Les leçons jamais apprises

Bilan : Leçons jamais apprises

Bon alors oui. Je l’admets. J’ai reporté la rédaction de cette critique. Au cas où vous auriez manqué ma réponse au premier livre de cette série, LE LONG DU BORD DU RASOIR (EBR Review), cela m’a laissé à bout de souffle. Cette histoire est facilement l’une des meilleures histoires de dark fantasy que j’ai lues au cours de la dernière année, et je ne me suis pas contenté de jouer dans l’arène de l’auto-édition pendant cette période. J’ai lu des auteurs que je considère comme des poids lourds. Donc, dire que j’étais super excité d’entrer dans ce livre serait un euphémisme assez puissant. Je ne pouvais absolument pas attendre. Comme bouger les doigts et tout, chercher plus de The War Eternal. Il va de soi qu’il y a des spoilers ici. Donc, si vous n’avez pas encore lu le premier… sérieusement, achetez-le et lisez-le et ensuite vous pourrez revenir pour mes réflexions sur celui-ci.

LECONS NEVER LEARNED est le deuxième livre de la nouvelle série de dark fantasy de Rob J. Hayes qui suit Eskara Helsene dans son voyage de trahison, de rétablissement et de vengeance. Il s’est finalement échappé de la fosse, et il l’a fait avec quelques personnes qu’il pouvait appeler ses amis. La vie dans la fosse a fait des ravages sur son esprit, son corps et son esprit, et il faudra une quantité considérable de TLC pour la ramener à une plénitude même proche. Cependant, c’est un voyage que vous n’aurez pas à faire seul, que ce soit en compagnie de l’extérieur… ou de l’intérieur.

Avant d’entrer dans cette critique, je tiens à mentionner que ce sont les premiers livres auto-publiés dont j’ai acheté des copies physiques depuis que j’ai obtenu les livres de Babel de Josiah Bancroft (EBR Archive), une autre grande série qui a eu sa genèse. dans le monde de la publication assistée par ordinateur, si vous n’en avez pas entendu parler, et j’en suis absolument ravi. Tracy Hickman a dit qu’un livre papier est une représentation physique de l’expérience émotionnelle d’une histoire et que regarder ce livre vous rappellera toujours l’expérience que vous avez vécue en le lisant. C’est une paraphrase, mais c’est assez proche. Pour dire le moins, je vais profiter longtemps du souvenir de mon expérience de lecture avec cette série.

Lire aussi :  Avis : Les stars sont légion

J’ai trouvé que l’histoire commençait très bien. Cela reprend juste après la fin de RAZORS EDGE, quand Eskara et ses amis fuient leur point de fuite. Ils savent qu’il y en a qui veulent retourner au Puits et qu’ils ne seront pas laissés pour compte. Au fur et à mesure qu’ils voyagent, elle commence à apprendre ce qu’elle peut de Hardt et Tamura. Hardt lui enseigne les techniques d’attaque physique et de défense, et Tamura essaie de lui apprendre les façons d’être un Sourcerer et de trouver la force et la stabilité de l’intérieur. Ce sont des capacités qui viendront la définir à l’avenir, mais cela prend du temps et des efforts et plusieurs tentatives infructueuses pour les appliquer séparément avant que cette histoire ne soit terminée. Nous en apprenons également plus sur qui est / était Tamura, et sur l’histoire des Djinns et des Rand et de leurs villes flottantes.

Deux surprises se dévoilent assez rapidement. Je m’y attendais totalement et j’ai été complètement surpris par le second. Chacun de ces rebondissements dans l’histoire d’Eskara avait le potentiel d’avoir un impact énorme sur l’histoire. Fait intéressant, à la fin du livre, aucun d’eux ne l’avait fait. Alors que la première tournure a conduit à de grands moments de personnage et à une partie de la direction que l’histoire a prise, je n’ai jamais eu l’impression que cela avait autant d’impact sur l’élan de l’histoire. En général, le rythme de l’histoire semblait… lent. Contrairement à RAZORS EDGE, où il y a une seule cible et où tout dans le livre entier pousse Eskara sans relâche vers cette cible, celui-ci n’a jamais semblé avoir une seule cible à approcher ou un seul antagoniste à fuir, et cela m’a fait apprécier l’expérience. l’histoire tombe un peu à l’eau. Il existe de nombreux cas dans lesquels « le temps passe » et Eskara récupère ou apprend ou se développe.

Lire aussi :  Critique : La Brigade légère

LESSONS NEVER LEARNED poursuit le voyage d’Eskara Helsene après s’être échappé du puits et explore le monde. Fort de caractère et de construction du monde.

Malgré ce rythme lent, il y a de grands moments de construction de personnage et des événements décrits qui ont un impact significatif sur qui est Eskara. Qui va-t-il devenir à la fin de cette histoire ? Cependant, la grande majorité des rebondissements et des révélations ici ne sont pas dus au caractère, mais à la construction du monde. Cela ressemblait absolument à un livre où l’auteur s’est concentré sur la construction du monde et de l’histoire qui constituent l’épine dorsale de la série. En lisant RAZORS EDGE, je ne sais pas si j’ai jamais bien compris le lien entre l’histoire et le nom de la série. Après avoir lu ce livre, je le suis définitivement. Cependant, à bien des égards, c’était trop de construction du monde et pas assez de moments de personnages connectés pour moi. Le fait que la narration de cette partie de l’histoire ait été racontée beaucoup plus en évidence à partir de la future version d’Eskara aurait également pu influencer cette impression. Cela a certainement enlevé une grande partie de l’immédiateté des moments passionnants.

Ce livre, bien que décent, a vraiment souffert du syndrome du deuxième livre. Il n’a jamais vraiment eu l’impression d’avoir une vie propre, mais il semble avoir fait du bon travail pour mettre en place le troisième livre. Il voulait que j’aime ce livre beaucoup plus que moi. C’est l’une des raisons pour lesquelles il m’a fallu si longtemps pour écrire cette critique. J’ai continué à regarder mon expérience et à y penser, et j’ai essayé de décider si je pouvais lui donner une note différente de ma première impression. Quoi qu’il en soit, j’ai hâte de lire le dernier livre de la série et j’attends toujours avec impatience un excellent récit. J’apprécierai également l’apparence de ces livres sur mon étagère (et je me souviendrai de cette expérience) pendant de nombreuses années à venir.

Lire aussi :  Bilan : Surveillance

  • Âge recommandé : 16+
  • Langage: rare et fort
  • La violence: Beaucoup de combats et de morts, mais pas beaucoup de sang.
  • Sexe: quelques légères références

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *