Écrivains du futur, tome 35

Critique : Écrivains du futur, Volume 35


Amazone

Je suis donc un peu en retard pour arriver à cette anthologie cette année. Je ne peux pas dire que j’ai vraiment une bonne excuse pour ça. Il est resté trop longtemps sur mon étagère, puis je l’ai remarqué il y a quelques semaines et j’ai décidé que je ferais mieux d’arrêter de le mettre dans d’autres lectures. Indépendamment de mon impression générale des histoires de cette anthologie annuelle, je trouve toujours que c’est une lecture informative et qu’elle vaut bien mon temps. Même si, j’avoue, j’ai des raisons strictement égoïstes de me sentir ainsi : j’essaie toujours de créer une entrée gagnante. 🙂

L’anthologie comprenait 12 histoires cette année. Il n’y a pas de finalistes publiés. Il y avait aussi quelques essais et quelques histoires de personnes associées au concours, puis l’art pour chacun des gagnants. Pour moi, cependant, la partie importante était les histoires. Voulez-vous savoir ce que j’en ai pensé ? Je l’ai supposé.

WRITERS OF THE FUTURE, VOL 35 (Amazon) est la dernière publication du concours international trimestriel dont les origines remontent à la succession de L. Ron Hubbard. L’anthologie a été publiée en avril de cette année et contient les trois premiers gagnants de chaque trimestre du concours se terminant en 2018. Dans l’ensemble, j’ai eu une impression nettement moins positive des histoires de cette année. Dans l’ensemble, cependant, ma note n’a pas beaucoup changé par rapport à celle que j’ai donnée l’anthologie de l’année dernière. Si j’avais noté chacune des histoires individuellement selon notre échelle normale, je les aurais notées comme suit :

  • Livres que nous aimons : 1
  • Livres que nous aimons : 1
  • Livres que nous aimons et détestons : 2
  • Livres médiocres : 3
  • Livres que nous n’aimons pas : 5

Voici un peu de chacune des quatre histoires que j’ai le plus appréciées de l’anthologie.

magie de chemin de terre pour Carrie Callahan : Un garçon qui a un don pour la capacité magique qui vit dans une roulotte avec sa mère, s’occupe de sa surprotection et du garçon qui vit deux fois plus loin qui veut lui apprendre le métier de la magie. Dans celui-ci, il était facile de tomber et de participer de manière très amusante. Bonne écriture. Bon sens du lieu. Caractères bien définis. Et puis ça se termine. Curieusement, c’est un problème qui affecte un bon nombre d’histoires qui finissent par gagner ces concours. S’il avait eu une fin, je l’aurais apprécié un peu plus que moi. (site de l’auteur)

Lire aussi :  Critique : Sainte Sœur

le putain de voyage pour Jean Haas : Un homme court après un livre indestructible qui a le pouvoir de rappeler Cthulhu dans le monde des vivants. Après avoir lu certains des mots contenus dans le livre il y a plusieurs années, il est devenu The Ripper of Whitechapel (un nom familier dans l’histoire), mais essaie maintenant de récupérer le livre après qu’il ait été volé. Cette histoire le trouve sur un bateau et, en chemin, il doit tuer plusieurs personnes pour se cacher de l’équipage. Bonne écriture atmosphérique, mais une partie de la chair de poule est perdue à mesure que la fin approche et que l’action s’intensifie. Encore une fois, il n’y avait vraiment pas de fin à cette histoire qui m’ait semblé satisfaisante. Cependant, c’était un peu la fin. Contrairement à l’histoire précédente. Donc, j’ai l’impression que je ne peux que me plaindre. L’art de cette histoire, par , était également très bon. Un de mes préférés des gagnants Illustrator. (site de l’auteur)

Unité Thanatos pour Andrés Dykstal : Un homme qui poursuit un médecin dans un monde post-apocalyptique fait équipe avec une femme qui veut que le médecin l’aide, tandis que l’homme veut juste le tuer. Les deux se méfient de ce que fait le médecin. Cette histoire contient des éléments d’intelligence artificielle, bien que forgés à partir d’une source intéressante. Assez bonne écriture, mais très mauvaise lorsqu’il s’agit de décrire des choses importantes. Il y avait souvent des moments où j’avais du mal à comprendre exactement ce qui se passait. J’ai vraiment aimé le scénario que l’auteur a présenté et la caractérisation était sur le point, mais l’écriture clairsemée rendait difficile de vraiment l’apprécier. Cette histoire a remporté le Grand Prix de l’année. (pas de site internet)

Lire aussi :  Critique : Pommes d'Ivoire

Et puis il y avait ça.

Les histoires de cette année étaient un peu moins spectaculaires que ce que je trouve habituellement dans ces anthologies, mais il y en a une qui l’a époustouflé.

libération de service pour Rustin Lovewell : Un apprenti d’un credo d’assassin très important est emmené par son maître dans une ville pour tuer une cible. Une fois sur place, son maître identifie l’apprenti d’un autre de ces éminents assassins avec lesquels POV a une certaine histoire. Il n’y a que sept de ces maîtres assassins, mais maintenant il y en a six. Avant que le garçon ne soit envoyé pour tuer l’autre apprenti, il est envoyé pour savoir pourquoi elle a tué son propre maître au lieu de remplir son contrat. Les choses allaient plutôt bien avec celui-ci jusqu’à ce que j’arrive au flashback qui a commencé « Il y a neuf ans… ». Roulement des yeux. Gémissement. Je suis désolé, mais les histoires qui font cela, en particulier les histoires d’auteurs novices, ne finissent pas bien. Et encore. HOMME, était-ce une belle histoire. Oui, même les flashbacks. Surtout les flashbacks. Parce qu’ils avaient en fait raison et qu’ils étaient importants pour l’histoire. Grand bâtiment du monde. grand personnage Les informations en couches qui construisent puis révèlent l’impact du personnage, plusieurs fois, ont été présentées à la perfection du récit. Ma question immédiate après avoir lu cette histoire était : « Pourquoi diable cette histoire n’a-t-elle pas remporté le Grand Prix ? » Ouais, il n’a męme pas gagné la premičre place du quart. De mon point de vue, cette histoire était la tête et les épaules au-dessus de toutes les autres incluses dans l’anthologie. C’était absolument génial.

Alors, M. Lovewell. J’ai entendu dire que vous travailliez sur un roman. Quand est-ce que tu as fini avec ça ? Envoyez-le moi. S’il vous plait. Sur la base de cette expérience unique, vous avez maintenant une invitation permanente à m’envoyer toute histoire que vous écrivez, et je la lirai. Posté ou non. Aucune question posée. (site de l’auteur)

Lire aussi :  Critique : La princesse barbue

Alors vous y êtes. Une autre année d’écrivains du futur. Quelqu’un d’autre a-t-il lu l’anthologie ? Quels étaient vos favoris? Et plus important encore, prévoyez-vous de participer au concours le trimestre prochain ? Pourquoi devriez-vous

  • Âge recommandé : 14+
  • Langage: Des choses mineures et seulement une poignée d’instances.
  • La violence: Assez doux, mais pour deux histoires qui incluent des meurtres intimes et des références à l’exsanguination.
  • Sexe: Quelques tensions sexuelles et relations implicites

Habituellement, quelque part dans ces critiques, je donne un addon pour le concours à partir duquel l’anthologie est collectée. Cela pourrait être le deuxième… ou le troisième plugin que je donne sur cette page. 🙂 Sérieusement. Writers of the Future est facilement l’un des concours les meilleurs et les plus prestigieux pour les auteurs nouveaux et/ou relativement inédits (3 ventes professionnelles vous empêchent de participer au concours).

Le classement dans les trois meilleures histoires de chaque tour du concours, qui a lieu tous les trois mois, vous vaut une place dans cette anthologie annuelle, offre un paiement du taux du marché professionnel par mot, Oui vous inscris à une conférence d’écrivains gratuite d’une semaine avec une foule d’auteurs publiés et de personnes bien informées.

Si vous essayez d’être publié et de comprendre la valeur d’apprendre à écrire une bonne histoire courte, j’aurais du mal à trouver un concours plus important auquel vous pourriez participer. C’est si bon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *