Enfants de sang et d'os

Critique : Enfants de sang et d’os


Amazone

Je pense qu’il y a beaucoup de lecteurs ces jours-ci qui « réveillent » le fait qu’il y a beaucoup plus de livres écrits par des gens qui ne sont ni les hommes ni la moitié blanche de la population mondiale. Qu’ils aient réalisé cela grâce à la partie la plus vocale de la population de lecteurs / auteurs, ou simplement à cause de leur propre niveau de conscience de soi, je pense que c’est une bonne chose dans l’ensemble. Du moins, s’ils décident de faire quelque chose à ce sujet. J’ai toujours été l’un de ceux qui partagent mon opinion selon laquelle je suis un fervent partisan de cette expansion de notre base de sources d’histoires. En même temps, cependant, je fais de mon mieux pour ne pas tourner autour du pot expressément pour savoir qui est l’auteur d’un livre ou sur quoi il a choisi d’écrire. Si une histoire est bonne, je vais m’en vanter. Si j’ai l’impression qu’il m’a laissé tomber, je le dirai. Et pourquoi. J’essaie d’examiner ces choses, après tout, n’est-ce pas ?

Ce livre est le premier de mes efforts concertés pour m’assurer que les livres que je choisis de lire sont suffisamment « diversifiés ». Avant ce point, je n’y ai jamais prêté attention. J’ai lu ce qu’ils m’ont donné. Certes, il y a certainement eu des moments où je me suis éloigné des YA aux sonorités clichées ou de ceux qui semblaient être principalement de nature romantique, mais c’était toute l’étendue de mon filtrage. Décider de diversifier mes options de lecture ne m’empêchera en aucun cas de passer à côté d’un livre qui ne semble tout simplement pas intéressant, peu importe qui l’a écrit. Cependant, cela m’encouragera à m’assurer que je recherche des options qui élargissent ma vision de ce qui s’écrit actuellement dans la sphère éditoriale actuelle. Je sais qu’il y aura certains de nos lecteurs qui s’en plaindront et d’autres qui chanteront. J’espère pouvoir décevoir et plaire à tout le monde à mon tour et m’améliorer globalement en conséquence. Souhaite-moi bonne chance.

CHILDREN OF BLOOD AND BONE (Amazon) est le premier roman publié de l’auteur Tomi Adeyemi et (selon Wikipedia) seulement son deuxième roman écrit. D’après la note de son auteur, incluse au début du livre audio que j’ai écouté, son impulsion à écrire cette histoire est venue de sa frustration et de son impuissance à voir tant de violence perpétrée contre les jeunes Noirs américains. Je peux applaudir vos efforts pour y parvenir. Vous faites ce que vous pouvez, où vous le pouvez, lorsque vous voyez quelque chose qui, selon vous, doit être corrigé. Bien sûr, les gens peuvent voir les choses différemment compte tenu de leurs perspectives différentes, mais faire quelque chose est généralement considéré comme mieux que ne rien faire.

Lire aussi :  Critique : La fille du fragment d'os

L’histoire de NIÑOS se déroule au pays des Orisha, inspiré par l’Afrique. Une terre gouvernée par un roi qui a trouvé un moyen de mettre fin à la querelle entre les élites nobles (les kosidan) et ceux qui détenaient la magie de la terre (les maji). Cette voie impliquait d’abord l’extermination du lien entre les maji et leur source de pouvoir, puis des maji eux-mêmes. Dans le présent, les gardes du roi exercent un pouvoir violent et brutal sur ceux qui se trouvent en dessous d’eux. Dispersés dans toute la ville se trouvent des devins aux cheveux argentés, ceux qui seraient éventuellement devenus maji, si le lien entre la magie de la terre et ses habitants avait encore une quelconque efficacité. Comme prévu, le roi fera tout pour conserver sa position de force. Cette motivation, cependant, ne s’applique pas nécessairement à leurs enfants.

Trois personnages aux points de vue se partagent les pages de l’histoire. Le gros du complot est mené par Zelie Adebola, une jeune femme dont la mère, une maji, a été tuée lors de la première vague de violence perpétrée par le nouveau roi. Elle, son frère Tzain et leur père vivent ensemble dans un petit village de pêcheurs, où ils survivent à peine et sont fréquemment harcelés par les gardes du roi. Au début de l’histoire, l’oppression des gardiens et leurs impôts augmentent au point que Zélie et sa famille ne pourront plus échapper à la servitude sous contrat. Par hasard, ils attrapent un poisson rare et Zélie décide de l’amener au marché, de le vendre pour un paquet, puis de s’installer financièrement pour l’année suivante environ. Au marché, il rencontre la princesse Amari (déguisée et le deuxième personnage POV). La fille a des ennuis, il y a des gardes derrière elle, et malgré le meilleur jugement de Zélie (mais évidemment selon la volonté de l’auteur), elle aide la fille et finit par fuir la ville. Amari a fui le palais après avoir vu sa meilleure amie, Binti, tuée par son père, le roi. La jeune fille a été forcée de toucher un parchemin magique qui l’a révélée comme une diseuse de bonne aventure et l’a ensuite transformée en maji. En représailles, Amari vole le parchemin et s’enfuit du palais avec. Peu de temps après, le frère d’Amari, le prince Inan (le troisième point de vue), est envoyé avec un entourage de gardes pour le récupérer tranquillement.

Lire aussi :  Critique : La Cité de Jade

Bien qu’assez bien écrite, l’évolution de l’intrigue semblait très juvénile et était facilement l’un des aspects les plus faibles du livre. Il y a eu plusieurs occasions où il a été présenté presque comme un jeu vidéo. Passez d’une scène à l’autre. Échappez aux gardes. Trouvez le vieux visionnaire. Trouvez les villages cachés. Battez le boss. Traversez le désert. Trouvez le vieil ermite. Cinématique sur la construction des mots. Je n’ai pas pu m’empêcher de faire ces comparaisons encore et encore, au fur et à mesure que j’avançais dans l’histoire. On pourrait suggérer que la simplicité de l’histoire était justifiée parce que c’est une histoire de jeunes, mais elle m’a semblé encore plus jeune. À mon avis, les lignes simples de l’intrigue peuvent facilement être attribuées au fait qu’il ne s’agit que du premier livre publié de l’auteur. Cependant, le traçage est certainement quelque chose qui peut être appris. La construction du monde était définitivement complexe et suffisamment stratifiée. Il y avait beaucoup de détails qui rendaient le monde complet, et même résumer les événements de l’histoire prendrait beaucoup de temps.

Une histoire bien écrite mais finalement insatisfaisante d’une jeune femme cherchant à se venger et à se renouveler grâce à la magie qui faisait autrefois partie de son héritage.

La caractérisation de Zelie était plutôt bonne. L’auteur a profité de presque toutes les occasions pour nous aider à voir qui elle était et ce qu’elle faisait, lui donnant une voix unique qui m’a aidé à comprendre ce qui se passait en elle. Il y a eu quelques moments où j’ai été un peu contrarié par les décisions que je prenais. Ces moments étaient invariablement précédés d’une déclaration du type « elle ne savait pas pourquoi elle prenait cette décision, mais… ». La caractérisation des deux autres points de vue était assez clairsemée. Cela était particulièrement évident lorsque le prince, Inan, a fait un changement massif dans son comportement qui ne se sentait pas du tout justifié, mais a considérablement aidé l’intrigue. Cela signifie qu’aucune des personnes qu’il poursuivait n’est morte en conséquence. Il y a aussi un deuxième moment, à la fin de l’histoire, où tout un tas de gens prennent une décision très surprenante et honnêtement ridicule de sortir et de faire la fête au lieu de passer à autre chose avec leur cible, alors qu’ils savent très bien qu’ils sont poursuivi par toute une armée de gardes du roi. Il est regrettable que des parties « relativement petites » de l’histoire comme celles-ci puissent avoir un impact négatif aussi important sur l’histoire globale. Cependant, ce sont des événements comme ceux-ci qui font sortir le lecteur de l’histoire. Cela détruit votre suspension d’incrédulité, et cela peut être un péché assez odieux dans mon livre. Faites-le trop de fois et les lecteurs vous abandonneront.

Lire aussi :  Bilan : Pergélisol

Malgré ces défauts et j’ai presque décidé d’abandonner la lecture, j’ai poursuivi jusqu’au bout, mais j’ai trouvé les personnages sauvés par un deus ex machina, puis j’ai terminé presque immédiatement après de très gros changements sur deux des personnages qui n’étaient ni traités ni expliqués. Tout à fait. Au départ, cela m’a fait penser que les personnages d’Amari et d’Inan n’étaient pas nécessaires à l’intrigue, car aucune de leurs histoires n’améliorait significativement l’intrigue ou n’arrivait à une conclusion satisfaisante. Je reste d’avis que l’histoire aurait pu être beaucoup plus serrée et mieux racontée si Amari avait été retiré en tant que personnage POV.

Malgré une prémisse décente, une bonne construction du monde et une voix engageante de Zelie, CHILDREN OF BLOOD AND BONE m’a finalement déçu en raison d’une narration terne, d’un manque de caractérisation cohérente et de trop de mauvais choix faits au fur et à mesure que l’histoire progressait. fin. proche.

  • Âge recommandé : 15+
  • Langage: niveau modéré
  • La violence: Relativement peu sanglant, mais il y a beaucoup de morts (quelques-uns trop violents) et quelques références au viol et à la menace de celui-ci.
  • Sexe: Une quantité décente de tension sexuelle et de préparation physique entre les différents personnages d’intérêt, il n’y a rien de trop chaud et dérangé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *