Écrivains du futur, tome 34

Critique : Écrivains du futur, tome 34


Amazone

Je trouve quelque peu troublant la rapidité avec laquelle j’ai tendance à regarder au-delà de l’art associé à cette anthologie annuelle. Eh bien, si je suis honnête, j’ai naturellement tendance à regarder au-delà de la plupart de ce qui est proposé dans ces anthologies autres que les histoires des gagnants. Parce que ce sont ces histoires qui ont le plus d’opportunités de parler à mon âme, en tant qu’auteur en herbe. Et pourtant, cette fois, je me suis fait un devoir de porter une attention particulière à ces « extras ». Après tout, ce sont les gagnants des « Illustrateurs du futur » qui écriront les futures couvertures qui attireront suffisamment mon attention pour me faire prendre des livres et donner aux premières pages écrites une chance de me retenir. De plus, ce sont les écrits supplémentaires, les essais et parfois les histoires des juges du concours qui représentent ce qu’ils admirent et apprécient dans la fiction. En fait, il y a bien plus dans cette anthologie qu’une simple collection d’histoires d’un groupe d’écrivains novices, mais pas toujours inexpérimentés, de fiction fantastique.

WRITERS OF THE FUTURE Volume 34 (Amazon) avait l’impression d’être un peu plus long que l’anthologie normale, et nous a donc donné un peu plus de cette bonté brillante qu’il a toujours tendance à faire. Yo también estaba un poco emocionado esta vez, porque antes de leerlo, me enteré de que el Gran ganador del año era local en mi área, alguien a quien incluso había conocido una vez antes en un entorno muy no oficial, aunque dudo que lo haya Fait. avait des raisons de se souvenir de moi, et j’étais ravi de voir ce que j’avais écrit. Après tout, je ne trouve pas toujours que les histoires de ces anthologies correspondent beaucoup à mes propres goûts.

Cette fois, j’aurais qualifié les histoires officielles des gagnants WotF comme telles :

  • Aimé : 3
  • Médiocre : 5
  • Aimé et détesté : 1
  • Je n’ai pas aimé : 4

Assez solidement dans la gamme médiocre, avec environ la moitié d’entre eux répartis au-delà de la moyenne. Mes favoris étaient les suivants :

L’Ombre de Mara de Darci Stone: Cette histoire a remporté le grand prix de l’année, et je suis tout à fait d’accord pour dire que c’était la meilleure du lot. Un étymologiste étudie une nouvelle espèce de papillon de nuit qui semble être carnivore et provoque la mort d’un ver dans une petite population mondiale lorsqu’il est mordu. L’histoire était une combinaison de reportages, du POV du personnage principal et du POV d’un aventurier d’il y a 200 ans, le tout enveloppé dans le phénomène des mites. Les sections de l’histoire étaient courtes et m’ont attiré alors que le mystère en son cœur était lentement révélé. Fait intéressant, ce n’était pas une histoire immersive, mais une plus centrée sur l’idée de papillons de nuit carnivores, et je n’aime généralement pas les histoires comme ça, mais l’auteur m’a conquis en capturant mon intérêt, tout en peignant un personnage plutôt sympathique en même temps.

Lire aussi :  Critique : La fille et la montagne

Une chose amère de NRM Roshak: Une femme tombe amoureuse d’un extraterrestre qui affiche ses émotions sur sa peau. Au sein de leur espèce, leurs émotions se transfèrent de l’une à l’autre en les voyant peintes sur une autre, et de cette façon ils s’identifient facilement les uns aux autres. Les deux emménagent ensemble. L’extraterrestre apprend que les motifs bleus sont presque comme de la drogue pour lui. Pour gagner de l’argent, il écrit un programme informatique qui ressemble à un écran de veille bleu et le vend à ses compagnons extraterrestres. Il est réprimandé par son chef sur la planète et doit partir. J’ai particulièrement apprécié l’écriture et les idées décrites dans cette histoire. C’en était un qui, pour moi, embrassait pleinement le genre science-fiction en faisant l’histoire de l’idée, mais avait toujours l’impact sur le personnage intégré au cœur de l’introduction et de la fin. Mon genre préféré de science-fiction.

Miss Smokey de Diana Hart: Les « Shifters » qui peuvent se transformer entre les formes humaines et animales sont monnaie courante sur Terre. Une ourse travaille en remplacement de « Smokey the Bear » dans une réserve forestière. (Je n’ai pas pu m’empêcher d’être attiré par cela, car je suis un enfant des années 80 et Smokey the Bear était un incontournable de ma première éducation.) Elle interagit avec un ours-garou qui ne veut pas être fouillé. et finit par avoir affaire à des braconniers. C’était un autre que j’ai vraiment aimé écrire, et même si les éléments fantastiques étaient assez courants dans le genre fantastique en général, il racontait une histoire qui m’a consommé avec son développement et avait un grand personnage en son centre.

Lire aussi :  Bilan : Seize façons de défendre une ville fortifiée

L’un des concours les plus anciens et les plus respectés au monde, WRITERS OF THE FUTURE VOLUME 34 a quelques histoires gagnantes.

J’ai mentionné deux fois dans ces trois exemples que j’ai apprécié l’écriture, mais la vérité est que pratiquement toutes ces histoires ont été bien écrites. Parmi les décennies d’histoires WotF que j’ai lues, je me souviens seulement avoir pensé que quelque chose n’allait pas à quelques reprises. Il semble qu’une grande importance soit accordée à la qualité de l’écriture de l’histoire pour WotF. Je veux dire, ils se lisent facilement et vous n’avez pas l’impression de trébucher mentalement lorsque vous assemblez les mots. De plus, de mon point de vue, il y a aussi un certain biais vers le genre science-fiction, en général, par rapport à la fantasy dans WotF. Strictement parlant, il y en avait six de chaque dans cette anthologie, et pourtant j’ai trouvé que j’aimais moins les histoires de Fantasy ici que celles de Science Fiction, même si je préfère généralement lire la Fantasy.

Sur les dix histoires de recrues restantes, j’ai fini par ne pas trop m’en soucier parce qu’elles avaient des coupures ou des fins injustifiées, étaient trop lentes et ennuyeuses à mon goût, ou étaient si complètement ridicules que je ne pouvais tout simplement pas m’empêcher de prendre eux. oh vraiment.

Les illustrations de cette année étaient assez impressionnantes en termes de qualité. Maintenant, je ne suis pas un gourou de l’art, mais à mon avis, la plupart d’entre eux pourraient encore utiliser un peu d’expérience pour déterminer ce qui pourrait inciter un lecteur à choisir une histoire liée à son travail graphique, mais encore une fois, je suppose que ce sont des artistes techniquement novices. aussi. Mes favoris du groupe étaient ceux pour Étrange et laid (Reyna Rochin), Une chose amère (Jazmen Richardson)et Tout clair et sombre (Duncan Halleck). Du moins, ce sont ceux qui m’ont le plus intrigué en tant que lecteur. Bien que, curieusement, aucun d’entre eux n’ait remporté la première place. 🙂

Lire aussi :  Critique : Ville de permutation

À partir du matériel bonus soumis par les juges, nous avons obtenu un extrait de Way of Kings de Brandon Sanderson intitulé « The Lesson », qui est de loin ma séquence préférée de ce roman. Orson Scott Card a également inclus un essai sur le thème qui est tout simplement génial. Chaque nouvel auteur, et d’ailleurs chaque auteur publié, devrait lire cet essai et prendre ses principes à cœur. Des trucs vraiment bons et parfaits de mon point de vue. De plus, un essai sur le suspense de L. Ron Hubbard et une histoire fantastique de Jodi Lynne Nye étaient inclus, mais j’en avais lu un auparavant et je n’aimais pas vraiment l’autre.

Au moment d’écrire ces lignes, l’anthologie peut être échangée contre un peu plus de 10 anciens points de portefeuille, et si vous êtes un auteur en herbe comme moi, vous ne pourriez guère faire pire que de dépenser votre argent durement gagné, et malheureusement pas assez de temps, dans lire et apprendre cette anthologie. C’est l’un des concours les plus anciens et les plus respectés au monde, et j’y ai participé plusieurs fois. J’ai en fait une histoire en ce moment que j’essaie de sortir pour le prochain trimestre. Si vous êtes un écrivain et que vous ne l’êtes pas encore, vous devriez le faire aussi.

Que dis-tu? Vous voyez à la ligne d’arrivée?

  • Âge recommandé : 14+, pour la plupart
  • Langage: Très peu de cas et même alors, rien de trop fort
  • Violence: PG-13 digne de certains d’entre eux, mais encore une fois relativement lisse dans l’ensemble
  • Sexe: Menace de viol dans l’un, et quelques relations légèrement risquées dans un autre. Cependant, rien que l’on puisse qualifier d’explicite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *