vengeurs de la lune

Critique : Les Vengeurs de la Lune


Amazone

Sherlock. œil bizarre. Sabrina. Un défilé sans fin de Spider-Men (est-ce que « défilé » est le nom collectif correct pour les araignées ? Mise à jour : Internet m’informe qu’il pourrait plus correctement s’appeler un « groupe de Spider-Men »).

De toute façon.

Les redémarrages sont partout et MOON AVENGERS d’Allen Steele en fait partie, un redémarrage d’une série de science-fiction classique pulpeuse appelée Captain Future. Je vais sortir avec moi-même en disant que c’était BIEN avant mon temps et que je n’ai jamais lu la série précédente; Quoi qu’il en soit, je pense que les critères de réinitialisation sont clairs :

Un redémarrage devrait se suffire à lui-même.

Un redémarrage devrait rendre les personnages et les arcs de l’histoire plus accessibles au public moderne en mettant à jour les sensibilités de la pièce.

Un redémarrage doit conserver certaines des qualités essentielles qui ont rendu le travail populaire en premier lieu.

Steele livre-t-il donc?

Curt Newton est un orphelin socialement maladroit qui est à peu près aussi étrange que ce à quoi on pourrait s’attendre de quelqu’un élevé secrètement par un androïde, un cerveau humain conservé dans un drone volant et un robot qui a développé des émotions. Otho (l’androïde), Simon Wright (ou The Brain) et Grag (vous l’avez deviné, le robot) ont cultivé au mieux les capacités intellectuelles et physiques de Curt tout en vivant dans une base secrète sous le cratère Tycho.

C’est la maladresse sociale totale de Curt qui rend l’officier de la police interplanétaire Joan Randall méfiant lorsqu’elle le voit lors d’un événement où Victor Corvo, un sénateur terran, parle. De plus, Curt hypnotise Joan, alors c’est tout. Bouleversée d’avoir été trompée, Randall soupçonne que Curt est plus que son coup de poing naïf, et ses soupçons sont confirmés lorsqu’elle est chargée de le suivre et qu’il disparaît.

Lire aussi :  Critique : Amnistie

Curt réapparaît de manière inattendue dans la vie de Joan lorsqu’il arrête l’assassinat du président de la Coalition solaire. Ce que Joan ne sait pas, c’est que Curt était là pour sauver le président uniquement parce qu’il tentait son propre assassinat. Curt vient d’apprendre que Víctor Corvo, l’homme que le président rencontrait, est également responsable du meurtre de ses parents.

Sauver le président entraîne Curt dans un plan interplanétaire beaucoup plus meurtrier et il doit bientôt choisir entre la mission du président et la vengeance personnelle.

Steele transforme soigneusement et méticuleusement Captain Future en quelque chose de plus de bon goût pour les palais modernes, mais il laisse tomber la dynamique du genre.

Alors, AVENGERS OF THE MOON est-il autonome ? Steele consacre (il semble) une grande partie du livre à la trame de fond de Curt. Alors que la mort de ses parents motive Curt à tuer Victor Corvo, cela ne motive pas nécessairement le lecteur à continuer à lire. Je suis généralement du camp « Je pense que la mort prématurée de tes parents est ta raison de te venger, pas besoin de longues explications » (c’est un camp qui existe). L’insistance de Steele à explorer l’arrière-plan de l’éducation inhabituelle de Curt est un peu lente, mais une fois que vous vous engagez dans l’intrigue réelle, c’est un espace amusant, avec la promesse d’un univers plus vaste qui l’attend. Si vous deviez prendre AVENGERS OF THE MOON sans aucune connaissance préalable de Captain Future, vous savez peut-être qu’il y a des blagues occasionnelles qui lui glissent entre les doigts, mais cela se suffit certainement à lui-même.

Lire aussi :  Critique : La sorcière du vent

Steele a clairement investi beaucoup de temps et d’énergie dans la mise à jour du monde de Captain Future. Plutôt que d’abandonner une technologie obsolète ou ridicule, Steele fonde même les gadgets les plus stupides avec au moins une base technologique, aidé par sa prose soignée et précise.

Alors maintenant, pour la partie la plus difficile : Steele réussit-il à mettre à jour l’histoire pour le public moderne ? Alors que Steele a beaucoup pensé à faire entrer l’histoire et les éléments de l’intrigue au 24e siècle, il n’a pas pensé à faire entrer la représentation ou les relations entre les sexes au 21e siècle.

Steele reconnaît même ce rendu dépassé. Curt décrit une femme comme « une princesse martienne d’un des vieux romans d’Edgar Rice Burroughs que j’avais absorbé enfant » (215).

Exactement, tu pleures. Les représentations hautement sexualisées mais idiotes de femmes font partie de l’expérience pulp! Les dames aux soutiens-gorge pointus en laiton ! Les jolies filles vénusiennes vertes ! Les nymphes rayonnantes de la lune !

Mais si c’est votre défense (que cette représentation du genre a toujours fait partie de la pulpe et est essentielle pour qu’elle continue), alors je discute : à quoi bon faire un redémarrage ? Quel est l’intérêt de Steele de transformer soigneusement et méticuleusement Captain Future en quelque chose de plus de bon goût pour les palais modernes, pour laisser tomber la balle en échouant à réorganiser la dynamique du genre?

Ce n’est pas seulement le personnage de la femme fatale, qui est tout à fait correct, mais les hommes sont systématiquement décrits comme « aux yeux durs » (88), tandis que les femmes sont décrites en termes d’attractivité. Elles sont « jolies mais vaguement repoussantes » (88), « sportives mais sensuelles » (25), etc.

Lire aussi :  Critique : Lana

Cela ressemble à une opportunité gâchée.

AVENGERS OF THE MOON conserve une grande partie du plaisir et de la bêtise de la pulpe, mais sans une dynamique de genre mise à jour, je ne suis pas sûr que ce soit un redémarrage qui ait fonctionné pour moi.

  • Âge recommandé : 11+
  • Langage: quelques serments
  • La violence: Quelques fusillades ; un léger danger abonde
  • Sexe: très chaste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *