saison orageuse

Critique : Saison des tempêtes


Amazone

Certaines séries ont une fin définitive, tandis que d’autres s’attardent, apportant de la joie à leurs lecteurs et fans de longue date. Pour moi, et pour ceux qui apprécient la série phare, THE WITCHER, SEASON OF STORMS est un retour aux contes originaux d’Andrzej Sapkowski des années 1980 et, en même temps, un compliment à la série, en un sens. .

THE SEASON OF STORMS se déroule, pour les fans inconditionnels, après les événements de THE LAST WISH, avec la rupture de Geralt avec Yennefer (dans une longue série de réconciliations et de ruptures dans leur relation légendaire…) mais avant le contrat qui l’a signé. rendu vraiment célèbre dans le monde entier par EL BRUJO.

Au début, il vient de tuer un autre monstre et gagne un bonus douteux sur son contrat d’un fonctionnaire de la ville pas particulièrement intègre. Comme tant de contrats précédents, Geralt quitte la ville sans trop y penser. Voyageant dans une grande ville pour rencontrer Dandelion, le fop et flirt préféré de tout le monde, Geralt se retrouve à abandonner ses épées, l’argent et l’acier que portent tous les sorciers, avec un groupe particulier de gardes féminines fortifiantes et éructantes. .

Après quelques sorcelleries et machinations politiques, les épées de Geralt ont disparu, maintenant il a été condamné à une amende et limité à la ville, et sans autre choix, il doit découvrir le sort de ses armes bien-aimées.

Il s’agit d’une configuration classique de Witcher : un incident apparemment mineur entraîne une accumulation de conflits non liés mais légèrement liés que notre mutant émacié doit gérer encore et encore. Avec un casting de sorcières rusées, de coureurs corrompus de la pègre, de princes se disputant un trône en souffrance, d’étranges créatures rôdant pour dévorer l’esprit des hommes mortels, les fans de fantasy et de séries trouveront que Sapkowski revient avec un standalone éprouvé. . sa longue série.

Lire aussi :  Critique : La peste des génies

Les favoris des fans comme Dandelion et Yennefer font bien sûr leur apparition. Mais à ma grande surprise, certaines apparitions de personnages dans des romans ultérieurs suivent parfaitement les événements de la chronologie de la série.

Cependant, en même temps, pour ceux qui souhaitent voir un Witcher plus épique, eh bien, il n’y en a pas à trouver. Alors que LA SAISON DES TEMPÊTES s’immisce dans les débats judiciaires, les politisations à la gorgée de vin, la politique d’initiés sorciers et le voyage vers une meilleure humanité, avec des résultats douteux, l’histoire ne fait pas grand-chose avec son truc politique. Compte tenu de ses lamentations cyniques tout au long des romans précédents et plus grands, il est surprenant qu’il ne trouve pas un équilibre comme les histoires précédentes.

Le roman ne ressemble pas à une histoire cohérente. Au lieu de cela, cela me rappelle la collection de nouvelles THE LAST WISH. Tous les trois ou quatre chapitres, un mini-arc suit, avec la quête des épées agissant comme son intrigue globale, et suit Geralt dans une structure d’histoire de guerrier de la route. Il y a une ambiance de PEUR ET DE HAINE À LAS VEGAS, alors que Geralt récupère et perd divers compagnons au cours de l’histoire.

Dans l’état actuel des choses, SEASON OF STORMS est un canard étrange; ce n’est pas assez fort pour mettre en place un mouvement vers l’avant de l’intrigue (compte tenu de la finale de la série…), mais ce n’est pas assez faible pour être une autre histoire de dispositif de cadre.

Lire aussi :  Critique : Nophek Glitter

Dans un sens, c’est un compliment à la série dans son ensemble. SEASON OF STORMS agit comme un retour aux histoires originales de Sapkowski d’un chasseur de monstres errant détesté mais nécessaire dans un monde de malheur et de mortels, et comment la frontière entre les monstres et les hommes est souvent floue pour Geralt.

Pour les fans de la série, SEASON OF STORMS est un compliment, mais c’est aussi un retour à l’idée originale d’un chasseur de monstre détesté mais nécessaire pour sauver le monde.

Mais avec sa scène finale, qui devrait être un régal pour les fans de longue date, c’est en quelque sorte un adieu affectueux.

Et le sorcier peut enfin se reposer.

Pour les fans de longue date et ceux qui s’intéressent à l’une des séries originales de Gritty Fantasy, je le recommande vivement.

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Beaucoup de jurons et d’insinuations
  • Violence: Toutes les variétés de violence : meurtre, empoisonnement, assassinat, décapitation, noyade
  • Sexe: Complètement soufflé mais surtout un aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *