Dark Orbit

Critique : Orbite sombre


Amazone

Malgré mes frustrations permanentes avec le genre science-fiction, je continue à me sentir attiré dans son orbite. Je ne peux pas m’empêcher d’aimer toutes les choses qui rendent la science-fiction géniale. J’ai essayé de le démarrer plusieurs fois, et je n’y suis jamais entré. Mais, plutôt que de le passer complètement, je le remettrais sur la pile TBR pour une autre chance. J’ai même essayé d’écouter le livre audio mais je l’ai posé assez rapidement parce que j’avais l’impression qu’il me manquait une grande partie de l’histoire. Et puis, comme je l’ai fait il y a longtemps avec Memories of Ice (EBR Archive), j’ai décidé d’aller de l’avant et de le faire. Ça fait du bien d’être de ce côté-ci de la fracture. Il ne m’a fallu que cinq ans pour en arriver là…

DARK ORBIT (Amazon) est une histoire de pièces. Cela tourne autour de l’idée que l’humanité a trouvé la capacité de téléporter la matière en utilisant des ondes lumineuses tant qu’il y a un émetteur et un récepteur physiques. Cela vous semble-t-il inutile ? Je veux dire, tout type de téléportation est génial, mais si vous allez dans un endroit important (un voyage d’ondes lumineuses du Soleil à la Terre ne prend que huit minutes environ), vous avez toujours le problème de voyager en bateau lent pour prendre un récepteur. n’importe où vous voulez aller. Et pourtant, l’humanité a trouvé un moyen de s’étendre à vingt planètes différentes et est toujours à la recherche de la prochaine nouvelle planète à habiter.

Ainsi, lorsque l’un de leurs chercheurs contrôlés par ordinateur signale par radio qu’il a trouvé une nouvelle planète appropriée à étudier, il y a beaucoup de gens qui ont hâte d’y aller.

Lire aussi :  Critique : Age of Assassins

L’histoire est racontée du point de vue de deux femmes. Premièrement, Sara Callicot est une exoethnologue, qui est essentiellement une anthropologue de l’espace qui est envoyée dans l’obscurité pour obtenir des informations sur la vie intelligente qui peuvent ensuite être utilisées par l’humanité. Du moins, c’est mon impression de ce qu’ils sont. Après tout, l’occupation est inventée. Elle a été placée dans l’équipage qui a été choisi pour se rendre sur cette nouvelle planète sous prétexte qu’elle étudie l’équipage. Sa vraie raison d’être là est de garder un œil sur une femme nommée Thora Lassiter. Thora a récemment été bannie d’une planète, Orem, après avoir déclenché une sorte de révolte, mais elle fait partie de l’élite interplanétaire, donc au lieu d’être punie, elle est exilée.

L’histoire de Sara ressemble vraiment au moteur principal du livre, car nous obtenons tout le point de vue de Thora à partir des « entrées de journal enregistrées ». Sara connaît une partie de l’équipage et fait de son mieux pour s’intégrer sans jamais révéler la véritable raison pour laquelle elle est sur le navire. Indépendamment de cela, elle est ravie de faire partie de la première équipe de personnes à visiter cette nouvelle planète. Il s’assure même de faire partie du premier groupe d’exploration qui descend à la surface et se promène un peu. C’est au cours de cette excursion, cependant, que Thora Lassiter, une autre de la compagnie, disparaît.

Les deux personnages d’intérêt sont bien conçus et crédibles. Cependant, je pense que je me suis davantage connecté avec Sara et sa quête pour savoir ce qui est arrivé à Thora. Il doit naviguer dans la politique et l’autorité des responsables du navire, puis une fois qu’il a la possibilité de rechercher Thora, il y a beaucoup d’exploration et d’aventure à travers l’inconnu qu’il aborde.

Lire aussi :  Critique : Chaque chose morte

DARK ORBIT est une lecture intéressante avec des aspects intrigants à la fois pour la science et les personnages qui n’ont pas tout à fait réunis.

La science est un peu ondulée, mais cela ne m’a jamais trop dérangé. Ce fait a permis aux choses de devenir assez intrigantes une fois qu’ils ont réalisé que la gravité et la dimensionnalité de l’espace ne fonctionnent pas exactement de la façon dont ils sont habitués dans cette région de l’espace. C’est cet aspect anormal de la science et le comportement presque météorologique de la gravité autour de la planète qui a permis la principale source de tension au fur et à mesure que l’histoire progressait.

Cela a permis à l’histoire de changer de vitesse alors que les journaux de Thora jouaient un rôle plus important. Ces sections sont très axées sur la fascination des personnes qu’elles trouvent vivant sur la planète et sur la façon dont elles survivent. Leurs expériences étaient suffisantes pour me garder engagé et balayé par le courant. Je me suis trouvé quelque peu ennuyé par la présentation enregistrée dans le journal de son point de vue à mi-parcours. Elle commence à avoir des rêves et des expériences presque comme des visions qui ne se traduisaient tout simplement pas bien par cette méthode de narration.

Si quoi que ce soit, la fin était un peu décevante. Cela est dû en grande partie à la construction fragmentaire du reste de l’histoire. Il n’y avait tout simplement pas assez de « colle », pour ainsi dire, pour permettre aux pièces séparées de se sentir comme faisant partie d’un tout, et le point culminant final était là et parti avant que je ne me décide vraiment à l’idée en premier lieu.

Lire aussi :  Critique : Tempête maudite

C’était certainement celui où j’ai apprécié les aspects de science-fiction du livre plus que la trame de fond du personnage, mais j’ai quand même laissé l’expérience avec un goût positif dans ma bouche. Celui-ci est destiné à quelqu’un qui recherche davantage l’émerveillement de nouveaux endroits et la fascination de ce que la science peut apporter. Intéressant mais pas surprenant.

  • Âge recommandé : 15+
  • Langage: assez lisse
  • La violence: Une décapitation sanglante
  • Sexe: Un peu de sensualité et une brève menace de viol.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *