Soléri

Critique : Soléri


Amazone

L’une des choses que je préfère dans la lecture d’un livre, c’est d’en arriver au point où vous ne pouvez plus le lâcher. C’est toujours magique de se sentir immergé dans un autre monde. Certains livres vous attirent tout de suite. D’autres peuvent être lents, mais l’attente en vaut la peine lorsque vous passez de « J’apprécie ce livre » à « me parle en 150 pages environ ». Et puis, il y a les livres qui ne décollent jamais. SOLERI (Amazon) de Michael Johnston, malgré sa prémisse intéressante, en fait partie.

Au début, je pensais que c’était moi. Dans l’intérêt d’une divulgation complète, la longue fantaisie épique ne me convient pas toujours. Sachant cela, je voulais être sûr et donner une lecture équitable à SOLERI car parfois, une construction de monde plus étendue nécessite un démarrage plus lent. Bien? Alors j’ai continué, attendant le moment où la lecture cesserait d’être un travail. Mais ça n’a jamais été le cas.

Comme je l’ai mentionné plus tôt, la prémisse du livre est intéressante. SOLERI suit le destin de la famille Hark-Wadi. Ils sont la famille dirigeante de l’état vassal d’Harkana, l’une des nombreuses nations sous le règne du puissant empire Soleri. Les dieux qui gouvernent l’empire sont trop glorieux pour être vus par des êtres mortels ; au lieu de cela, ils vivent derrière le mur de linceul, régnant sans être vus.

L’empire Soleri commence à s’effondrer sur les bords : un coup d’État militaire se prépare, le mécontentement et la famine grandissent dans les États vassaux, et une lutte de pouvoir dans la capitale entre l’armée et le clergé. Lorsqu’une éclipse solaire annuelle ne se matérialise jamais, elle déclenche une série d’événements qui changeront à jamais le destin de l’empire et de la famille Hark-Wadi alors qu’ils découvrent des secrets cachés depuis des centaines d’années.

Lire aussi :  Critique : Les Chaînes de l'Hérétique

Le récit lui-même est assez rythmé et offre un bon équilibre entre action et introspection. Situé dans un monde de style égyptien antique, le décor désertique offre des paysages et des dilemmes intéressants avec lesquels les personnages peuvent interagir. En limitant ses personnages POV à une seule famille, Johnston réduit sa portée à un nombre gérable de nouveaux noms et visages. Les liens familiaux permettent à Johnston de tisser très naturellement les différents fils du récit et de superposer secrets et surprises tant au niveau personnel que public.

Là où le roman échoue, c’est dans sa caractérisation médiocre. La plupart des personnages ne vont jamais au-delà d’être des tropes : la fille aînée, qui utilise sa sexualité comme pouvoir ; le garçon manqué rebelle qui doit cesser de fuir ses responsabilités ; l’épouse méprisée est devenue prêtresse.

SOLERI a une prémisse et un cadre intéressants, mais la lutte de Johnston pour comprendre ses personnages génère un manque de tension motrice essentielle.

De tous les membres de la famille, le voyage Arko Hark-Wadi a le potentiel d’être le plus dévastateur ou le plus rédempteur, mais en fin de compte ce n’est pas le cas. Arko Hark-Wadi est un roi guerrier, tourmenté par la guerre que son père a menée pour ne pas avoir à le livrer au Prieuré, une prison où les Soleri retiennent en otage les fils de leurs états vassaux. Colérique et alcoolique, Arko est appelé à être le nouveau Rayon du Soleil, le seul point de contact entre le monde extérieur et les Soleri. Quand Arko devient de manière inattendue l’homme le plus puissant d’un empire qui a ruiné sa vie, il doit décider s’il veut prendre le pouvoir qui lui est offert ou poursuivre son lent déclin. Il ne s’attendait pas à ce qu’il devienne soudainement brillant et décisif, mais les tentatives d’Arko pour échapper à ses propres démons et être à la hauteur de sa nouvelle position semblaient plus sans inspiration que tragiques.

Lire aussi :  Critique : L'héritage Brightwash

La lutte de Johnston pour réaliser pleinement ses personnages conduit à un récit qui manque de tension motrice essentielle car les enjeux ne semblent jamais assez élevés pour que le lecteur investisse dans le résultat d’une action particulière. Au lieu de cela, ce qui se développe est une déconnexion entre le moment où le lecteur reconnaît que la situation est censée susciter une certaine émotion et ne peut alors marquer cette émotion que par son absence.

Avec SOLERI, Johnston réalise tous les bons rythmes d’une histoire épique mais passe néanmoins à côté de son point en raison d’une mauvaise interprétation; créant ainsi une histoire compétente, mais finalement insatisfaisante.

  • Âge recommandé : 14
  • Langage: Ouais quelques malédictions
  • Violence: Du sang et du chaos, pas trop graphique
  • Sexe: Plusieurs scènes mais peu de détails.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *