le sang des dix rois

Critique : Le Sang des dix rois


Amazone

C’est l’un des livres de notre liste de maquillage de l’année dernière que je n’ai tout simplement pas eu le temps de lire. En fait, ça m’a pris par surprise. Le livre le plus récent de la série, THE LOST PRINCE (EBR Review) est sorti il ​​y a plus de 5 ans, et je pense que la perspective de voir cette suite avait complètement disparu de mon radar. Pourtant, j’étais tellement excité de le voir enfin. LE PRINCE PERDU était un livre absolument génial, et je voulais vraiment voir comment tout cela s’assemblerait pour les Gardiens d’Aandor.

BLOOD OF TEN KINGS (Amazon) est le troisième et dernier livre de la trilogie qui a débuté avec le premier roman d’Edward Lazellari, AWAKENINGS (EBR Review). Je dois avouer que j’attendais beaucoup de ce roman, vu l’état de l’histoire que l’auteur avait construit jusqu’à présent.

Daniel Hauer a maintenant quatorze ans et a commencé à accepter le fait qu’il est aussi le prince Danel d’Aandor. Cal MacDonnel, sa garde royale, et Seth Raincrest, son sorcier protecteur, l’ont amené de la dimension alternative où Aandor se trouve en tant que nouveau-né, mais ils l’ont perdu en transit avec ses souvenirs. Un centaure, Lelani, est venu plus tard le chercher, et maintenant ces gardiens, plusieurs autres d’Aandor et certains de ce monde également, font tout ce qu’ils peuvent pour ramener Danel à Aandor et à sa famille royale. Cependant, ils sont dans le pétrin, car la raison pour laquelle ils sont venus dans ce monde en premier lieu, une armée d’invasion du royaume de Farrenheil, a probablement battu Aandor et son peuple, et Daniel n’est pas exactement un exemple brillant. encore royale. En fait, il se contente de faire la même chose que la plupart des adolescents de son âge : s’amuser, jouer à des jeux vidéo, manger et rêver de filles.

Lire aussi :  Critique : Sorcière Sanglante

Ce livre était un changement significatif par rapport aux deux précédents livres de la série, et je pense qu’il en a souffert. L’histoire saute entre le royaume d’Aandor et ce monde. La liste des personnages POV, selon le modus operandi de Lazellari, est assez étendue. Les personnages que nous connaissons sont de retour (en quelque sorte, plus à ce sujet plus tard). En outre, il y en a quelques nouveaux d’Aandor. Chryslantha, la fiancée de Cal, est l’une d’entre elles. Il y a aussi quelques nouveaux méchants dans le mélange. Nous avons découvert très tôt que le temps s’écoule différemment entre Aandor et ce monde. Le chapitre d’ouverture est, en fait, l’invasion d’Aandor et la fuite du bébé Danel et de ceux qui seraient ses protecteurs. Les quatorze années qui se sont écoulées depuis lors n’ont été que quelques heures à Aandor, et ceux qui attendent là-bas sont presque prêts à voir le bébé qu’ils tenaient il y a quelques heures déjà devenu un jeune homme. Cependant, Danel et ses gardiens sont rapidement poussés dans le royaume d’Aandor et rencontrent leurs ennemis de front.

D’accord, donc la seule façon dont je peux vraiment commencer une discussion critique sur ce livre est de dire qu’il ne ressemble pas à une extension de ce qui a précédé dans la série de quelque manière que ce soit. Je ne sais pas comment le dire autrement. Les romans précédents étaient bien écrits et descriptifs, avec des personnages pleinement réalisés qui faisaient absolument briller l’histoire avec leur propre marque de cool. Alors que ce livre… avait l’impression d’avoir été écrit en avance rapide. Le détail que nous obtenons est superficiel. Nous obtenons beaucoup d’informations sur Aandor, mais cela ne semble jamais important ni ne fait partie de l’histoire. La caractérisation est essentiellement inexistante, et donc rien ne semble justifié. Pas leurs actions, pas leurs décisions, pas les changements qui sont évidents dans qui ils sont à cause de ce qu’ils font. L’intrigue est un méli-mélo forcé d’événements aléatoires qui arrivent au groupe au fur et à mesure qu’ils progressent de l’endroit où ils commencent l’histoire à l’endroit où ils la terminent, et malgré la nature aléatoire de ces événements, ils deviennent absolument cruciaux pour l’intrigue.

Lire aussi :  Critique : Tracez les étoiles

Si j’étais tombé sur ce livre dans une librairie et que je l’avais lu, sans d’abord réaliser qu’il s’agissait du troisième d’une série, j’aurais très bien pu croire qu’il s’agissait d’un livre à part entière. Il se lit comme un. En plus de cela, c’est le plus long morceau de fantasy médiévale horriblement cliché que j’ai lu depuis longtemps. Rien de ce qui s’est passé dans les tomes précédents n’a d’impact sur l’histoire racontée dans LE SANG DES DIX ROIS. Ce livre n’a rien à voir avec ce que je m’attendais à trouver et je suis très déçu.

Je sens que je dois faire autre chose ici. J’évite généralement de faire des choses comme ça, parce que ce n’est pas mon histoire à raconter. C’était de Lazellari. Pourtant, je vais faire une suggestion de ce que ce livre aurait dû être.

Regardez, voici comment la série a été secouée:

Blood of Ten Kings jette le bébé avec l’eau du bain et passe d’une fantaisie urbaine ludique à une fantaisie médiévale pompeuse avec peu ou pas de raison d’applaudir.

Premier livre : trouver le prince, le sauver de lui-même, réaliser qui ils sont tous
Deuxième livre : combattez des méchants qui traversent le portail, l’équipe gagne la journée, des conséquences massives dans le monde réel

Compte tenu de cette conception, il me semble que le prochain livre aurait dû ressembler à :

Troisième livre : Survivre aux conséquences dans le monde réel, plus un autre plus grand La ronde des méchants d’Aandor, alors qu’il regarde le prince Danel devenir le leader qu’il était censé être. Le chef dont Aandor a besoin. Puis à la fin, tous les Aandor pourront retourner dans leur monde avec un roi au lieu d’un bébé, et nous leur souhaitons bonne chance dans leur voyage.

Lire aussi :  Critique : Dieux de Jade et de l'Ombre

Oui, il ne sert à rien d’aller plus loin avec celui-ci. Si quelqu’un d’autre est arrivé aussi loin dans la série, mais n’a pas encore lu BLOOD OF TEN KINGS, je suggère de le laisser hors de votre radar. J’aimerais bien avoir.

  • Âge recommandé : 18+
  • Langage: Une quantité décente et forte sort de la bouche de beaucoup
  • La violence: Relativement peu de détails mais beaucoup de violence et de gore.
  • Sexe: Des moments sexy viennent plusieurs fois au premier plan, et ce type a déjà écrit pour le magazine Playboy. Alors il y a ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *