De souris et minestrone

Critique : Des souris et du minestrone

J’adore lire de la fiction spéculative. À tel point que je ne lis presque jamais rien qui ne soit au moins quelque peu spéculatif par nature, du moins pas par choix, mais quand je lis quelque chose qui n’est que de la « fiction », je me retrouve toujours à désirer ce petit fait. . – même des bêtises. Donc cette lecture sortait un peu de l’ordinaire pour moi, car il n’y avait vraiment rien à voir avec la spéculation dedans. Cependant, lorsque nous avons reçu le livre, je n’ai pas pu m’empêcher de sauter sur l’occasion de le lire à cause de combien Steve aime ce genre de choses. Nous avons des goûts de lecture assez similaires, Steve et moi. Et même si c’était de la pure fiction, j’ai été un peu surpris de constater que j’ai *vraiment* aimé le lire. Il y a quelque chose à dire sur le maître de la narration, et ces histoires en sont complètement criblées.

OF MICE AND MINESTRONE est une courte anthologie de nouvelles et de romans sur l’un des personnages emblématiques de l’auteur : Hap et Leonard. Lansdale a écrit de nombreuses histoires avec ces personnages. Une dizaine de romans, beaucoup de courts métrages, et il y a même eu une série télévisée avec quelques (trois) saisons. Et si le reste des choses comme celle-ci est aussi bien racontée que ces histoires, alors j’ai vraiment besoin de les rattraper. Je ne peux pas dire assez à quel point j’ai aimé lire celui-ci.

Hap Collins et Leonard Pine forment un duo improbable vivant dans les badlands de l’est du Texas. Hap est un bon garçon blanc et Leonard est fier et gay et noir. Et pourtant, ce sont les amis les plus rapides. Surveillez les arrières de l’autre, même si l’un pense que l’autre est fou. Ils se connaissent mieux que quiconque. Trouvez le confort et la paix simplement en étant ensemble. Il n’y a aucune hésitation chez l’un ou l’autre quand il s’agit de la véracité de leur relation, et cela s’infiltre dans la prose chaque fois qu’ils sont ensemble.

Lire aussi :  Bilan : Comment Rory Thorne a détruit le multivers

Six histoires dans cette collection. Deux longs romans et le reste relativement court. Certains ne traitent que de Hap, mais la plupart d’entre eux traitent les deux ensemble. C’était si facile de tomber dans ces histoires et de ressentir la vie qu’elles contiennent. La vie est dure pour chacun d’eux seul et en couple. Les Noirs ne sont sortis que récemment du joug de l’oppression de la loi, mais la loi ne s’est pas encore propagée dans la pratique. Leonard n’a eu aucun scrupule à rappeler ce fait aux gens, et ils ont plus qu’assez d’ennuis pour cela.

L’écriture de Lansdale ici est mieux décrite comme clairsemée. D’une certaine manière, cela m’a rappelé Mike Resnick, mais j’ai trouvé que je l’appréciais beaucoup plus. Il est resté cohérent dans sa représentation du personnage et m’a fait pâlir non pas pour quelque chose de plus spéculatif, mais pour la vaste campagne, la fraîcheur de la rivière, la chaleur du soleil du désert, la compagnie d’un frère.

Pour moi, l’humour a très bien fonctionné. Je me suis retrouvé à rire et même carrément à rire constamment. Et la juxtaposition de cet humour avec certaines des choses vraiment horribles auxquelles ils doivent faire face ici a rendu chaque extrémité de ce spectre d’autant plus poignante.

Histoires de deux amis dans leur jeunesse. Leurs vies, leurs escapades et un peu sur la façon dont ils apprennent à gérer les difficultés de la vie. caractère au maximum

La dernière « histoire » est en fait une collection de recettes locales de leur époque et de leur vie. Il y a aussi de l’histoire dans la présentation de ces recettes. En tant qu’homme qui aime passer du temps en cuisine, plusieurs de ces recettes m’ont donné envie de les essayer. Je me suis retrouvé incapable de réprimer un sourire devant le plaisir qu’ils ont dû avoir à les assembler.

Lire aussi :  Bilan : Seize façons de défendre une ville fortifiée

Je pense que j’ai juste besoin de lire un peu plus de Lansdale. C’est la conclusion à laquelle je suis arrivé à la fin de cette lecture. Est-ce que quelqu’un d’autre aime les trucs de ce gars? Si vous ne l’avez pas encore essayé et que vous appréciez une excellente narration avec une excellente écriture, vous devez en apprendre quelque chose. Vous ne regretterez pas. Certainement pas. Même si ce n’était pas du tout spéculatif.

  • Âge recommandé : 16+
  • Langage: Rare mais fort
  • La violence: Violence physique contre les femmes, coups de poing, armes à feu et références à la guerre
  • Sexe: Références fréquentes et occasionnelles

Certains lecteurs peuvent être sensibles à l’utilisation du mot N, que l’on trouve rarement dans ces histoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *