tuer est mon affaire

Critique : Tuer, c’est mon affaire


Amazone

La frontière entre l’hommage et le pastiche est aussi mince qu’une couche de glace sur un lac de la Nouvelle-Angleterre. Parfois rafraîchissant lorsqu’il est bien fait, mais souvent aussi amer que le départ soudain d’un vieil amour, le genre noir fascine, fascine et influence la littérature, à la fois pulpeuse et classique, depuis des décennies. Quand j’ai entendu parler d’un mystère fusionnel se déroulant dans un Los Angeles alternatif des années 1960, toujours aussi emblématique qu’il l’était à l’époque, j’ai dû l’ouvrir sur une bouteille de gin rassis de dix ans pour une raison compulsive. . Pourquoi j’ai du gin sur mon bureau branlant est ma propre affaire, mais j’étais très à l’aise avec ce petit ouvre-colonne à une corde.

Mais il n’avait pas cette pop que vous attendez d’un Coca. C’était plus comme un coca plat. Bien sûr, il a la sensation, le look et même la forme d’un coca, mais il n’a pas de goût. Vous pouvez le sentir dans votre gorge. Quelque chose ne va pas avec celui-ci. Mais ça va. Tous les contes ne doivent pas nécessairement être une vraie histoire triste, un triste briseur de cœur, ou obliger votre cerveau de matière grise à faire un peu de jogging et à réfléchir sérieusement à toutes les mauvaises choses qui se produisent dans la vie. Alors ça va.

KILLING IS MY BUSINESS (Amazon) est le deuxième cas d’une autre routine californienne étouffante de RAYMOND ELECTROMATIC MYSTERIES. Un autre faux soleil sourit à l’horizon ombragé par l’autoroute de Los Angeles, et Raymond Electromatic, avec un nom similaire à un autre Raymond fabriqué par un type nommé Marlow, fait un travail intéressant. Il n’est pas seulement un détective privé, un fouineur intrépide. Non, c’est un homme au bouton pour le plus offrant de Tinseltown. Et c’est un autre cas qui commence très simple, mais comme tout bon cas, il se construit, se tord et s’approfondit au fur et à mesure que le véritable mystère est révélé.

Lire aussi :  Critique : Tempête maudite

Il a un bon casting pour son jeu. Il y a une belle voix de loin : Ada, la patronne fumeuse des machines, des lignes téléphoniques et l’oreille de Raymondo. Il y a Zeus Falzarano : ancien patron de la mafia et père de tous ses enfants. Il y a Carmen : une moll avec un choix de jambes écartées et des notes de plus qu’une jolie voix et des yeux faciles. Et il y a Alfie de l’East End de Londres : il dit gore et devient souvent gore.

Ce n’est en aucun cas un chef-d’œuvre, mais KILLING IS MY BUSINESS est toujours une excellente interprétation de l’échiquier connu sous le nom de vie dans l’Amérique du milieu du XXe siècle.

Chacun fait assez sa part. Ils lisent vos lignes, laissent tomber vos indices et montrent un peu plus sous la peau lisse, les cicatrices lisses et l’étain de titane. Raymond a une petite étincelle dans son esprit, son cœur et son âme de circuits homme-machine. Mais ce fil ? Ce rêve cabossé d’un fantôme d’une ère atomique ? Il n’a pas beaucoup d’âme, de swing ou de fanfaronnade. Comme un boxeur de poids junior ivre au dixième round, Raymond titube sur son cas en marchant, en criant, en interrogeant, en divaguant et en tirant pour des assassins joyeux. Il y a des indices d’un complot, des rebondissements dans l’histoire, des gens qui sont plus qu’il n’y paraît et des aperçus du passé perdu de Raymond et Ada enterré quelque part dans une voûte radioactive.

Mais il n’y a rien d’autre que de la peinture fraîche dans ce vieux numéro. Les personnages n’ont pas assez de couleur au-delà de ce que quelqu’un pense être de la couleur; LA est moins une star costaud et fougueuse qui brille sur toute la côte ouest et plus une contrefaçon touristique bien usée. Mais Raymond est un bon gars. C’est un gars formidable. C’est juste que l’histoire semble trop facile, trop longue et trop lisse sur la façon dont tout cela fonctionne. Et bien que Ray ait une bonne voix, il ne s’élève jamais au-dessus de la coupe d’autres adresses IP mémorables ou de boutons regrettables, même avec son angle homme-machine. Il est gentil et conflictuel, et fait son travail avec un tic caractéristique de hrm, mais vous avez trop souvent vu le chant de l’humanité de cet homme-machine. Comme un hit américain du Top 40, cette chanson a une idée floue d’une ère de paillettes et de glamour, de femmes qui manipulent et de gangsters qui dominent, et ce n’est pas grave car il n’est pas nécessaire que ce soit plus que cela.

Lire aussi :  Critique : We Are Legion (We Are Bob)

La langue est nette, propre et maigre comme une plate-forme de course du nord de l’État de New York prête pour la course. Il frappe tous les battements dont il a besoin, mais il ne fait pas plus que cela. Et hé, tu sais quoi ?
Ça me va.

TUER EST MON AFFAIRE Ce n’est en aucun cas un chef-d’œuvre, mais c’est une petite interprétation du damier connu sous le nom de vie dans l’Amérique du milieu du XXe siècle. Si vous voulez une fusion entre la machine et l’homme, et que vous voulez passer une semaine avec Electro Man ? Hé, laisse-toi aller. Vous pouvez en profiter.

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Petit
  • Violence: Occasionnellement. Mais pas beaucoup de sang, de tripes et de membres non plus.
  • Sexe: Des insinuations et quelques touches corporelles, mais c’est assez propre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *