Le problème de la paix

Bilan : Le problème de la paix

J’ai été dans un vrai funk ces derniers temps. Je sais. Rejoignez le club, non ? Il semble que peu importe de quel côté je regarde, il y a toujours une nouvelle déception qui m’attend. Bonjour, 2020. Si j’avais eu le choix en la matière, et que je n’avais pu choisir qu’une seule chose que j’aurais pu laisser seule cette année, ce serait mes livres. Oui, je sais, c’est ridicule. Je n’ai pas besoin qu’on me rappelle que les livres sortis cette année ont été achevés il y a longtemps et que 2020 ne les a pas du tout affectés. Et encore. Après avoir lu ce livre, je commence sérieusement à penser qu’une partie de moi s’est brisée. Il ne semble tout simplement pas possible que mes impressions sur l’histoire qu’il contient soient valables. Comme le moins du monde. Mais à la fin, ils sont au moins cohérents dans la nature, et donc je garde toujours l’espoir (à peine) que quelque chose de plus émergera de ma déception épique actuelle avec The Age of Madness.

Après avoir été complètement déçu par le premier livre de cette nouvelle série, je me suis lancé dans celui-ci en espérant que l’auteur changerait de direction et que tous les problèmes que j’avais identifiés à la lecture du premier s’évanouiraient dans le néant. Au lieu de cela, l’histoire, telle qu’elle est, reste complètement cohérente et, le cas échéant, s’éloigne encore plus de ce que je m’attendais à voir. Et la grande majorité de ma déception peut être attribuée à deux choses : des personnages faibles et trop nombreux.

Rejet instantané de la population générale des lecteurs, je sais. Vous pensez que je ne suis pas au courant ? Les personnages d’Abercrombie sont-ils faibles ? Peu importe. Dan doit perdre la tête. En aucun cas je ne veux laisser entendre que ces personnages ne sont pas bien dessinés. gentillesse non Si quoi que ce soit, la quantité de caractérisation et d’attachement de ces POV au monde de la Première Loi est plus forte que jamais. Tous les sept. Ou devrais-je dire, tous les 26. (Deux chapitres brûlent environ dix chacun, et les deux sections étaient difficiles à lire.) MAIS, lorsqu’ils sont sortis du contexte du livre et analysés sur leurs propres mérites, je ne peux m’empêcher de découvrir qu’ils sont des individus faibles, avec peu de motivation et une force de caractère minimale.

Lire aussi :  Critique : Bois flotté

PROBLEM reprend plusieurs mois après la fin de HATRED. Ce passage du temps a permis aux situations de certains de nos personnages de s’améliorer et d’autres de s’aggraver.

Rikke est dans une impasse, avec les effets du Long Eye qui se font sentir. Sans une sorte d’intervention, on dirait qu’il va la tuer.

Léo et Brock Il s’est remis de ses blessures dans la mesure du possible. La vie politique ne lui convient pas trop, et sa mère ne tarde pas à proposer une éventuelle solution…

Savine et Glokta est au bord de la ruine financière, du moins semble-t-il. Les investissements se sont détériorés et ses efforts actuels pour freiner ces tendances le maintiennent à peine à flot. Et ça n’aide pas que son ventre commence à remuer de vie. Il ne faut pas longtemps avant que sa mère ne propose une solution possible…

Gunnar « Taureau » Large il travaille maintenant pour Savine et fait de son mieux pour protéger ses intérêts défaillants en utilisant sa marque particulière de persuasion. Mais il n’aime pas ce qu’il trouve en chemin.

Victarine « Vick » de Teufel il fait toujours le travail de Sand dan Glokta et se trouve maintenant dans la ville de Westport, essayant d’empêcher son conseil au pouvoir de faire sécession de l’Union.

A la mort de son père malade, Prince héritier Orso maintenant il est devenu le roi. Surprise, surprise, il n’est pas un grand fan de responsabilité et de structure. Il ne tarde pas à prendre sa première décision politique majeure, et disons simplement que cela ne se déroule pas.

Oui Trèfle, trèfle Que peut-on dire de lui ? C’est toujours une véritable caméra à travers laquelle nous pouvons suivre les progrès du Grand Loup, Stour Nightfall, alors qu’il traîne avec ceux qui ressemblent le plus aux Northmen de la trilogie originale.

Cette histoire est, en général, politique. La séquence principale du livre progresse de la « tension révolutionnaire » vers une violence supplémentaire et est racontée principalement à travers une conversation axée sur l’intrigue entourant le roi Orso et Leo dan Brock. Orso essaie de faire ce qu’il faut dans un environnement politique toxique et des tensions socio-économiques, et le naïf Leo est aspiré dans le vortex du pouvoir qui existe au sein de l’Open Council. Je me trouvais constamment frustré par les deux points de vue. En fin de compte, cette frustration se résume au fait qu’aucun d’eux n’a de motivation ou de motivation en dehors de la réaction aux choses qui les entourent. Orso reste le fainéant irresponsable et Leo le gamin dont la vie est dictée par ceux qui l’entourent, roulant constamment des yeux et soupirant tristement à l’idée de trouver un autre chapitre pour l’un ou l’autre. Cela pourrait-il être dû au fait que pratiquement tout ce qu’ils ont leur a été donné ? Probable.

Lire aussi :  Critique : Un éclat il y a longtemps

Plusieurs des autres personnages ont montré de petites lueurs d’espoir, mais ils ont eu un temps de POV si limité que leurs histoires semblaient à peine décoller avant d’être renversées par le conflit principal. Chacun d’eux, à son tour, devient un objectif de caméra à travers lequel l’intrigue globale est racontée, apparemment plus impliquée dans ses propres histoires individuelles. Broad, Vick et Savine sont tous tombés dans cette catégorie. Ces étincelles de possibilité m’ont fait continuer à lire. Espérant le découvrir, ils sont partis et ont fait quelque chose avec tout cela. Rikke m’a laissé vautré, sa situation étant d’abord résolue par ceux qui l’entouraient, puis elle n’a pas fait grand-chose pour le reste du livre. Je ne peux pas m’empêcher de blâmer ce manque de progrès sur le fait qu’il y a tellement de personnages POV. Il y a trop de gens qui ont dû traverser trop de choses pour que ces parties prometteuses de l’histoire se développent au point où elles pourraient faire une différence. Au lieu de cela, la plupart tombent dans l’histoire politique et l’action s’élève vers l’inévitable bataille.

LE PROBLÈME AVEC LA PAIX, c’est que c’est ennuyeux. Le manque de motivation et de volonté laisse ces personnages sans attaches et faibles contre les forts.

Je pense que s’il n’y avait pas eu divers personnages qui retenaient des informations jusqu’à des moments opportuns, j’aurais peut-être davantage apprécié le livre. La trahison que je vis, en tant que lecteur, lorsque je découvre que ce que j’accepte comme vérité n’est pas fidèle à mon caractère et que j’ai été manipulé, est extrêmement forte. Ce problème revient un nombre agaçant de fois tout au long de ce livre à travers divers personnages. Cela a été et continuera d’être (tant que je continuerai à l’utiliser) l’une des plus grandes critiques que j’ai de l’écriture d’Abercrombie. Autant que je me souvienne, il ne l’a pas souvent utilisé dans le passé, mais il a été utilisé en abondance ici et a définitivement ruiné mon expérience de lecture.

Lire aussi :  Critique : Cœur de pierre noire

Abercrombie est célèbre pour avoir écrit des personnages méprisables et moralement sombres. Certaines personnes peuvent y faire face. D’autres ne peuvent pas. À vrai dire, je serais bien avec n’importe qui. Même s’il a choisi une série de ses personnages les plus sombres au lieu de la double poignée d’individus faibles et inefficaces qu’il a ici, cela aurait été considérablement mieux. Cependant, chacun de ce groupe doit mourir d’une mort horrible aux mains de ceux qui l’entourent.

Maintenant regarde. Je sais absolument que je suis en minorité avec cela. Il y a beaucoup de gens qui aiment ce qu’Abercrombie a fait ici. Je ne comprends tout simplement pas. Mais je suis un certain type de lecteur. Je suis là pour l’expérience. Je veux faire partie de l’histoire du personnage. Je veux être absorbé, subsumé, refait. Les rebondissements ne m’importent pas le moins du monde, si je n’y crois pas, et cette croyance ne peut être construite qu’à travers le point de vue du personnage. Quand je n’obtiens pas cela d’une histoire, je perds la capacité d’être diverti. Parfois, l’obtenir me rend plus frustré que je n’aurais pu l’être parce que je sais à quel point cela peut être incroyable quand tout est fait « bien ».

Mais je ne compte pas changer d’avis de sitôt. Alors me voici tout seul. Peut-être avec un ou deux autres. Vous pouvez être d’accord avec moi. Tu ne devrais pas. J’aimerais pouvoir être en désaccord avec moi-même, honnêtement. Je voulais vraiment pouvoir en profiter.

  • Âge recommandé : 18+
  • Langage: Pas autant que son prédécesseur, mais toujours plein et assez fort.
  • La violence: Pas autant que son prédécesseur, mais toujours plein et assez fort.
  • Sexe: Pas autant que son prédécesseur, mais… voyez-vous un modèle ici ? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *