menace primordiale

Critique : Menace primordiale


Amazone

Librairie

C’est une de ces lectures que j’ai prises sur un coup de tête. Avant cela, je n’avais pas rencontré cet auteur ni aucun de ses livres. Jetant un coup d’œil à son palmarès, il en a posté pas mal, dans un nombre surprenant de genres. Après l’avoir lu, j’ai découvert que ce livre faisait partie de la première année du concours de science-fiction autoéditée, ce que j’ai trouvé génial. Bien qu’après avoir vu en ligne avec quelle voracité l’auteur aborde les concepts d’auto-édition et de marketing, je n’ai pas été le moins du monde surpris qu’il ait été l’un de ceux qui ont sauté sur le ring cette première année. À mon avis, cela repousse les limites, à bien des égards, de ce qui peut être réalisé en tant qu’auteur auto-publié. Ami intelligent à coup sûr.

PRIMAL THREAT est le premier de deux livres sur une Terre dans un futur proche qui découvre qu’elle a plus à se soucier que de simplement résoudre la faim dans le monde ou de réduire la menace du réchauffement climatique, car elle est sur le point d’être frappée par un trou noir. La physique céleste est intéressante comme ça. Une fois que vous connaissez les emplacements de toutes les sources gravitationnelles réparties dans l’étendue du vide, déterminer où tout corps en mouvement se déplacera est un processus relativement simple. La partie délicate de cette équation particulière est que les trous noirs ne peuvent pas être détectés directement, mais uniquement par leur effet sur les autres corps célestes qu’ils traversent. Ainsi, lorsque ces quelques individus qui ont tourné leur regard vers le cosmos découvrent enfin la source ponctuelle de puissance destructrice brute se précipitant vers la Terre depuis ses débuts dans l’univers primordial, il y a relativement peu de jours, et beaucoup moins d’idées, qui sont disponibles. ceux qui résident actuellement sur la planète.

Lire aussi :  Critique : Une femme d'épée

La couverture du livre suggère qu’il y aura deux personnages d’intérêt : Burt Radcliffe, le directeur du programme d’objets géocroiseurs de la NASA, et Dave Holmes, un Einstein des temps modernes qui a été écrasé il y a plusieurs années pour sa suggestion impopulaire qu’un tel l’événement menacerait bientôt la terre. À vrai dire, il y a pas mal de points de vue de plus que cela, mais juste quelques autres qui partagent la vedette prédominante avec ces deux-là. Ce sont : Jon Stryker, un flic de New York avec une histoire militaire importante, et Margaret Hager, présidente des États-Unis. Le temps de point de vue de ces quatre personnes occupe probablement 60 à 70% du livre, le reste étant réparti un peu partout. De courtes scènes et de courts chapitres sont parsemés au fur et à mesure que des informations individuelles sur la situation actuelle sont dramatisées pour nous. En général, je trouve que le type d’écriture qui comprend un manque de concentration sur des personnages spécifiques enlève l’expérience de l’histoire, et ce fut le cas ici.

Le livre a ses points forts. Une écriture assez bonne facilite la lecture, avec des scènes étoffées qui peuvent dépeindre la tension et la fragilité de ceux qui tentent de guider la planète vers un avenir qui n’implique pas l’anéantissement total. Les scènes sont efficacement véhiculées dans une séquence d’événements qui semble plausible et renforce les difficultés à faire avancer l’humanité vers une solution capable de surmonter la pure inertie des gouvernements complexes, l’impact dévastateur des extrémistes radicaux et les conséquences malheureuses des individus, des petites rancunes. . Les chapitres font également un bon travail en abordant une idée après l’autre. De nature très similaire à un format de thriller, où il n’y a pas beaucoup de temps d’arrêt.

Lire aussi :  Critique : Dragons de fer

Le début du roman a été de loin la partie la plus forte de l’histoire pour moi. Alors que le concept du trou noir se précipitant vers la Terre se dévoile et que la brève chronologie est établie, même le nombre de points de vue n’a pas beaucoup refroidi mon enthousiasme pour l’histoire. Les concepts de science-fiction durs sur lesquels l’intrigue est basée sont assez bien décrits et ne devraient pas nécessairement effrayer quiconque a du mal à comprendre la science complexe. Malgré le langage technique peu fréquent, un faible niveau de détail et des descriptions directes des effets de cette science devraient rendre l’histoire accessible à la plupart des lecteurs, même s’ils doivent passer sous silence les détails et considérer que tout est faux manuel. . Ce n’est en aucun cas un livre d’Alastair Reynolds.

PRIMAL THREAT offre une catastrophe imminente et des enjeux élevés dans une histoire de science-fiction granuleuse qui commence fort mais échoue à la fin.

Dans l’ensemble, l’élan de l’intrigue est porté par la communication entre ses différents personnages et la création du projet scientifique qui, espérons-le, sauvera la Terre. Il y a une intrigue secondaire centrée sur des extrémistes radicaux essayant de saboter les efforts pour sauver la planète, mais cette intrigue n’a jamais vraiment semblé se résoudre en quelque chose de significatif. En général, l’élaboration et l’exécution de la résolution finale ne m’ont pas semblé très satisfaisantes. Je pense que cela était principalement dû au manque de bases solides dans les personnages de l’histoire, ce qui est assez typique, j’ai trouvé, lorsque j’essayais de trouver de la science-fiction que j’aime. Bien que les enjeux ici soient énormes, cette histoire ressemble beaucoup à une histoire fantastique épique, où l’impact de l’épopée ne se trouve qu’à travers les travaux de l’individu, et si l’impact de l’histoire n’est pas personnel pour vos individus. , alors l’impact de l’épopée sera presque inévitablement perdu.

Lire aussi :  Bilan : Déclaration des droits des magiciens

En fin de compte, une lecture intéressante, mais pas celle qui a poussé beaucoup de mes boutons. Peut-être une « lecture de pop-corn », si vous aimez ce genre de chose.

  • Âge recommandé : 15+
  • Langage: Langage fort régulier mais peu fréquent
  • Violence: Une quantité modérée de violence non gore. Un peu de terrorisme.
  • Sexe: Quelques références mineures. Quelques bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *