l'antidote

Critique : L’Antidote


Amazone

THE ANTIDOTE (Amazon) de Shelley Sackier se lit comme un conte de fées, et non comme un conte enregistré par les frères Grimm ; il n’y a pas de réel danger ici dans la construction du monde scénique de Sackier. Avec un protagoniste animé et de nombreux rebondissements, THE ANTIDOTE devrait être une petite lecture pétillante, mais un problème dans certains fondamentaux de l’histoire le rend plus frustrant qu’amusant.

Ophelia (ou Fee, comme ses amis la connaissent) a un don pour les plantes, une marque étrange sur son bras et deux meilleurs amis : le prince Xavi et le prince Rye. Leur enfance idyllique faite de bêtises et passant tout leur temps libre avec Xavi et Rye prend fin brusquement lorsqu’une catastrophe frappe le royaume de Fireli. Une peste miasmatique vient des mines voisines et tue tous les hommes ou femmes à son apogée. Dans une réponse un peu illogique, Fireli emmène ses enfants, dont Rye, rester dans le royaume voisin pendant dix ans.

Fee et Xavi sont les seuls enfants restés à Fireli pendant cette période aléatoire. Ayant été avertie que personne ne pourra jamais la voir, pour des raisons que je ne comprends pas tout à fait, même maintenant, Fee reste secrètement occupée à apprendre du guérisseur de Fireli. A la veille de la réouverture du royaume et de la fin de l’isolement forcé de Fee, il apprend que la princesse venue épouser Xavi est peut-être en train de l’empoisonner. Pour rendre les choses plus intéressantes, la marque sur son bras, qui dormait depuis des années, est revenue à la vie. Ici commence une course plutôt folle pour sauver la vie de son amie alors que Fee découvre la nature compliquée de son passé et explore ses nouvelles capacités magiques. Il y a aussi une fin heureuse.

Lire aussi :  critique : héritier de sang

Les premières pages de tout roman sont des « biens immobiliers » essentiels pour convaincre le lecteur de l’histoire. Au lieu de plonger au cœur du roman, le moment où Fireli sort de quarantaine et Fee tente de sauver la vie de Xavi, Sackier a écrit plusieurs débuts au récit. Alors que Sackier tente d’établir les relations de Fee avec Xavi et Rye en les montrant à différents moments de leur enfance, cette trame de fond retarde le véritable début. Alors que les faux départs ne prennent qu’environ 30 pages, c’est déjà 10% de L’ANTIDOTE avant qu’il ne démarre vraiment.

Je mentionne cela non pas pour être pointilleux, mais parce que ce démarrage lent reflète mon principal problème avec le récit, qui était la mauvaise gestion des informations par Sackier. Par exemple, Sackier ne pondère pas correctement les événements, de sorte que les lecteurs essaient constamment d’analyser ce qui pourrait être un événement essentiel ou non essentiel. Par exemple, divers personnages sans nom apparaissent et disparaissent pendant l’enfance d’Ophélie sans savoir qui ils sont ni ce qu’ils veulent. Plutôt que d’être mystérieuses ou intrigantes, leurs apparences sont déroutantes, interrompant l’action à venir. Lorsque nous découvrons plus tard qu’il s’agit de personnages mineurs qui ne faisaient que garder un œil sur Fee, leur insertion ressemble à une utilisation inutile de la bonne volonté narrative.

L’ANTIDOTE devrait être une petite lecture pétillante, mais une erreur dans certains principes fondamentaux de l’histoire la rend plus frustrante qu’amusante. Blâmer l’éditeur ?

La préfiguration mal gérée tout au long du roman signifie que certains des battements émotionnels les plus importants de Sackier manquent de profondeur. Quand Ophélie s’insurge contre « la loi » qui l’empêche d’être avec son véritable amour, je ne me suis pas sentie désolée pour elle, mais plutôt confuse. Pourquoi Fee devrait-elle croire la femme qui lui transmet cette information (qu’elle vient de rencontrer) ou pourquoi devrait-elle croire que la loi s’applique à elle de quelque manière que ce soit, étant donné son ignorance de ses propres antécédents ? Pourquoi une loi qu’elle vient de découvrir se sentirait-elle contraignante pour elle ? Je ne l’ai pas considéré comme un obstacle viable car il avait été intégré à l’histoire plutôt qu’intégré depuis le début.

Lire aussi :  Critique : Orbite sombre

Peut-être que cela ressemble à des problèmes mineurs, mais il y en avait plusieurs et tout cela s’ajoute à un livre qui semble plus frustrant qu’amusant. Beaucoup de ces problèmes auraient pu et auraient dû être résolus pendant le processus d’édition et j’ai senti que ce n’était pas l’écriture de Sackier qui l’avait laissée tomber autant que son éditeur. L’ANTIDOTE est un roman qui a besoin de plus d’ordre.

  • Âge recommandé : 11+
  • Langage: Aucun
  • La violence: Aucun
  • Sexe: Les gens se sentent; une scène devient noire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *