La terreur est notre affaire

Critique : La terreur est notre affaire


Amazone

J’ai une confession à faire. Je n’ai jamais rien lu de Lansdale auparavant. Je sais, IL. Gardez les tomates. Je reproche à Steve de toujours les prendre quand j’étais un débutant ici à EBR. Je me rends compte maintenant de ce qui me manquait et je vais rapidement remédier à ce pépin.

Parce que si vous aimez la terreur, les mystères, les thrillers…. Heck, quoi que ce soit de bien écrit, vous devriez lire Lansdale.

Dans ce cas, TERROR IS OUR BUSINESS: DANA ROBERTS’ CASEBOOK OF HORRORS est écrit par l’équipe père-fille de Joe Lansdale et Kasey Lansdale. Ils écrivent bien ensemble, c’était fluide et c’était très amusant à lire. Dans ce cas, nous avons une collection d’histoires courtes sur notre héroïne Dana (super détective surnaturelle) et dans les histoires finales, nous avons le point de vue de Jana (qui est plus une partenaire qu’une détective). Les histoires sont liées par le nombre de cas de Dana (et éventuellement de Jana) à un club qui aime inviter des conférenciers. Au début, les membres sont sceptiques, mais la narration sans fioritures de Dana oblige les auditeurs à la croire.

Cela commence par Dana racontant l’histoire d’événements étranges dans un phare qui amène le propriétaire actuel à croire qu’il est hanté. Dana est appelée pour résoudre le problème, et elle le fait à sa manière méthodique et intelligente. Ses assistants, Nora et Gary, doivent faire confiance à Dana et à ses compétences car, en fin de compte, tous ces cas sont non seulement dangereux, mais peuvent être mortels. Dana explique dans ses histoires comment elle utilise les objets basés sur la foi pour empêcher les êtres d’autres dimensions de faire des ravages ici. Bien sûr, il y a de l’eau bénite, mais il y a aussi des bougies faites de graisse humaine, de poudres sacrées, de versets rituels, de sel, de terre de cimetière, de cercles protecteurs et de divers instruments mojo qui ont du pouvoir grâce aux personnes qui y croient ; Dana n’en est peut-être pas une. d’eux, mais cela ne l’empêche pas de reconnaître leur pouvoir. Bien sûr, une grande partie du succès réside dans la recherche et la connaissance de ce à quoi vous êtes confronté, mais l’ingéniosité face à une catastrophe imminente est également un facteur important.

Lire aussi :  Critique : violet et noir

TERROR IS OUR BUSINESS est une collection d’histoires courtes mettant en vedette les histoires d’horreur tordues et les personnages mémorables de Lansdale.

Vous pourrez voir des démons, des apparitions, des créatures interdimensionnelles et d’autres que je ne veux pas gâcher pour vous. On peut voir un phare, un manoir en Italie, une casse au Texas, une ville souterraine et bien d’autres. Il y a quelques points mineurs de l’intrigue qui, à mon avis, étaient un peu artificiels, mais la narration était si drôle et les personnages si impliqués qu’il était difficile de s’en soucier quand c’est juste assez effrayant et bizarre pour retenir votre attention. Tous les courts métrages sont juste la bonne longueur pour l’histoire racontée, chacun se déplaçant à un rythme rapide, jamais ennuyeux, mais aussi pas à court de détails dont vous avez besoin pour que le mystère soit révélé à votre satisfaction.

Dana est le point de vue principal en tant que patronne en charge de son entreprise, qui paie plutôt bien, soit dit en passant, et l’argent de la famille ne fait pas de mal non plus. Son intérêt a commencé lorsqu’il était adolescent, dans une histoire que vous pourrez lire. Elle n’est pas stupide, bien informée, intrépide et connaît sa propre valeur. Dana peut parfois être un peu raide, mais dans les histoires finales, Jana est la feuille parfaite avec ses plaisanteries et ses commentaires sarcastiques. J’espère que nous verrons plus de Dana et Jana faire équipe à l’avenir.

TERROR IS OUR BUSINESS est si facile à lire et si difficile à poser. C’est le livre d’été parfait pour vous et à partager avec vos amis.

Lire aussi :  Critique : Le Dieu brisé

  • Âge recommandé : 13+
  • Langage: je ne me souviens d’aucun
  • Violence: Oui, il y a du sang et de la mort.
  • Sexe: référencé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *