La bibliothèque du non écrit

Critique : La bibliothèque du non écrit


Amazone

Si vous aimez les livres sur les livres, le roman d’AJ Hackwith THE LIBRARY OF THE UNWRITTEN (Amazon) explore le pouvoir des histoires et de l’imagination. Si cela semble ringard et brillant, NE PANIQUEZ PAS. Ce roman se déroule littéralement en enfer ; il y a beaucoup de démons poignardés, de trahisons et de bibliothécaires grincheux qui ont besoin de plus de thé et de moins de discussions. Alors que l’idée générale du roman est une course entre l’enfer et le paradis pour résoudre un mystère, les personnages de Hackwith et leurs interactions occupent le devant de la scène.

Claire est la bibliothécaire de l’enfer, la gardienne de l’aile non écrite. L’aile non écrite a une trêve difficile avec le reste de l’enfer, dont les habitants détruiraient volontiers tous ses livres pour consommer son énergie et son potentiel créatifs.

Le problème de Claire n’est pas seulement de contrôler ses clients, mais aussi de contrôler ses livres. Les livres non écrits sont agités, leur énergie d’auteur refoulée grésille et se manifeste au fur et à mesure que les personnages prennent vie. Le travail de Claire consiste à endormir ces personnages (et leurs livres).

Le silence intense et agité de l’Aile non écrite est interrompu lorsque Claire découvre que des pages de la Bible du Diable ont été trouvées. Écrites par Lucifer lui-même, les pages contiennent suffisamment de pouvoir pour que le paradis et l’enfer cherchent désespérément à les posséder. Claire veut que les pages empêchent l’enfer de déclencher une guerre totale qui détruira sa bibliothèque. Le ciel veut que vous rappeliez le Créateur de son abandon de son royaume béni.

Lire aussi :  Review: Les ailes teintes en rouge

Claire n’est pas seule dans la mission qu’elle s’est imposée de récupérer les pages. Elle est accompagnée d’un groupe de parias et d’inadaptés : Leto, un adolescent démon effrayé ; Hero, un personnage qui refuse de revenir à son livre ; et Brevity, muse ratée et bibliothécaire adjointe. Alors qu’ils voyagent de l’au-delà (bonjour, Valhalla!) À la terre et retour, ils doivent déjouer les forces du ciel et affronter leur propre passé compliqué, qui menacent tous de faire dérailler leurs plans.

Hackwith a du mal à s’y retrouver lorsqu’il ouvre son roman. Le succès de l’histoire dépend du fait que les lecteurs aient une solide compréhension de l’aile non écrite, de ses habitants et de leur place en enfer. Elle a aussi une histoire pour commencer. Heureusement, elle fait les deux avec aplomb. Le récit a un bon sens de l’élan, même lorsque les lecteurs explorent l’aile non écrite. Il y a beaucoup de constructions mondiales lourdes, mais le monde est tellement amusant que c’est un régal de le voir se dérouler.

Les intrigues à la McGuffin peuvent tomber dans le piège de pousser les personnages d’une étape à l’autre simplement parce que l’histoire l’exige. Hackwith prend soin de donner l’impression que ses personnages ne sont pas entraînés. Mieux encore, ils ne prennent pas toujours les décisions qu’ils devraient prendre, ce qui donne au roman des moments agréables et inattendus.

Des personnages vivants et un monde intrigant font de LA BIBLIOTHÈQUE DES NON ÉCRITS une excellente entrée dans le genre des livres sur les livres.

LA BIBLIOTHÈQUE DES NON ÉCRITS est très avancée en prose (les romans sont-ils comme le vin ? IDK ?) pour le meilleur et pour le pire. Le langage de Hackwith est indéniablement précis et beau, ce que j’ai aimé, mais qui m’a en fait un peu distrait au fur et à mesure que j’avançais dans l’histoire. Cela n’arrête pas l’élan narratif, mais le ralentit un peu. Cependant, je pense que le type de lecteurs attirés par ce type de roman trouvera sa prose comme un argument de vente.

Lire aussi :  Critique : Le Conquérant immortel

Hackwith écrit des personnages secondaires vivants qui forment un ensemble intéressant. Leto est absolument tragique et doux à la fois. Son arc prend des tournures sombres et inattendues, ce qui m’a laissé deviner. Je pensais aussi que Hero était un super personnage avec un arc incroyable.

Et quant au protagoniste de Hackwith ? Claire est catégorique. Elle est intelligente, dure et charmante. C’est piquant et pas du tout mignon, ce que j’ai aimé. Son caractère aurait été plus fort pour moi si Hackwith nous avait donné plus de la vie de Claire plus tôt. Pourquoi n’avez-vous jamais écrit vos livres ? Quel genre de regrets l’a amenée à être la bibliothécaire de Hell ? Elle n’est en aucun cas un personnage unidimensionnel, mais cet arrière-plan lui aurait donné une dimension qui me manquait.

Avec des bibliothécaires féroces et une fin qui a clôturé l’arc de l’histoire sans fermer la porte sur le monde, LA BIBLIOTHÈQUE DES NON ÉCRITS laissera les lecteurs satisfaits mais en voulant plus.

  • Âge recommandé : 12+
  • Langage: Un certain nombre de serments
  • La violence: Escrime et batailles. Discussion sur le suicide et les idées suicidaires.
  • Sexe: Aucun

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *