis la Terre. Mais les fils qui attirent le lecteur sont les joies et les épreuves de la découverte scientifique, y compris les dilemmes éthiques lorsqu’ils visitent de nouveaux mondes et interagissent avec la vie qu’ils y trouvent. Ce rythme signifie qu’il y a des parties de l’intrigue qui impliquent d’attendre ou de réfléchir, mais il y a toujours une traction narrative à travers tout cela.

L’écriture centrée sur les idées donne souvent la priorité aux idées plutôt qu’au caractère, mais Chambers n’oublie jamais l’esprit humain au centre de la science.

Lire aussi :  Critique : Tous les systèmes rouges

BE TAUGHT, IF LUCKY place explicitement le lecteur dans la position de quelqu’un qui a reçu cette transmission, lui demandant d’évaluer ce qu’Ariane a écrit. L’histoire d’Ariane est-elle convaincante ? Est-ce que ce qu’ils ont découvert en vaut la peine ? Quels types de sacrifices personnels et collectifs devraient être consentis pour poursuivre l’exploration scientifique ?

Je soupçonne que le public qui lit ces livres comprendra déjà l’affirmation d’Ariane sur l’importance de la découverte scientifique, mais si ce n’est pas le cas, Chambers présente un bon argument. L’écriture centrée sur les idées / axée sur les idées peut souvent donner la priorité aux idées plutôt qu’au personnage et à l’intrigue, mais je pensais que Chambers évitait la plupart de ces pièges et fournissait un appel important et poignant à faire de la science, sans jamais oublier qu’au centre se trouve le cœur humain.

  • Âge recommandé : 12+
  • Langage: le minimum
  • La violence: rien
  • Sexe: évoqué, mais non représenté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *