les six derniers

Critique : Les six derniers


Amazone

C’est la fin du monde tel que nous le connaissons. Les effets du réchauffement climatique ravagent ville après ville et des millions de vies ont été perdues. Non, ce n’est pas la première page du journal. C’est l’intrigue de THE FINAL SIX (Amazon) d’Alexandra Monir.

Cherchant à fuir une terre de plus en plus dévastée, la communauté internationale choisit l’Europe comme lieu de colonisation future. Et qui de mieux pour coloniser une lune lointaine et sauver l’humanité que six adolescents ?

THE FINAL SIX suit deux adolescents qui doivent s’affronter contre vingt-quatre autres pour l’une des places convoitées de la mission Europa : Leonardo Danieli d’Italie et Naomi Ardalan des États-Unis.

Rome a été engloutie par l’océan et Leo doit gagner sa vie dans ce qui reste de la ville condamnée. Ayant perdu sa famille, décédée lors de l’inondation initiale, Leo sent qu’il n’a aucune raison de vivre et essaie de se suicider. Le passage fortuit d’un navire de l’Agence spatiale européenne suffit à piquer son intérêt à choisir de ne pas mourir (apparemment) et Leo découvre bientôt qu’il a été choisi comme spécialiste potentiel des sous-marins pour la prochaine mission sur Europe.

Naomi Ardalan est une irano-américaine et une nerd scientifique autoproclamée, dont le cerveau l’a choisie pour l’émission. Contrairement à Leo, elle redoute l’idée d’être sélectionnée comme l’un des six derniers colons et de laisser derrière elle son jeune frère et ses parents. Cependant, quand elle et Leo forment un lien immédiat, la résolution de Naomi de rester sur terre est mise à l’épreuve par son désir d’être avec lui. Naomi est également sceptique quant aux motivations de la communauté internationale pour la mission. Elle est convaincue qu’il y a quelque chose de mystérieux sur Europa et soupçonne que les concurrents ne seront pas les seules formes de vie là-bas à leur arrivée.

Lire aussi :  Critique : Dragons de fer

Alors que Monir a planté quelques mystères dans THE ENDING SIX pour que le lecteur réfléchisse, l’intrigue elle-même n’est jamais un mystère. Naomi et Leo doivent participer à une variété de tests de compétences pour prouver leur aptitude au programme spatial. Certaines personnes sont éliminées dès les premiers tours, mais pas nos protagonistes. Plusieurs révélations à la fin parviennent à être simultanément surprenantes mais pas inattendues.

Le roman de Monir rassemble un certain nombre de tropes classiques de YA qui pourraient être drôles, mais l’écriture n’enflamme jamais l’histoire de manière convaincante.

Quelque chose qui manque au roman, c’est le sentiment que le lecteur lit à travers tous les travaux préparatoires concurrents alors qu’il est évident que le roman est conçu pour arriver à un certain point de l’histoire, puis mener à la suite. J’aime les suites. Mais j’aime aussi lire des histoires complètes et complexes avec des arcs qui offrent au moins une sorte de résolution. THE FINAL SIX est principalement une exposition et une action ascendante sans véritable point culminant ni dénouement satisfaisant. Bien que cela puisse encourager les lecteurs à continuer la série, c’est aussi un premier épisode qui ne ressemble pas à une histoire complète.

Une intrigue assez serrée (pardonnez le jeu de mots) n’est pas un gros problème pour moi si je me soucie des personnages. Malheureusement, ce n’était pas le cas ici. Malgré leur éducation, leurs intérêts et leurs langues maternelles très différents, les points de vue de Naomi et de Leo sont pratiquement indiscernables. L’étiquette de chaque chapitre est le seul moyen de les distinguer, à part se rappeler que Leo veut partir en mission et que Naomi veut rester. Terre. Pour être juste, Monir essaie d’entasser beaucoup d’intrigues dans un nombre de pages limité (350) et les multiples points de vue lui ont peut-être facilité la progression de l’intrigue; cependant, les deux points de vue semblent finalement inutiles.

Lire aussi :  Critique : Magie pour les menteurs

L’histoire d’amour entre Naomi et Leo, bien qu’un peu douce, semble également être principalement pro-forma. Ils semblent partager un sérieux inhérent, mais leur principal attrait semble être que les protagonistes des romans tombent DÉJÀ amoureux. En fait, lorsque Monir leur donne une scène « première fois » qui s’estompe au noir, cela ne se sent pas particulièrement dans le caractère de l’un ou de l’autre. Oui, ils sont amoureux et sur le point de se séparer, mais la scène semble étrangement captivante, comme quelque chose qui a été censé être inclus dans l’histoire plutôt que de faire partie de la progression naturelle de votre relation.

Le roman de Monir rassemble un certain nombre de tropes classiques de YA qui pourraient être drôles, mais l’écriture médiocre, bien que parfaitement compétente, n’enflamme jamais l’histoire de manière convaincante. Selon les distinctions, THE FINAL SIX pourrait se diriger vers le grand écran. Bien que normalement je dirais que le livre est meilleur, dans ce cas, je pense que le film pourrait être le support le plus approprié pour cette histoire.

  • Âge recommandé : 11+
  • Langage: Ni
  • La violence: Une tentative de suicide par noyade
  • Sexe: Embrasser? Une scène qui passe immédiatement au noir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *