Origine

Critique : Provenance


Amazone

PROVENANCE (Amazon) d’Ann Leckie n’est pas un space opera. Alors que le champ d’application est vaste, couvrant un traité interstellaire inquiétant et les implications pour une société obsédée par les origines et l’authenticité, le véritable accent est mis sur Ingray Aughskold, une enfant adoptive d’une garderie publique, bien consciente qu’aux yeux de sa mère, elle a toujours manqué d’un « certain quelque chose » (423). PROVENANCE se déroule à une échelle intime, l’histoire du passage à l’âge adulte d’une femme qui aurait dû être elle-même il y a des années.

Le lecteur rencontre Ingray Aughskold au moment même où son dernier stratagème pour gagner l’approbation de sa mère adoptive s’effondre. Dans une société où le prestige et le pouvoir sont transmis en prenant le nom d’un parent, Ingray sait que son frère sera probablement le prochain Netano Aughskold. Malgré sa certitude, il fait une dernière tentative désespérée pour gagner les faveurs de Netano en embarrassant une belle-famille rivale. Ayant dépensé tout son argent pour récupérer le Pahlad Budrakim de ‘Compassionate Removal’, Ingray est consternée de découvrir que la personne qu’elle réveille de la suspension nie catégoriquement être Pahlad et refuse de l’aider dans son plan, une tournure des événements avec un compagnon criminel gênant . en remorque alors qu’il retourne, sans le sou, sur sa planète natale de Hwae.

Le capitaine du navire d’Ingray, Tic Uisine, a ses propres problèmes. L’ambassadeur des Geck (une race extraterrestre) a accusé Tic d’avoir volé des navires Geck, une affirmation qu’il nie fermement, mais cela n’empêche pas l’ambassadeur de suivre Tic, Ingray et non-Pahlad jusqu’à Hwae.

Lire aussi :  Critique : Révolution d'arrêt sur image

D’autres complications apparaissent dès l’arrivée d’Ingray à Hwae, complications qui font que le problème initial d’Ingray – son état sans le sou et le manque de coopération de Pahlad – disparaît presque immédiatement. Une description directe de l’intrigue peut sembler décousue, mais uniquement parce qu’une grande partie du travail de Leckie sur PROVENANCE a consisté à lier des événements apparemment disparates dans une toile ordonnée, dont la forme n’est révélée qu’au fur et à mesure que le roman progresse. Chaque nouveau problème offre un aperçu du dernier, et à chaque rebondissement, les enjeux augmentent, jusqu’à ce que les malheurs personnels d’Ingray fassent partie d’un conflit militaire intersystème. Et pourtant, en raison du point de vue étroit et unique d’Ingray, l’intrigue ressemble à une toile de fond intéressante pour la découverte de soi d’Ingray.

PROVENANCE d’Ann Leckie est moins un opéra spatial qu’une histoire de passage à l’âge adulte. Cependant, cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de gros enjeux. Beaucoup à apprécier ici.

Alors que le roman se concentre sur Ingray, les récits de Tic Cuisine et Pahlad consistent également à découvrir et à agir sur les désirs individuels tout en résistant à l’immense pression de la famille, de la politique et de l’histoire. Bien que Tic Cuisine et Pahlad aient grandi dans une galaxie à part, tous deux ont été exilés par leurs sociétés respectives et chacun doit se forger de nouvelles voies. Bien que la situation d’Ingray soit moins grave, les histoires de ses amis amènent Ingray à s’interroger sur ses propres motivations alors qu’elle décide de ce que vaut pour elle le fait d’être la prochaine Netano Aughskold.

Lire aussi :  Critique : Saison des tempêtes

Leckie est une écrivaine confiante et sa prose est à la fois claire et évocatrice. La clarté de sa prose fait qu’il est tentant de dire que c’est simple, mais je pense que c’est seulement le talent considérable de Leckie qui rend simple la complexité de sa prose. Même dans ce cas, le lecteur peut parfois se retrouver à relire des passages, car Leckie a réussi à inclure non seulement de la complexité mais aussi une bonne quantité d’informations dans son travail. Cependant, pour les lecteurs qui pensaient que ANCILLARY JUSTICE (ou les autres livres de Leckie) avaient peut-être évolué un peu lentement, PROVENANCE maintient un bon rythme et l’histoire d’Ingray est suffisamment convaincante pour continuer à tourner les pages.

En raison du point de vue unique, les principaux conflits apparaissent lentement, ce qui semble parfois un peu désorientant. Je n’arrêtais pas de me demander si j’avais raté une information spécifique, pour me rendre compte plus tard qu’Ingray manquait également cette information. Ce n’est pas tant un défaut du livre qu’un appel à une lecture attentive. Mis à part l’intrigue principale, l’intrigue secondaire de Tic Uisine sur sa relation compliquée avec Geck est devenue le point culminant du livre pour moi.

Pour ceux qui ont visité l’espace Radchaai il y a longtemps, ou pour ceux qui ont complètement raté ANCILLARY JUSTICE, PROVENANCE ne nécessite aucune connaissance préalable de l’univers de Leckie. Avec une fin qui m’a vraiment satisfait de chacun des personnages, c’est une introduction satisfaisante et engageante à son écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *