le roi hod

Critique : King Hod


Amazone

Il semble bien qu’une période de temps considérable se soit écoulée depuis que j’ai lu les deux premiers Livres de Babel. Grâce aux paroles de Mark Lawrence lors de la tournée 2016 de son blog auto-publié sur la fantaisie, j’ai entendu parler de cette brillante série qui n’avait pas encore été reprise par un éditeur traditionnel. En fait, cela fait un peu moins de 18 mois que j’ai fermé les pages de LE BRAS DU SPHINX (Revue EBR) et que j’ai commencé à attendre ce prochain livre. Serait-ce le dernier ? Ou juste le suivant ? Serait-ce si bon que ça ? Bah, comment pourrait-il ne pas en être ainsi ? Tom sait enfin où est sa femme et il est obligé de l’atteindre ! J’avais du mal à croire que quelqu’un qui avait lu les deux livres précédents (et vous ? hmmmm ?) ne serait pas aussi excité que moi d’entrer dans cette histoire.

THE KING HOD (Amazon) est le troisième des Livres de Babel et… attendez… ce n’est PAS le dernier livre de la série. Ouah! Que puis-je dire ? Je suis fan. De plus, je dois mettre un bouchon pour les couvertures de livres. J’étais très content de voir non seulement que les nouveautés gardaient la couverture de la version auto-éditée du premier tome, mais que les couvertures des deux tomes suivants étaient un parfait prolongement des précédents. J’aime la simplicité et la signification de chacune de ces couvertures. Félicitations à Ian Leino pour son excellent travail sur ces derniers.

L’histoire reprend assez rapidement après la fin de SPHINX. Senlin est dans la ville de Pelphia, un endroit qui est instantanément unique et attrayant, et pour Senlin, tout à fait terrible. Le Sphinx dans la tour l’a envoyé à Pelphia dans un double but. D’abord, pour savoir quels signes de rébellion pourraient émerger des Hods et de leur chef, Luc Marat. Deuxièmement, analyser le terrain de jeu, pour ainsi dire, concernant sa femme et sa localisation dans la ville. Ce dernier est plus important, bien sûr, de l’avis de Tom. Encore plus pour savoir si elle est bel et bien heureuse de sa nouvelle vie et de son nouveau mari, comme semblent le laisser entendre tous les journaux et médias de la ville.

Lire aussi :  Critique : Le livre de la magie

Mais Tom n’est pas seul. Pas même à distance. Son travail de base pour retrouver sa femme et informer le Sphinx est d’informer ses camarades de bord, le capitaine Edith Winters, Byron, Volette et Iren afin qu’ils puissent l’aider à la sauver. Ils s’infiltreront dans les hiérarchies étouffantes de la société avec le nom et le pouvoir du Sphinx derrière eux, approcheront Marya au milieu de ses rôles de pianiste accomplie, de chanteuse et d’épouse de duc, puis la voleront sous eux. tous les Pelphiens de la ville. Un régime simple. À moins, bien sûr, que vous réalisiez instantanément comme moi (parce que JE CONNAIS ces personnages) que Tom ne pourrait jamais s’éloigner de sa femme une fois qu’il savait où elle se trouvait, que Volette pourrait ne plus être en mesure de se comporter comme une dame de cinq ans. . minutes consécutives, ou qu’Iren ne peut pas se présenter comme la gouvernante avec qui elle joue. C’est une recette pour le désastre, et j’étais là depuis le début.

Il était si facile de tomber dans les pages des écrits de Bancroft. J’avais l’impression de m’asseoir avec un vieil ami. C’était particulièrement le cas en raison des trois sections dans lesquelles ce livre est divisé, la première traitant exclusivement de Tom. Tom est toujours Tom, et on nous le rappelle encore et encore ici. On y voit sa gentillesse, son humanité, son intelligence et, surtout, son amour éternel pour sa femme Marya. Il ne veut rien de plus que la retrouver et lui donner ce qu’elle veut. Peu importe comment votre propre avenir pourrait fonctionner dans cette équation. Bien qu’il y ait de brèves rafales d’un narrateur omniscient et des différends mineurs du point de vue extérieur du personnage, l’histoire globale est racontée du point de vue de Tom. J’ai adoré ça. Ma seule préoccupation pour ce livre était que la durée du POV et les sauts de tête pouvaient être augmentés plutôt que diminués. Je m’attendais à ce dernier.

Lire aussi :  Bilan : milieu de partie

Et en effet c’est ce que j’ai trouvé, pour la plupart. Il y a encore quelques sauts de tête. Pas assez pour que cela me dérange vraiment, parce que l’histoire était si bonne, mais je pense que l’histoire a perdu une partie de son impact émotionnel potentiel à cause de cela. Quoi qu’il en soit, cette histoire a toujours un vrai coup de poing. Cela a été aidé par la concentration et le dynamisme de l’histoire. La deuxième partie du livre passe par les yeux de l’équipe d’amis de Tom, « principalement » Volette et Iren, alors qu’ils se préparent à infiltrer la haute société de Pelphia.

La fin de la première partie du livre m’a inquiété. La fin de la deuxième section m’avait activement inquiété. J’ai passé l’intégralité de la troisième section, qui est racontée « principalement » du point de vue du capitaine Edith Winters, sur le bord de mon siège. Le point culminant du livre était vraiment incroyable et m’a fait jubiler et craindre le pire des conséquences. Il y a un impact et un pouvoir réels qui ressortent de cette histoire que vous ne trouvez tout simplement pas dans d’autres romans fantastiques. Il y a du caractère et de l’âme.

Tom Senlin, avec son équipe d’amis, poursuit la mission sans limites pour retrouver la femme de Tom et la sauver de la tour maléfique et de ses occupants.

Il y a beaucoup de livres incroyables à mon horizon cette année. On aurait pu les mentionner quelque part (EBR Best of 2018). Le fait est qu’après avoir lu ce livre, après avoir profité de seulement trois maigres semaines de cette nouvelle année… Je me demande sérieusement si je lirai un autre livre en 2019 que j’apprécierai autant que celui-ci.

Lire aussi :  Critique : Chute du rivage

Cette série est brillante et unique en son genre et est à ne pas manquer. Si vous êtes un lecteur de fantasy, même dans le sens le plus vague du terme, et que vous n’avez pas encore lu cette série, vous passez à côté de certains des meilleurs fantasy écrits aujourd’hui. Josiah Bancroft a sculpté ici un chef-d’œuvre. Il sculpte un chef-d’œuvre ici. Parce que ce n’est pas encore fait. Il y a au moins un autre livre de Babel dans le dossier. Et j’ai déjà hâte de pouvoir le lire.

  • Âge recommandé : 15+
  • Langage: Très doux et très rare
  • La violence: Quelque chose de sanglant et violent pendant une courte période.
  • Sexe: Quelques commentaires et références mineurs, principalement utilisés pour l’humour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *