Chaînes de l'hérétique

Critique : Les Chaînes de l’Hérétique


Amazone

Il y a quelque temps, j’ai décidé d’écouter enfin notre critique, Nick, et j’ai choisi SCOURGE OF THE BETRAYER (EBR Review). Sa critique de celui-là (il y a longtemps) était extrêmement positive, mais pour une raison quelconque, je ne l’ai pas immédiatement mis sur ma liste de livres à lire. Lorsque j’ai reçu le livre par la poste, j’ai été un peu interloquée et un peu déçue par sa taille apparente. Plutôt petit. Mais là encore, le livre était relativement peu coûteux au départ… en fait, au moment de la rédaction de cette critique, le livre de poche ne coûte que 5 $. Si vous n’avez pas encore lu ce livre, vous devez absolument sortir et l’acheter. Comme maintenant. Pour cinq dollars, cela vaut la peine de tenter sa chance avec un auteur que vous apprécierez à coup sûr, si vous êtes un fan des auteurs que nous louons ici à EBR. Lien en bas de l’avis.

Pour ceux d’entre vous qui connaissent déjà la grandeur du premier, continuez à lire.

CHAÎNES DE L’HÉRÉTIQUE (Amazon) est le troisième et dernier livre de l’Arc du Bloodsounder, et j’aime le fait qu’ils n’aient pas appelé cela une trilogie. Dis oh ! Il atterrit solidement dans le genre Swords & Sorcery, mais a également beaucoup de thèmes militaires. Tous les livres ont été très accessibles en termes de construction du monde et d’histoire en raison de leur personnage principal : Arkamondos, généralement appelé Arki. Ou Arc. Ou, un peu plus cruellement, Scribbler.

Arki a eu une vie relativement tranquille avant que le capitaine Braylar Killcoin ne l’engage comme commis, archiviste et traducteur, pour voyager avec sa bande de soldats alors qu’ils cherchaient à saper le pays dans lequel Arki vivait. votre ancien archiviste a connu une fin plutôt… peu propice. Arki a beaucoup changé depuis lors, et ils ont beaucoup voyagé, mais à la fin du livre précédent, ils avaient été chassés de Sunwrack, la capitale du puissant empire Syldoon. Vraiment, ils ont dû se battre pour sortir, après avoir réalisé que le nouvel empereur, Cynead, n’allait pas leur faciliter les choses. Au lieu de cela, le capitaine Killcoin et ses subordonnés ont fui la ville à la recherche de l’empereur déchu, Thumarr. L’histoire de CHAINS continue à partir de là, peu après la fin de VEIL OF THE DESERTS. Il ne faut pas longtemps avant qu’ils soient contraints d’affronter le Godveil, une limite qui n’a d’autre but que de les persuader d’entrer dans ses mains et de les tuer, traquant Syldoon et devant prendre une décision désespérée et risquée pour l’éviter. être tué par ses frères.

Lire aussi :  Critique : La sorcière du vent

Pour deux livres, l’auteur a fait allusion à l’histoire entourant les décrocheurs. Les dieux d’autrefois qui ont quitté le monde et placé le Godveil mortel pour empêcher quiconque de les suivre. Il y a eu des indices de ce à quoi ces choses pourraient ressembler – les têtes de fléaux du capitaine Killcoin, par exemple – et la couverture du livre rend ces suggestions beaucoup moins hypothétiques. Ici, cependant, nous avons enfin la chance de voir qui et quels sont les transfuges, car les personnages que nous avons suivis tout au long de cette série nous permettent de les suivre à travers le Godveil.

L’une des plus grandes forces de cette série a été le personnage d’Arki. Nick a mentionné la même chose dans ses deux critiques de cette série. C’est un personnage tellement anathème et ignorant du monde que Syldoon tient pour acquis que la dichotomie entre lui et le reste des soldats et leurs chefs donne constamment un coup de poing aux lecteurs. Non seulement Arki est novice en tout et réticent dans les situations où le capitaine Killcoin est presque indifférent, mais Arki ressemble de plus en plus à ceux qui l’entourent. De sa première chance de sauver la vie d’un garde inconnu à sa première fois de tuer un autre homme (presque au hasard) au milieu d’une bataille, il se familiarise de plus en plus avec la vie d’un soldat et les réalités de la guerre.

Cependant, la grande partie du personnage d’Arki est la partie intégrante qu’il joue dans l’histoire elle-même. Malgré le fait que ce soit le capitaine Killcoin et les soldats qui se frayent un chemin à travers des situations difficiles et qui conduisent l’objectif principal de l’intrigue, ce n’est qu’à travers le personnage d’Arki que l’un d’entre eux a une idée de ce qui se passe. . doit faire. Le travail principal d’Arki au sein de ce petit groupe de soldats est de traduire les anciens documents qu’ils ont collectés et aussi de faire tout son possible pour qu’il ne soit pas tué en chemin. Il essaie fréquemment de rater la seconde, parfois de son plein gré, car il tente continuellement la patience du capitaine Killcoin. En fait, la seule partie de l’histoire qui a vraiment pris du retard pour moi est venue après le moment où Arki n’avait plus de documents à traduire, et j’ai presque eu l’impression, pendant un court instant, qu’il était devenu un « personnage de caméra ». dont nous avons seulement vu l’histoire se dérouler, au lieu de la vivre à travers ses yeux.

Lire aussi :  avis : la fille en rouge

La force de la prose de Salyards continue également de briller à travers Arki dans ce livre. C’est un monde intéressant que l’auteur a construit ici, avec tous les personnages du monde sombre et plutôt sombre étant tous très savants. Entre la formation continue de Syldoon et la compréhension des langues d’Arki, la variété des personnes trouvées dans ces pages donne aux Salyards de nombreuses occasions de montrer leur propre maîtrise de la langue. Et il fait un excellent travail en effet.

En termes d’être une finale de série, ce livre était assez décent. Bien que pas stellaire. Pourtant, il obtient mon vote parce qu’il vaut la peine d’être lu. Cela ne semblait pas très complet, c’est tout. Ou peut-être aussi enveloppé qu’il voulait que les choses soient. Il reste définitivement BEAUCOUP de choses ouvertes, et Salyards pourrait certainement revenir dans ce monde et ses personnages et probablement raconter une autre histoire brillante sur Syldoon et Memoridons and Deserters. Je vois de la place pour plus de toute façon. Et je serais certainement prêt à faire ce voyage avec lui.

Arki, le capitaine Killcoin et le reste du puissant Syldoon affrontent leurs ennemis les plus intimidants à ce jour : un empereur déchu et des transfuges vicieux.

Salyards a conçu pour ses lecteurs une histoire personnelle, épique et fantastique, tout cela. Je suis surpris que cette série soit si bonne, étant donné que LE FLÉAU DU TRAÎTRE était son premier roman. Ce qui est vraiment cool dans cette série à ce stade du jeu, c’est que cela fait environ deux ans que CHAINS OF THE HERETIC a été publié. Donc, un autre livre étonnant de ce genre doit être juste au coin de la rue.

Lire aussi :  Critique : Age of Assassins

J’ai hâte de le récupérer, Jeff. Poursuivre.

  • Âge recommandé : 18+ pour tout
  • Langage: Fort à tout moment et fréquent, surtout quand Muldoos lance des critiques.
  • La violence: C’est une histoire de guerre et de soldats, et des morceaux sanglants entrent souvent en jeu.
  • Sexe: Chat occasionnel peu fréquent et scène détaillée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *