tous les systèmes rouges

Critique : Tous les systèmes rouges


Amazone

La semaine dernière, dans mon interview avec SK Dunstall (voir ici), ils ont mentionné les histoires d’amour Murderbot de Martha Wells. Avec autant de distinctions venant d’un duo d’auteurs que j’apprécie, comment pourrais-je résister ?

J’ai raté quelque chose Murderbot vaut la peine d’être lu.

ALL SYSTEMS RED est le roman de Martha Wells, lauréat du prix Hugo 2018, sur un robot hybride clone de sécurité attribué à un groupe de scientifiques planétaires. Vous apprenez dès la première page que cette SecUnit (unité de sécurité) est hors du commun. Par exemple, il a piraté le module du gouverneur qui contrôle sa capacité à suivre les ordres, et maintenant Murderbot peut faire ce qu’il veut, y compris passer tout son temps libre à regarder des feuilletons. Mais la façon dont vous êtes construit et avez vécu votre vie est une chose puissante, et Murderbot n’abandonne pas immédiatement sa mission. Au lieu de cela, il s’est inopinément attaché à son groupe de huit scientifiques humains, et son instinct de les protéger le surprend lui-même.

Dit du point de vue de Muderbot, j’étais initialement un peu inquiet de rester coincé avec un récit sec sur les humains qu’il est là pour protéger. Au lieu de cela, les lecteurs apprendront rapidement que Murderbot a ses propres bizarreries et n’est pas aussi prévisible qu’un robot le serait. C’est ce méli-mélo de comportements contradictoires et attendus que vous passerez à travailler dans le roman : vous voudrez comprendre ce robot en partie humain au fur et à mesure de votre progression dans l’histoire. L’IA peut être difficile à bien écrire, mais la caractérisation de Martha Wells est fascinante et invite à des questions difficiles qui feront réfléchir les lecteurs.

Lire aussi :  Critique : Éden

Roman primé par Hugo Award avec un « héros » qui se fait appeler Murderbot. On se demande à quel point une construction autoproclamée peut être un héros.

Au début, les scientifiques découvrent qu’ils ont besoin du Murderbot pour se protéger des dangers inattendus. Mais un mystère se dévoile lorsqu’ils découvrent que les véritables dangers de l’étude d’une planète ne sont peut-être pas la planète elle-même, mais d’autres humains. Le cadre est moins sur la planète et plus sur la politique et la cupidité qui influencent les interactions humaines. Ce qui est le plus intéressant, c’est le comportement de Murderbot et ses interactions avec les humains. Il y a aussi la question de savoir comment les SecUnits sont créées et conçues, ce qui est important pour l’histoire, et je suppose que ce sera important dans les histoires ultérieures de Murderbot.

ALL RED SYSTEMS est court et engageant, mérite d’être lu tout l’après-midi. Il est actuellement de 4,99 $ sur Kindle.

  • Âge recommandé : 13+
  • Langage: Un tas
  • La violence: Du sang et de la mort, mais pas horrible
  • Sexe: Aucun; une référence à un sexbot mais pas de détail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *