Le loup

Critique : Le loup


Amazone

Librairie

Ce n’est pas souvent que je tombe sur un livre moderne qui a été écrit du point de vue omniscient à la troisième personne. Surtout récemment. Pour ceux d’entre vous qui ne le savent pas, cela signifie que l’histoire est racontée d’un point de vue extérieur (comme un dieu) qui connaît les pensées et les sentiments de tous les personnages, connaît des informations qu’un personnage donné ne connaît pas mais qui vous, le lecteur, savez, devriez, et employez presque toujours l’utilisation de « sauts de tête ».

Il y a très peu de cas où un livre écrit de cette façon ne me rebute pas rapidement. Pour moi, un lecteur expérientiel, je consomme une histoire du point de vue d’un personnage, puis je me retrouve soudainement à vivre l’histoire du point de vue d’un personnage différent, sans aucun changement évident dans le récit (une fin de chapitre, une pause dans le texte pour indiquer un changement de scène) est très désorientant et immédiatement désagréable.

De temps en temps, cependant, un livre écrit de cette façon arrive qui ne gâche pas complètement l’expérience de l’histoire pour moi. Presque invariablement, c’est parce que l’histoire « colle » à un seul point de vue la plupart du temps. C’est-à-dire un minimum de sauts de tête. DUNE est celui qui vient immédiatement à l’esprit, mais a été entièrement écrit à une autre époque.

Je ne peux pas penser aux autres. Cependant, vous pourriez être coupable d’avoir une cognition sélective ici.

Le fait est que ce livre est un deuxième qui a réussi pour moi là où d’autres ont échoué.

LE LOUP est le premier roman de l’auteur Leo Carew. Le premier d’une trilogie apparemment déjà terminée. Hourra pour ça, mais pourquoi n’ai-je pas trouvé ce livre il y a cinq ans quand il a été publié pour la première fois ? Faites tout exploser L’histoire est « principalement » racontée du point de vue de deux personnages principaux, un de chacune des deux nations opposées qui habitent la grande île d’Albion. Oui, il y en a d’autres qui ont des rôles mineurs, et certains temporaires ainsi que ces sauts de tête diaboliques se produisent, mais dans l’ensemble, l’accent est mis ici.

Lire aussi :  Critique : Démons, Encre

cordier kynortasson il est essentiellement un prince des Anakim, une race ressemblant à un humain qui grandit légèrement, vit considérablement plus longtemps, a des corps recouverts en grande partie de plaques d’os et vit dans une région froide et hostile du monde qui effrayerait tout sauf les autres .les plus résistants. . Il est élevé pour devenir le prochain Seigneur Noir, dirigeant de son peuple et fléau des Sutherners, par l’actuel, son père, mais il est encore relativement jeune et n’a pas encore grandi.

Bellamo de Safinim c’est un Sutherner, un groupe régional de sa marque quotidienne d’humains qui ont une durée de vie relativement plus courte, plus peuplés et généralement une nuisance perpétuelle pour les Anakim car ils repoussent constamment les limites de leurs terres. C’est un royaume plus familier à notre histoire, et il joue un rôle relativement petit mais influent dans cette histoire. Bellamus s’est donné pour mission d’étudier les peuples d’Anakim dans le but de les détruire. À cette fin, il a sollicité la main de la reine, qui est tombée amoureuse de lui et a commencé une relation illicite. Ensemble, ils ont élaboré un plan pour manipuler le roi Sutherner afin qu’il attaque à nouveau la puissante nation des Anakim. Cette fois dans le but de les éradiquer à jamais.

L’histoire commence dans une bataille qui se termine rapidement par les moyens rusés de Sutherner et laisse le père de Roper mort. Pris de panique, Roper appelle au retrait, une décision qui reviendra le hanter continuellement tout au long de cette histoire. Ce choix unique l’oblige à commencer une bataille sur une arène très différente pour maintenir son droit de régner. Le chef d’une autre des puissantes maisons Anakim, Uvoren Ymerson, a décidé que le jeune Seigneur Noir est de facto inapte à gouverner, et les Anakim seraient mieux servis avec lui au pouvoir. Entre cette bataille et le pillage de l’armée Sutherner à travers les terres d’Anakim, Roper n’a pas le temps de pleurer son père ou d’apprendre sa nouvelle place en tant que Black Lord. Il doit immédiatement plonger dans un jeu de contrôle pervers, contre lequel il semble terriblement mal préparé.

Lire aussi :  Critique : Les six derniers

Malgré un début difficile, il ne faut pas longtemps pour que cette histoire bouge. La plupart de mes difficultés venaient du fait de ne pas savoir qui était le personnage important à cause du narrateur omniscient. Une fois que l’histoire se tourne vers Roper, ça va beaucoup mieux. Je sais que ce truc de PoV fait très mal. En vérité, il n’y avait qu’une poignée de cas où les sauts de tête ont conduit à une confusion importante. Et lorsque l’accent est mis sur un seul personnage à la fois, l’auteur fait un travail impressionnant pour étoffer chacun des différents personnages et leurs motivations.

À la fois épopée de guerre et lutte pour le pouvoir politique, THE WOLF met en lumière un monde sombre rempli de personnages fantastiques et de motivations fortes.

Le rythme est au rendez-vous alors que l’intrigue rebondit entre les batailles dictées par les Sutherners, à la demande de Bellamus, et la bataille politique d’Uvoren. Le livre est divisé en trois parties, détaillant le passage des saisons séquentielles. Il semblait que le début de la troisième section, Spring, avait été un peu retardé à mesure que les changements des derniers mois d’hiver étaient diffusés, mais cela reprend après ce court sursis.

Le seul vrai problème avec cette histoire était le manque d’un élément spéculatif solide à sa base. Faire bouillir cela jusqu’à l’os montrerait une histoire de guerre et de manœuvres politiques. Bien sûr, c’est un très bon exemple d’un tel conte. Historiquement cependant, l’absence d’un élément spéculatif majeur a été un énorme point de friction pour moi, et après avoir terminé cette lecture, je ne peux tout simplement pas justifier le résultat où je donnerais à ce livre une note de Médiocre, ce qui est exactement ce que je J’ai fait dans le passé. Pour moi, les éléments spéculatifs d’une histoire sont ce qui rend la lecture de fantasy et de science-fiction si amusante. Ce n’est pas que je ne peux pas apprécier la fiction normale. C’est juste que quand je le fais, je me retrouve souvent à « avoir envie de quelque chose de spéculatif ». Et malgré cela, j’ai adoré ce livre.

Lire aussi :  Critique : La cité des mensonges

Donc, à cause de cette lecture, je vais légèrement changer la façon dont j’évalue des livres similaires qui manquent d’un élément spéculatif solide à leur base. Au lieu de donner une note automatique de Médiocre, je vais baisser la note d’un cran par rapport à ce que j’aurais autrement, puis lui donner une étiquette applicable. Vous remarquerez peut-être cette étiquette dans cette revue. Je m’attendrais à ce que la grande majorité de tous les « réalismes magiques » que j’ai lus tombent dans cette catégorie, ainsi que des histoires comme celles-ci où l’élément spéculatif joue un rôle si minime dans le grand schéma des choses. Je pense que je peux vivre avec ça. Cependant, cela signifie que j’ai des révisions plus anciennes que je devrai mettre à jour.

Là. Je pense que c’est tout ce que je voulais dire. Cette lecture a été toute une expérience. Et si ce n’est pas tout à fait évident pour vous maintenant… J’ai hâte d’entrer dans le prochain livre.

On se retrouve de l’autre côté.

  • Âge recommandé : 16+ pour violence
  • Langage: Très doux
  • Violence: Beaucoup de violence de guerre sanglante
  • Sexe: Non

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *