Pinnacle City : un super-héros noir

Critique : Pinnacle City : Un super-héros noir


Amazone

Je suis généralement indifférent aux super-héros. Je n’aime pas activement le film noir. Purement basé sur le titre, c’est un livre que j’aurais normalement feuilleté plus vite qu’une balle. Il semble qu’un mélange de super-héros et de noir ait le potentiel de devenir un gros cliché arrogant.

Heureusement, la Fée EBR qui vous envoie les livres que vous avez demandés réserve toujours quelques surprises. Et PINNACLE CITY: A SUPERHERO NOIR (Amazon) était une surprise intelligente et divertissante.

Edgar (Eddie) Enriquez est la quintessence du détective noir : accro, cynique et du mauvais côté des pistes. Malgré tout cela, il a toujours un sens aigu du bien et du mal. Recruté par un super-vilain à un jeune âge, Eddie a purgé une peine de prison et a ensuite tenté de se racheter en rejoignant l’armée. Il est sorti avec une épaule blessée et un implant qui rend sa superpuissance encore plus utile. Eddie peut voir l’histoire de tout ce qu’il touche. Où se trouvait l’objet, qui l’avait, ce qui se passait à proximité, et maintenant son implant lui permet d’enregistrer cette histoire. Il est pratique lorsque vous avez besoin de preuves au tribunal et vous aide à rester en affaires.

Quand Eddie rencontre Kimberly Kline, elle vient d’être promue de Justice Juniors dans la cour des grands : Pinnacle City Guardians. Elle est belle, polie, plus puissante que n’importe quel autre super-héros de la ville, et aussi incroyablement ivre. Ils ont une aventure d’un soir qui se termine mal quand ils réalisent qui est l’autre. Kimberly ne peut pas se permettre des erreurs, surtout pas le genre de coucher avec un ancien homme de main. Et Eddie est pratiquement allergique aux héros professionnels.

Lire aussi :  Critique : Sorcière Akata

La première tâche de Kimberly en tant que gardienne de Pinnacle City est de protéger le maire Trumpian Card et ses enfants inutiles. Eddie est en mission pour découvrir qui a assassiné un philanthrope local. Bien sûr, aucun de leurs travaux ne s’avère aussi simple, et ils se rendent vite compte que les super-élégants et brillants peuvent être tout aussi sales que les gangsters qu’ils sont censés enfermer.

PINNACLE CITY embrasse sa propre bizarrerie, ce qui est une bonne chose. Des personnages avec des arcs émotionnels crédibles et une solide construction du monde font avancer l’histoire.

Passant de l’idiot à l’horrible, PINNACLE CITY touche des endroits sombres. Je n’ai pas été dérangé par les changements de ton, car rien ne me déprime plus que d’être sombre sans relâche. Cependant, si vous êtes un vrai fan de Grim-Dark, cela peut être trop pétillant pour vous. La finale est agréablement douce-amère, peut-être un peu précipitée.

Alors qu’ils auraient pu facilement opter pour des personnages prêts à l’emploi, l’équipe de rédaction mari et femme Carter et Titchell donnent à leurs personnages de belles nuances. Kimberley et Eddie s’équilibrent bien. Ils ont chacun des arcs personnels crédibles alors qu’ils sont obligés de tenir compte de leurs hypothèses sur la communauté des super-héros: Kimberly dit que les super-héros sont vraiment héroïques et Eddie que tous les super-héros sont terribles. Ils ont des voix distinctes qui facilitent le changement de POV. Bien qu’il y ait beaucoup de choses plus grandes que nature contre lesquelles ils se battent, leurs défauts et leurs motivations gardent leurs personnages ancrés.

Lire aussi :  Critique : Guerre de Jade

L’une des meilleures décisions prises par Carter et Titchell a été de créer un monde secondaire. Nous avons affaire à de tout nouveaux super-héros et à de tout nouveaux pouvoirs. Pinnacle City elle-même est physiquement endommagée par des années de robots tueurs géants et d’attaques de super-vilains. Il y a des œuvres génétiques, mutantes et extraterrestres, toutes entassées dans une métropole grouillante (j’ai le droit de dire métropole grouillante à cause du genre que je décris). J’ai vraiment aimé qu’ils laissent les super-héros derrière eux et pensent à qui d’autre pourrait peupler ce monde. Cela vous divertit.

PINNACLE CITY embrasse sa propre bizarrerie, ce qui est une bonne chose. Des personnages solides avec des arcs émotionnels crédibles et une bonne construction du monde sont à l’origine de cette histoire improbable.

  • Âge recommandé : 16+
  • Langage: Chose sûre. Une bonne dose de blasphème.
  • La violence: La violence des gangs, un viol brutal, de nombreuses personnes battues avec une batte de baseball pleine de plomb
  • Sexe: Une scène, mais de nombreux détails explicites.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *